Politique de cohésion et inégalités régionales

Depuis le début des années 90, les études régionales occupent une place de choix dans la recherche économique. Cette augmentation de la polarité est lié au retour en de la théorie de la croissance qui simpose de plus en plus comme linstrument privilégié pour lévaluation des politiques économiques et bouleverse la distinction traditionnelles entre les cadres danalyses macro économiques et microéconomiques. Cependant les recherches régionales tiennent également en considération le fait quun grand nombre des problèmes de croissance en cette fin de siècle ont une incidence régionale.Plus clairement, la théorie économique a présenté un message ambigu concernant la relation entre la disparité régionale et la croissance économique. Donc depuis la fin des années 1950, une discussion et une incertitude montre que la relation entre la disparité régionale et la croissance économique ont commencé à être apparues doù la recherche concernant cette relation est devenue importante.Plusieurs modèles théoriques ont été élaborées lhypothèse de Kuznet entre les inégalités de revenu et la croissance économiques pour étudier limpact dune distribution non égalitaire des ressources sur le processus de développement, Par ailleurs, les néo-classique ont exprimé les disparités régionales par la diminution de la croissance économique, comme Solow lui-même (1994) et fingleton (2003) lon trouvé. Ce nest pas évidement toujours le cas ou les rendements du capitale peuvent diminuer. Dans un milieu concurrentiel, la mobilité des capitaux, le travail régional et le commerce régional occuperont également en faveur du facteur de convergence des prix et du renforcement de la relation négative entre la disparité régionales et la croissance économiques. Avec la demande de base de Myrdal (1957) selon laquelle que la croissance est un processus cumulatif dans lespace quil est susceptible daccroître les disparités, plusieurs écoles de pensée économique sont daccord avec cette demande. Un argument se pose, en examinant les théories de la croissance urbaine(Henderson1986,1988) , la nouvelle école de la géographie économique(Fujita et al.(1999),krugman (1991,1993a),Thisse et al.(2000) ou lécole de la croissance endogène Romer(1986), si la croissance économique a tendance à être associée à une sorte dagglomération et si elle nécessite un seuil minimum de ressources et des activités. Une fois que processus existait, il est globalement en dépendance avec les courants de recherche, pour être auto-entretenue, sélective et cumulative dans la nature.Au cours des dernières décennies, il y a eu un intérêt dans la reconnaissance de la relation entre la croissance économique et les disparités régionales. Linteraction de linégalité et la croissance a été un sujet largement discuté avec plusieurs questions. Ainsi, la relation des disparités régionales et la croissance économique est loi dêtre comprise ou plusieurs questions peuvent être formulées à partir de cette relation. Dune part, il e demandé si les effets des disparités sont favorables ou défavorables pour la croissance. Dautre part, la question est de savoir si la croissance augmente ou diminue les inégalités. Non seulement le sens de la relation mais aussi la direction de la causalité présente un intérêt. Ou encore, il nya pas de réponse claire à la question de savoir si ces deux phénomènes sont liés positivement ou négativement. Par ailleurs, limpact de causalité peut servir dans les deux sens. Les différenciations et les oppositions des forces qui influencent linteraction entre la croissance économique et linégalité sont aussi difficiles à saisir empiriquement, de telle sorte que leur relation a tendance à être faible Barro (2000). Les disparités régionales sont pro-cycliques cest-à-dire en accord avec les tendances périodiques, elles augmentent dans les périodes dexpansion économique et diminuent dans les périodes de récessions économiques (Petrakos et al. (2003)). Lexistance des plusieurs facteurs qui peuvent influencer le sens de la relations entre les disparités régionales et la croissance économiques. Cependant, Kuznets(1955) a expliqué que linégalité tend à augmenter en période de croissance économique dans les pays qui se caractérisent par un niveau de développement plus faible, alors que linégalité et la croissance sont liées négativement si le pays observé est bien développé. .les théories de la croissance néo-classique prédisent une convergence et une baisse de la vitesse de la croissance au cours de développement, il existe une relation négative entre les disparités régionales et la croissance économiques. Au contraire, les théories de la croissance endogène prédisent que les taux de croissance plus élevés et, par conséquent, les disparités régionales sont susceptibles daugmenter au cours du processus de croissance.La littérature théorique de cette relation tenue compte les effets des inégalités individuelles à la croissance économiques alors que, plusieurs études empiriques ont trouvé des résultats contradictoires comme un exemple, Barro (2000) nobtient quun faible lien entre la croissance économiques et linégalité. Il maintient que cette relation est compatible avec les arguments théoriques mixtes.En prenant considération de la persistance des inégalités régionales et les théories de croissance qui sont les théories qui touchent directement les disparités régionales et la croissance économiques. Lexistence des plusieurs arguments, pour baisser les inégalités, proviennent globalement de lapproche néoclassique. Dans ces modèles néo-classiques avec les processus de libre-échange ou la libre circulation des facteurs de production et la concurrence pure et parfaite, les inégalités régionales devraient disparaitre. Les facteurs de productions sont rémunérés en fonctions des leurs produits marginaux et ceux-ci doivent être égalisés sur lespace que les entreprises cherchent lemplacement avec les plus bas coûts de productions. On dit que les inégalités sont persistantes si les régions se caractérisent par des différences au niveau technologique ou dautre facteur qui influencer sur la productivité des facteurs de productions.Les arguments néo-classiques ont étés à ma base de la littérature de la convergence (Barro1991) pour baisser les inégalités entre les pays ou les régions.Par contre, linteraction entre la disparité régionale et la croissance économique était un sujet discussion avec un autre groupe de modèle qui appartient au domaine de la nouvelle économie géographique (NEG). Ce modèle est caractérisé généralement par des rendements déchelles croissant de la production, de concurrence monopolistique, la mobilité des facteurs et le commerce interrégionale coûteux. Par exemple, le modèle de base défini par Krugman (1991a, 1991b) considère comme facteurs déterminants : la valeur des coûts de transport des biens industriels, la part de la dépense industrielle des ménages et le degré de concurrence monopolistique.Lapparition des modèles déconomie géographique, na pas changé beaucoup des choses pacque ce modèle na pas donné une réponse claire à linteraction entre la croissance et les disparités régionales, il permet de différencier entre la croissance économique à court et à long terme. Krugman (1991).En effet, dans ces modèles, plusieurs éléments permettant de décrire les effets de lintégration économique sur les interactions entre les économies sont pris en compte. Ces éléments sont les coûts de transport des marchandises, ou plus généralement les coûts liés aux échanges de marchandises, la taille du marché, la structure productive, le degré de mobilité des travailleurs, du capital ou des innovations ou encore la structure de la demande…En fait, ces nouvelles modèles déconomie géographique ont pour objectif dindiquer comment deux régions peuvent se différencier, de manière endogène, entre un centre industrialisé et une périphérie désindustrialisée. Ces modèles différent par rapport à la composition et à la mobilité interrégionale et intersectorielle des facteurs de production, la structure des préférences des consommateurs, la force relative de lagglomération et les forces de dispersion. Généralement, ils sont mise en place pour deux régions avec deux facteurs de productions et deux secteurs. Ou, lun des secteurs qui représente le secteur moderne ou de fabrication avec des rendements déchelles croissant de la technologie de production, est utilisé pour la production des biens de consommations différenciés. Les consommateurs vont nécessairement payer un prix plus élevés pour un produit qui nest pas produit dans leurs régions de résidence parce que le commerce de ces marchandises dans une région autre que la région dans laquelle les biens sont produits, est associé à des coûts commerciaux. Ainsi, une réduction des coûts diminue lindice des prix et la moyenne des arguments réels de revenus. Les firmes modernes vont fixer les prix à une majoration sur les coûts marginaux tant quils sont en concurrence monopolistique .les firmes favorisent dêtre localisées plus proche dun grand marché, mais loin de leurs concurrents. Dans son article, Baldwin(1999) cest le premier auteur qui a répondu à linteraction entre la disparité régionale et la croissance économique, il a montré que la croissance peut affecter linégalité. Ceci est réalisé suivant deux hypothèses. Le premier montre que le capitale amortie et doit être remplacé, ou linvestissement dans la construction du capitale sera effectué que si la valeur actualisé de ses flux de rendement prévu est au moins aussi grande que les couts dinvestissement. Alors ¨que la deuxième hypothèse explique que le capital construit peut être utilisé pour produire des biens de consommation uniquement dans la zone de construction. Bien que si le rendement attendu de la capitale couvre exactement les couts de construction, léquilibre spatial est obtenu : dans ce cas, il ny aura pas de croissance. Dans son modelé, Baldwin(1999) a montré que e stock des facteurs de productions nest pas prédéterminé. Par contre, le stock du capital peut être construit car il est soi-disant se déprécier à un certain taux. Ainsi, si la valeur du flux de rendement est prévue à une unité du capitale couvre au moins les coûts de construction, de plus la capitale ne peut être utilisé que dans la région où il a été construit, le capitale supplémentaire est construit. Ce modèle donc prédit Pour cette relation entre la disparité régionales et la croissance économique, la littérature économique fournit une image variée. Les résultats des recherches antérieures expriment que linégalité est préjudiciable pour la croissance. Les études sont exécutées au niveau des pays en utilisant les techniques économétriques monter