Le multiculturalisme canadien

Le multiculturalisme canadien prône la simultanéité des différentes cultures du pays, il dit qu’il est préférable d’intégrer et d’établir une culture d’identité commune. Le multiculturalisme est un modèle de gestion des différences culturelles dans l’immigration et de nombreuses affaires publiques gouvernementales adoptées par le gouvernement libre de Pierre Elliott Trudeau. La politique canadienne sur le multiculturalisme stipule le bilinguisme et la légalisation des capacités des peuples autochtones puis respecte les droits des Canadiens. Il n’y a aucune portée basée sur l’origine, le dialecte ou la religion.

En 1973, le ministère du Multiculturalisme et le Conseil canadien du multiculturalisme ont été créés. Le 21 juillet 1988, la Chambre des communes a adopté la Loi sur le multiculturalisme canadien. Cette signification peut introduire l’idée que l’identité sociale est définie par des principes politiques qui prévalent sur la culture, la race ou l’histoire. Plusieurs groupes ethniques ont mis en œuvre des politiques multiculturelles sans réduire l’intégrité démocratique de leurs institutions.

La Charte canadienne des droits et libertés vise à encourager l’établissement d’un modèle dans lequel tous les gens ont le même respect et la même compréhension. En fait, le modèle multiculturel du Canada semble avoir trouvé des limites dans les provinces aux caractéristiques culturelles extrêmement fortes. Tout en favorisant l’immigration, ce modèle canadien offre également aux nouveaux immigrants une liberté culturelle et religieuse spécifique.

Le multiculturalisme fait référence à la proximité de personnes de races et d’ethnies différentes. Sur la base de l’idéologie, le multiculturalisme recouvre des pensées assez cohérentes et des anecdotes idéales liées à la diversité culturelle commémorative du Canada. Du point de vue de la politique nationale, le multiculturalisme signifie gérer les différences en inclinant diverses interventions officielles des gouvernements fédéral, provinciaux et régionaux et des gouvernements municipaux. En mars 2005, le gouvernement a annoncé « Le Canada pour tous : le plan d’action du Canada contre le racisme », son but est d’accroître la stabilité sociale, de continuer à appliquer le cadre juridique de la liberté humaine au Canada et de faire du Canada un leader contre le racisme et la haine.

La Loi sur le multiculturalisme canadien reconnaît que le multiculturalisme est une caractéristique fondamentale de la société canadienne. Une partie de cette loi vise à maintenir et à améliorer le multiculturalisme canadien. Elle vise à renforcer la protection de la culture et de la langue, à nier la discrimination, à promouvoir la sensibilisation et l’enthousiasme culturels et à encourager les changements institutionnels au niveau fédéral pour être étroitement liés à l’excellence culturelle. Si la première politique multiculturelle a conduit à la publication de publications et au mouvement de festivals ethniques pour démontrer la protection culturelle et les échanges entre les différentes cultures, alors le terme « rajeunissement» dans la politique multiculturelle met l’accent sur la passion interculturelle et le progrès institutionnel, le progrès social et l’intégration de la société et le bon marché dans le but de conquérir l’égalité des chances et d’éliminer les barrières discriminatoires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *