En Afrique, la sorcellerie est un phénomène social

En parlant d’Afrique, de nombreux journalistes utilisent des étiquettes et des préjugés généralisés. La sorcellerie, en particulier, est décrite comme une pratique violente et liée au passé. En réalité, il est plus lié au quotidien et à la modernité qu’on ne l’imaginait.

La sorcellerie africaine et ses stéréotypes

Charme pour l’occulte, la superstition, l’ignorance. Nombreux sont ceux qui décriraient l’ensemble du continent africain en recourant à ces trois étiquettes. Même pour les médias, le sujet ne change pas. L’Afrique, dans l’imaginaire européen, est toujours représentée comme une terre sauvage et arriérée, entourée d’une aura ancestrale qui les rend presque imperméables aux changements qui se produisent dans le reste du monde. Rien ne pourrait être plus faux, bien sûr. Presque toujours, le fil conducteur qui unit toutes ces questions n’est qu’un seul: la sorcellerie. Un peu par ignorance un peu parce que c’est plus captivant au niveau éditorial, celui de la magie de sorcellerie semble être l’explication la plus populaire des journalistes occidentaux. Bien entendu, le lien entre l’Afrique et la sorcellerie existe. Mais c’est quelque chose qui a beaucoup plus à voir avec l’ordinaire et avec la modernité de ce que nous pensons.

La croyance aux forces obscures est encore profondément enracinée dans de nombreuses sociétés africaines, indépendamment de leur religion, de leur éducation et de la classe sociale des personnes concernées

En particulier en Afrique de l’Ouest, la magie et la sorcellerie sont profondément enracinées depuis des générations. La magie est utilisée à des fins utiles ou mauvaises. Cependant, la forte croyance en la magie noire et la sorcellerie est souvent utilisée pour nuire à autrui à des fins égoïstes et c’est l’aspect le plus problématique de cette croyance. En fait, la plupart des Africains, qu’ils soient paysans ou hommes d’affaires, scientifiques ou dirigeants d’Églises chrétiennes au niveau international, sont convaincus que la sorcellerie constitue une menace réelle pour la société africaine.

L’incidence de la magie et de la sorcellerie ne diminue pas nécessairement lors de la modernisation. En effet, sa fréquence et son efficacité ont augmenté au cours de la dernière décennie. Cela peut être causé par le stress résultant de la crise africaine ou par les pressions croissantes dues à la modernisation de plus en plus poussée de l’économie et de la société du pays.

Dans la plupart des cas, la sorcellerie se fait au détriment des pauvres et des nécessiteux. Il est principalement utilisé comme une idéologie légitimant l’oppression et l’exploitation.

Au Mali, la magie noire est perçue comme une malédiction destinée à avoir un impact négatif sur ceux qui sont tournés

Une malédiction qui pourrait causer des blessures ou des maladies empêchant le libre arbitre en matière d’amour ou de travail, ou pouvant invoquer des esprits ou des démons qui persécutent et tourmentent le sujet touché.

Aujourd’hui, la sorcellerie a pu s’intégrer dans les dynamiques sociales ayant subi les transformations les plus profondes – telles que l’entrepreneuriat, la santé et la politique – démontrant ainsi qu’elle n’est pas une opposition à la modernité, mais une tentative de l’interpréter et de la vivre de manière active et non passive. Les croyances et les pratiques ont changé parce que le monde auquel elles font référence a changé: un monde de néolibéralisme, de transformations politiques et de nouvelles technologies. Un monde de plus en plus en proie à des déséquilibres et des inégalités, au sein duquel la sorcellerie africaine ne se manifeste pas seulement par la brutalité avec laquelle les journaux nous ont habitués, mais contribue également à apporter des réponses et à aplanir les inégalités sociales. Des réponses qui peuvent causer des problèmes et des conflits avec la politique et les institutions locales, bien sûr, mais qui devraient être analysées au cas par cas sans toutes les reléguer à un passé obscur qui ne leur appartient que partiellement.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *