Le passager – Patrick Senécal

Le passager

Le passager de Patrick Sénécal, un roman policier du genre horreur, fut premièrement publié en 1995. Ce roman fut ensuite publié en 2003 et dernièrement en 2018 aux Éditions Alire.

De plus, le cinéaste Olivier Sabino fait une adaptation de cette oeuvre et veut créer une version cinématographique. La bande-annonce publiée en 2015, résume grandement le roman, puisque le déroulement de l’histoire est maintenu de près.

Par contre, cette bande-annonce est produite en anglais, plutôt que de suivre le dialogue français de l’oeuvre originale. En priorité, Le passager partage l’histoire d’Étienne Séguin. Étienne est un nouveau professeur de littérature dans sa ville d’enfance, Drummondville.

Puisqu’il habite à Montréal, il doit faire des allers-retours pour atteindre son poste de travail. Sur l’autoroute, Étienne remarque un autostoppeur qui est fréquemment au même endroit, à la même heure lors de ses trajets. Par curiosité, Séguin décide un jour de faire monter l’auto-stoppeur qu6i devient par la suite son passager quotidien.

Il prend connaissance de celui-ci, Alex Salvail. Alex sous-entend avec Étienne qu’ils sont des amis d’enfance et lui partage ses pensées sur la cruauté qui peut parvenir à partir des jeux d’enfant. Étienne reconnaît Alex seulement comme un visage familier puisqu’il souffre d’une amnésie de ses années d’enfance.

Cependant, Alex Salvail lui rafraîchit la mémoire avec des actes violents et meurtriers qui permettent à Séguin d’apprendre rapidement de son propre passé et de ces jeux morbides et cruels qu’il a joués comme enfant. Le passager est très affriolant pour le lecteur. La division du roman, provoque beaucoup de suspense.

Puisqu’il n’y a pas de chapitres, ceci excite l’intérêt du lecteur. Entre autres, le lecteur ressentira le désir de poursuivre sa lecture pour savoir l’avenir. De plus, le genre du roman évoque beaucoup d’émotions.

Le lecteur ressentira la peur, la douleur et l’anxiété que subit le personnage principal. Le passager démontre aussi un montant de morbidité. Le déroulement de l’histoire possède plusieurs actions sinistres.

Ceci amène le lecteur à être dégouté et à se questionner sur la cruauté réelle des jeux d’enfants. Entre autre, le style de l’auteur est très pertinent. Patrick Sénécal utilise un vocabulaire familier et même quelques termes anglophones. Ceci facilite la lecture et la compréhension du lecteur puisqu’il utilise une terminologie de tous les jours. Par contre, la narration fait en sorte que le roman soit très prévisible.

Le narrateur mentionne beaucoup de raisonnements dans le contexte du roman, ce qui mène le lecteur à prévoir la conclusion de cette oeuvre littéraire facilement en avance. Pour poursuivre, les actions et les péripéties manquent d’originalité et sont répétitives. Ce qui suscite beaucoup de frustration chez le lecteur.

De plus, le lecteur ressentira de l’égoïsme provenant dont la façon Étienne réagit d’après les actions d’Alex. Pour conclure, selon moi, ce roman a très bien respecté le genre de l’horreur. Je recommande

Le passager aux lecteurs qui aiment la répugnance et le suspense et non pour ceux qui préfèrent une lecture plus paisible et calme.

Ce roman est grandement recommandé pour des lecteurs âgés de seize ans et plus, puisqu’il s\’agit d’actions très sinistres et morbides lors de la lecture. Enfin, le passager ne laisse aucun lecteur indifférent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *