Termes du crédit commercial

Ng et coll. (1999) et Smith (1987) décrivent qu\’il existe deux termes de crédit commercial : le premier est un terme net simple, qui ne représente que la date d\’échéance du paiement intégral après la livraison. Par exemple, «net 30 » signifie que le paiement intégral est dû avec 30 jours après la date de facturation ; l\’acheteur est considéré en défaut après 30 jours.
Le second terme est plus compliqué qui se compose de trois éléments de base : le taux d\’actualisation sur facture, la période de remise et le taux d\’intérêt effectif. Il est normalement représenté comme un terme de 2/10 net 30 (Smith, 1987). Ce terme indique qu\’il y a un escompte de 2% pour le paiement réalisé dans les 10 jours et le montant total est exigé pour le reste de 20 jours dans les 30 jours totaux. Ramey (1992) soutient que la plupart des entreprises à faible liquidité réalisent un paiement plus long que 30 jours ; Cependant, ce comportement entraîne un peu de perte de la réputation des entreprises.
Dans le contrat à deux termes, le crédit n’est gratuit que si le paiement est réalisé pendant la période d\’escompte, mais après cela, le taux d\’intérêt implicite peut être très élevé. Par exemple, le contrat commun «2/10 net 30 » comporte un taux implicite de renonciation à la réduction de 43,9%. Le tableau 1 montre que d\’autres contrats à deux termes peuvent avoir des taux implicites considérablement plus élevés. Pourtant, malgré le coût élevé de l’abandon d’un rabais, les entreprises ont toujours payé en moyenne un tiers de leurs achats en crédit commercial après expiration de la réduction.

Tableau 1 Quelques contrats communs à deux termes proposés aux entreprises de la SSBF.
En outre, Nadiri (1969) fait valoir que lorsque les entreprises sont confrontées à des coûts de crédit bancaire élevés, elles prennent probablement une mesure pour réduire le niveau de crédit commercial, et non les termes du crédit commercial. Smith (1987) indique que l\’utilisation du crédit à la deuxième échéance indique un risque de prêt aux clients.
Parce qu\’une entreprise qui abandonne des remises représente ses difficultés financières, sinon le taux d\’intérêt sera élevé. C\’est un signe de la nécessité d\’une surveillance étroite de la part des fournisseurs.
Par conséquent, l’utilisation de termes en deux parties peut être considérée comme un signe précoce de la santé financière des entreprises.

2. Avantages et limites du crédit commercial
Malgré le coût élevé du crédit commercial, de nombreuses entreprises le choisissent encore comme financement à court terme. Schwartz (1974) présente que le crédit commercial facilite les transactions entre fournisseurs et clients et leur permet de réduire plus efficacement l\’incertitude des livraisons et de simplifier la gestion de la trésorerie.
2.1. Avantage pour le même secteur d’activité
Une caractéristique intéressante des termes proposés par les fournisseurs est qu’ils peuvent être très différents d’une industrie à l’autre, mais qu’ils sont relativement stables dans chaque industrie et au fil du temps (Ng et al, 1999). Cela suggère qu\’il n\’y a pas beaucoup de concurrence entre les fournisseurs sur les conditions citées pour le crédit commercial et indique que les fournisseurs préfèrent modifier le prix du bien, plutôt que le prix du crédit, pour tenir compte de l’évolution de la demande ;sauf si le prix facturé aux acheteurs de crédit est supérieur au prix au comptant proposé par les fournisseurs .Le crédit commercial à terme net est essentiellement un crédit gratuit si le paiement est réalisé dans la date d\’échéance.

2.2 Présence de contrainte financière
Petersen et Rajan (1994, 1997) tentent également d\’expliquer les raisons pour lesquelles les entreprises auraient recours au crédit commercial plutôt qu\’à des solutions de remplacement moins coûteuses. Ils font valoir que le crédit commercial est principalement utilisé par les entreprises qui ne peuvent pas facilement obtenir un soutien financier des canaux traditionnels, même si cela coûte plus cher que le crédit bancaire ; le crédit commercial est davantage octroyé en période de resserrement monétaire, le risque pour les fournisseurs d’accorder du crédit commercial étant moindre par rapport à l’émission de crédit bancaire.
En outre, les fournisseurs bénéficient de plusieurs avantages financiers : premièrement, ils peuvent facilement évaluer les performances financières des clients et leur solvabilité à partir d\’une relation commerciale, ainsi que les défaillances rapides et efficaces des clients (Ono, 2001). Ils ont le pouvoir de contrôler le remboursement des clients en réduisant l\’offre de biens et en reprenant les biens en cas de non-paiement. Deuxièmement, la séparation de la livraison et du paiement des marchandises peut réduire les coûts de transaction tout en offrant une garantie de qualité. Troisièmement, Petersen & Rajan (1994, 1997) ont évoqué une théorie de la discrimination par les prix. Ils soutiennent que les fournisseurs accordent généralement des rabais aux clients qui ont effectué un paiement anticipé, comme le terme 2/10 net 30 ; par conséquent, les prix sont différents pour les clients qui paient de manière anticipée ou tardive ; de nombreuses publications (Garcia-Teruel et Martinez-Solano, 2010a ; Atanasova, 2007 ; Guariglia et Mateut, 2006 ; Cunningham, 2004 ; Delannay & Weill, 2004 ; Deloof & Jegers, 1996) le confirment.
2.3 Crédit commercial comme outil de marketing
Pour résumer les avantages du crédit commercial, Wilson & Summers (2002) affirment que le crédit commercial est un outil de marketing important, car il peut aider les fournisseurs à acquérir de nouvelles activités et à établir de bonnes relations avec leurs clients, en particulier pour les nouveaux venus sur le marché qui n’ont pas beaucoup de relations. Les nouveaux entrants accordent des crédits commerciaux pour attirer les clients potentiels qui rencontrent probablement des difficultés d’accès aux banques ou une pénurie de gains à court terme.
Du côté des acheteurs, Schwartz (1974) explique que le crédit commercial donne aux acheteurs suffisamment de temps pour préparer le paiement des achats non planifiés. En attendant, les acheteurs peuvent estimer les achats futurs en fonction du montant du crédit commercial et simplifier leur gestion de trésorerie en effectuant des paiements périodiques.
Les auteurs pensent que les fournisseurs aimeraient fournissent des crédits commerciaux à leurs acheteurs, ceux-ci sont limités dans le domaine financier, afin qu\’ils puissent entretenir des relations à long terme avec eux. Emery (1984) affirme que, sur un marché financier peu développé, les fournisseurs ont besoin de réserves de liquidités pour pouvoir bénéficier de crédits commerciaux plus étendus. En outre, dans un marché où la concurrence est moins vive, les fournisseurs disposent d’un puissant pouvoir de marché. Ils tentent de vendre des biens autant que possible, en particulier dans les cas où la marge bénéficiaire est plus élevée. Par conséquent, ils élargissent le crédit commercial en tant que stratégie marketing à leurs acheteurs.
2.4 Limite du crédit commercial
Petersen & Rajan (1994, 1997) décrivent que le crédit commercial est beaucoup plus cher par rapport aux prêts bancaires. Dans leurs recherches, le coût d\’intérêt moyen des prêts bancaires est de 11,3% ; alors que pour le crédit commercial, afin d\’inciter les clients à réaliser leur paiement à temps, une durée de 2/10 net 30 est accordée aux clients fréquemment. Comme mentionné à la section 1,2, ce terme indique une économie d\’intérêt de 2% de l\’achat pour les clients réalisant le paiement dans un délai de 10 jours ; autrement, le paiement intégral est requis pour le reste de 20 jours et mesuré par le pourcentage d\’intérêt annuel, 2% de réduction équivaut à 44,6% taux annuel (le taux d\’intérêt est de 2%/98% pour la période de 20 jours, donc le taux annuel est (1+2/98)365/20 -1= 44.6%.)
3. Le rôle du crédit commercial : Effet du contrôle monétaire
Une question examinée dans la littérature est la suivante : pourquoi le crédit commercial est-il utilisé par les entreprises même dans le cas de l\’existence d\’intermédiaires financiers ? Jain (2001) a répondu à cette question en suggérant que le créancier commercial joue le rôle de deuxième couche entre les intermédiaires financiers (principalement les banques) et les emprunteurs. Parce que les fournisseurs et les banques ont besoin d\’informations pour évaluer la solvabilité des clients et leurs risques de défaillance, les fournisseurs disposent de canaux plus faciles et moins coûteux pour obtenir des informations financières des clients par rapport aux banques. En conséquence, dans un secteur comptant de nombreux clients, les banques préfèrent prêter de l’argent aux fournisseurs plutôt qu’aux clients pour économiser les coûts d’évaluation. Frank & Maksimovic (2004) indiquent également que ce rôle particulier de la deuxième couche est utile pour les fournisseurs et les acheteurs afin de réduire leurs besoins en financement externe, en particulier sur les marchés financiers inefficaces et les marchés sur lesquels les fournisseurs ont plus de pouvoir.

De plus, les résultats de recherche d\’Alphonse et al. (2003) confirment une hypothèse selon laquelle une augmentation de la dette bancaire diminue le niveau de crédit commercial d\’une entreprise. Comme l\’expliquent les auteurs, les entreprises ayant un crédit limité et un accès limité au crédit bancaire peuvent utiliser le crédit commercial. Schwartz (1974) souligne que l\’effet du contrôle monétaire est atténué par le crédit commercial. Pendant la période de restriction monétaire, les entreprises ayant accès à d\’autres ressources de financement sont disposées à offrir des crédits commerciaux aux clients ; ces clients sont susceptibles d\’utiliser le crédit commercial fourni, car les intérêts bancaires sont supérieurs aux coûts du crédit commercial.
4. Aspects influençant l’utilisation du crédit commercial
4.1 Relation entre fournisseurs et clients
Selon Burkart & Ellingsen (2004), les fournisseurs sont des acteurs essentiels du financement du crédit commercial. Soutenus par Petersen et Rajan (1994), ils soulignent que les relations entre les fournisseurs et les clients ont un impact sur le niveau du crédit commercial. Nilsen (2002) indique également que le crédit commercial est déterminé à la fois autour de la vente de biens par les fournisseurs et les clients, et est influencé par la relation entre eux. De plus, les fournisseurs offrent un crédit commercial avec une remise attrayante pour pouvoir recevoir le paiement le plus tôt possible.
4.2 Relation entre clients, banque et autres institutions financières
Petersen et Rajan (1994, 1997) ont constaté qu\’aux États-Unis, les petites entreprises qui n’entretiennent pas de relations étroites avec les banques et les autres institutions de financement possèdent plus de comptes à payer. Ils impliquent que le crédit commercial est le dernier choix de financement pour les entreprises contraintes. Wilner (2000) étudie également les relations entre fournisseurs et clients et suggère aux grands clients dont les fournisseurs dépendent d\’eux, de prendre davantage de crédits commerciaux que de crédits bancaires lorsqu\’ils sont confrontés à des contraintes financières.
4.3 Politique monétaire : Crédit commercial comme substitut du crédit bancaire
En outre, Nilsen (2002) soutient que l\’utilisation du crédit commercial est liée à la politique monétaire.
À son avis, le crédit commercial est une substitution au crédit bancaire, même si ce n\’est pas le meilleur choix. C\’est vrai soutenu dans ses recherches que les petites entreprises ont recourt à plus de crédit commercial pendant l’existence des contraintes monétaires, comme le crédit commercial est la seule alternative pour eux de recueillir des fonds.
Nilsen (2002) indique que la plupart des entreprises tentent d\’éviter le crédit commercial en raison de son coût élevé par rapport au crédit bancaire. Les entreprises ne recourent au crédit commercial des fournisseurs qu’en cas de contraintes financières et de crédit financier alternatif disponible. Comme les conditions et les intérêts du crédit commercial restent constants dans le temps, dans le cas de contraintes monétaires, le coût du crédit bancaire est probablement supérieur au coût du crédit commercial. Par conséquent, les entreprises vont déplacer leurs sources de financement vers le crédit commercial.
4.4 Présence des coûts de surveillance
Comme indiqué précédemment, les fournisseurs et les banques doivent collecter des informations sur les entreprises afin d’évaluer leurs risques et la performance financière de l’emprunteur. Les coûts de surveillance engagés sont variés. Jain (2001) indique que l\’utilisation du crédit commercial est liée à la surveillance des coûts. Tout d\’abord, Jain (2001) explique qu\’un secteur disposant d\’un accès parfait aux informations des vendeurs incitera les banques à financer leurs fournisseurs. C’est rentable pour les banques d’économiser les coûts de surveillance des acheteurs par rapport aux prêts aux acheteurs directement ; Cependant, sur un marché comptant peu d\’acheteurs, les banques prêtent des fonds directement aux acheteurs, car la réduction des coûts de surveillance ne les attire pas. En second lieu, Jain (2001) souligne que le crédit commercial est étendu aux industries à coût de faillite élevé et aux industries à coût de surveillance fixe. De manière générale, les résultats de la recherche de Jain (2001) démontrent que l’utilisation du crédit commercial dépend des économies réalisées sur les coûts de surveillance.
Tous les aspects susmentionnés dans cette partie sont résumés dans le tableau 3.

Tableau 3 Aspects influençant l\’utilisation du crédit commercial
5. Motivation de l’utilisation du crédit commercial et les théories associés
Selon la théorie de Cheng & Pike (2003), il existe de grandes différences dans les motivations de l’utilisation du crédit commercial entre entreprises. Dans l\’intervalle, la plupart des entreprises utilisent le crédit commercial pour saisir améliorer son image de marque et établir une relation forte avec ses clients. De plus, le crédit commercial est considéré comme un outil permettant d’accroître les ventes dans les recherches de Shiraishi & Yano (2010). Ng et al. (1999) et Petersen & Rajan (1997). Nilsen (2002) soutient que certains clients comptent sur le crédit commercial même s\’ils peuvent facilement obtenir du crédit bancaire à un coût raisonnable, car ils ne veulent pas trop dépendre des banques. En attendant, ils aimeraient avoir la même croissance des comptes créditeurs et des comptes débiteurs pour maintenir le bilan à égalité. Pour résumer, les fournisseurs ont recours au crédit commercial pour fidéliser leurs clients (Ng et al., 1999) et les clients peuvent également tirer des avantages intéressants de leur dette commerciale.
5.1 Motif d’offre du crédit commercial
5.1.1 Théorie de l’avantage financier
Petersen & Rajan (1997) et Huyghebaert (2006) prouvent que les entreprises soumises à des contraintes de financement externe préfèrent recourir au crédit commercial, ce qui signifie que les entreprises à fortes contraintes financières utilisent davantage de crédit commercial. Plusieurs études (Petersen et Rajan, 1997 ; Kohler et al. 2000 ; Garcia-Teruel et Martinez-Solano, 2010a ; Emery, 1984 ; Demirguc-Kunt et Maksimovic, 2001) démontrent que les fournisseurs ont certains avantages à fournir du crédit commercial par rapport à d\’autres institutions de financement.
Ces avantages sont représentés sous trois aspects. Premièrement, les fournisseurs peuvent facilement évaluer la performance financière et la solvabilité des acheteurs grâce à leurs activités (Petersen et Rajan, 1997 ; Garcia-Teruel et Martinez-Solano, 2010a). Par conséquent, ils ont moins de risques à octroyer des crédits commerciaux que les crédits bancaires. Deuxièmement, les fournisseurs ont plus de pouvoir pour exiger le remboursement en menaçant les acheteurs de réduire leur offre future de biens et de services, en particulier sur un marché où la concurrence est moins vive, car les acheteurs dépendront considérablement des fournisseurs limités. En revanche, le droit de la faillite peut contraindre les institutions financières à retirer leurs prêts financiers antérieurs (Emery, 1984 ; Demirguc-Kunt & Maksimovic, 2001).
Cet avantage permet aux fournisseurs de fournir davantage de crédits commerciaux que ceux que les banques sont disposées à offrir (Cunat, 2007). Troisièmement, il existe un autre avantage pour les fournisseurs de certaines industries : ils peuvent reprendre possession des marchandises facilement au cas où les acheteurs ne pourraient pas payer, et ces marchandises peuvent être revendues à d\’autres clients. Résumés par Garcia-Teruel et Martinez-Solano (2010a), l\’offre de crédit commercial dépendra de la solvabilité des acheteurs et de leur capacité à obtenir un autre financement externe à moindre coût. On suppose que les entreprises ayant accès aux marchés des capitaux accorderont davantage de crédit commercial à celles qui ne le font pas.

Limites de la théorie de l’avantage financier
Certaines théories sont contredites par les avantages financiers des fournisseurs susmentionnés. Tout d’abord, selon Burkart & Ellingsen (2004), le contrôle des avantages des fournisseurs présente deux principales lacunes.
Le premier inconvénient est qu’elles estiment que les banques sont plus spécialisées dans l’évaluation de la solvabilité des emprunteurs par rapport à leurs fournisseurs, et qu’elles ne peuvent pas obtenir suffisamment d’informations sur la situation financière des emprunteurs. Le deuxième inconvénient est que, si les fournisseurs disposent de davantage d\’informations financières sur les emprunteurs, ils ne leur prêtent pas directement d\’argent en espèces, mais se contentent d\’accorder la valeur des intrants sous forme de crédit commercial.
Deuxièmement, de l’avis de Frank & Maksimovic (2004), dans la situation par défaut des emprunteurs, les vendeurs ne peuvent reprendre possession de leurs biens et les revendre que si les produits ne sont pas transformés en produits finis, sinon ils ne sont pas autorisés à faire de même. Cela signifie que l\’avantage collatéral des fournisseurs est diminué. Fisman et Love (2003) soulignent que le processus de revente de biens est lié aux caractéristiques des intrants, telles que l\’amortissement et la spécificité de l\’entreprise. Les recherches de Burkart et Ellingsen (2004) montrent donc que les industries qui ont besoin de nombreuses matières premières peuvent facilement obtenir et détenir de grandes quantités de crédits commerciaux.
Troisièmement, Nilsen (2002) suggère que le crédit commercial est une mauvaise alternative au crédit bancaire. La première raison est que le crédit commercial n\’est appliqué qu\’aux intrants des emprunteurs, tandis que le crédit bancaire n\’est pas limité. Et plus important encore, Emery (1984) soutient que le crédit commercial n’est normalement accordé qu’aux emprunteurs qui ont des contrats réguliers avec eux; de plus, le crédit commercial est généralement accordé dans les 30 jours pour le paiement intégral, ce qui est beaucoup plus court que les prêts bancaires; enfin, les emprunteurs qui ne peuvent pas effectuer leur paiement en crédit commercial dans les délais impartis ou rembourser tardivement sont passibles de sanctions de la part des fournisseurs et peuvent même nuire à leurs relations qui ont probablement besoin de beaucoup de temps pour se reconstruire.
5.1.2 Théorie de la discrimination par les prix
Ng et al. (1999) ont trouvé des preuves montrant que le fournisseur peut prolonger la période du crédit commercial ou offrir un taux d’escompte non acquis aux acheteurs ayant une relation à long terme. Cela est conforme à la théorie de la discrimination par les prix. Les résultats de recherche de Petersen et Rajan (1997) sont également compatibles avec cette théorie.
Brennan et al. (1988) soulignent que les entreprises très puissantes sur le marché offrent davantage de crédits commerciaux.
Ces entreprises qui fonctionnent avec une marge bénéficiaire élevée sont incitées à réaliser des ventes élevées sans réduire les prix pour les acheteurs. En conséquence, ils offrent les mêmes conditions de crédit à tous les acheteurs. Cependant, Brennan et al. (1988) expliquent en outre que les acheteurs ayant accès à d\’autres sources de financement moins chères réalisent le paiement avant la date de remise pour obtenir des rabais. Les acheteurs n\’ayant pas accès à d\’autres sources sont également susceptibles de payer à la date d\’échéance afin d\’éviter des frais d\’intérêts élevés.
Wilson & Summers (2002) ont indiqué que les conditions de crédit établies déterminent le prix effectif des produits. Brennan et al. (1988) expliquent également que l\’extension du délai de paiement et l\’octroi d\’une réduction pour paiement immédiat sont des méthodes permettant de réduire les prix pour les clients. Cependant, Fisman et Love (2003) expliquent que le crédit commercial ne peut être utilisé comme discrimination de prix que dans les situations suivantes : premièrement, la flexibilité de demander aux clients du crédit est inférieure à celle des clients au comptant. Une faible flexibilité indique une demande constante, donc une relation fournisseur / client stable ; deuxièmement, l’asymétrie de l’information existe sur le marché du crédit. En cas d’inefficacité de l’information des clients sur le produit, les fournisseurs accordent un crédit commercial pour augmenter leurs ventes ; troisièmement, le crédit commercial est utilisé pour concurrencer d\’autres concurrents du même secteur. Petersen et Rajan (1997) démontrent que les entreprises ayant une marge bénéficiaire supérieure souhaiteraient octroyer davantage de crédits commerciaux car elles comptent énormément sur les crédits commerciaux pour réaliser des ventes continues plus importantes.
Par conséquent, les entreprises ayant des marges bénéficiaires plus élevées souhaiteraient accorder davantage de crédits commerciaux.
5.2 Motif de la demande du crédit commercial
5.2.1 Théorie des coûts de transaction
Le crédit commercial peut également apparaître comme un moyen naturel de réduire les coûts inhérents à la gestion de la trésorerie d\’une entreprise. Il existe deux théories majeures qui motivent le crédit commercial en raison de ces coûts de transaction. Premièrement, les entreprises confrontées à l’incertitude quant à la date de livraison des marchandises peuvent utiliser le crédit commercial pour déterminer par anticipation les entrées ou les sorties de trésorerie (Ferris, 1981). Cela permet à l’acheteur de prévoir le moment où les flux de trésorerie se produiront, ce qui élimine le besoin de liquider un actif ou d’obtenir une facilité de découvert, réduisant ainsi le les coûts associés à l\’obtention de la liquidité. Symétriquement, un vendeur confronté à des rentrées de fonds aléatoires est incité à obtenir un flux de trésorerie plus prévisible et à mieux gérer ses liquidités. Deuxièmement, le crédit commercial peut être justifié comme moyen efficace pour les entreprises confrontées à des besoins de liquidités afin de minimiser les coûts de gestion de la liquidité liés aux emprunts excessifs ou à l’insolvabilité (Emery, 1984). À court de liquidités, les entreprises peuvent obtenir des liquidités en intégrant les comptes clients. Les incitations à offrir des crédits commerciaux plutôt que d’obtenir des liquidités par le biais de dépôts à vue, d’engagements de prêts ou en investissant dans des titres négociables liquides résultent des rendements plus élevés du crédit commercial.
Petersen et Rajan (1997) affirment que l\’acquisition d\’informations est la principale source d\’avantages en termes de coûts du crédit commercial. En fait, les fournisseurs ont une meilleure capacité à obtenir des informations sur les acheteurs prêteurs (Schwartz, 1974). La survenance et le nombre de commandes des acheteurs donnent aux fournisseurs des informations sur la solvabilité de leurs clients.
La deuxième source d\’avantage de coût découle du pouvoir menaçant du vendeur par rapport à l’institution financière. Lorsque les chances de remboursement sont réduites, les vendeurs peuvent menacer les acheteurs pour couper les approvisionnements futurs. Ce pouvoir devient plus fort lorsque les acheteurs ont des fournisseurs alternatifs limités du produit nécessaire ou lorsqu\’ils ne représentent qu\’une petite partie du chiffre d\’affaires du vendeur (Kandori, 1992). En outre, en cas de défaut de l\’acheteur, le vendeur peut récupérer la valeur de la saisie des biens fournis.
Les institutions financières peuvent également récupérer la valeur des actifs existants. Cependant, le fournisseur récupère les marchandises et les marchandises à bas prix, car il négocie souvent dans le même secteur que l\’acheteur et utilise déjà le même canal. En conséquence, Mian et Smith (1992) notent que le crédit commercial offert est d\’autant plus élevé que les biens fournis fournissent de meilleures garanties.
Petersen et Rajan (1997) soutiennent que plus l\’acheteur transforme les biens, moins l\’avantage du vendeur par rapport aux institutions financières le sera.
Enfin, le crédit commercial est un outil opérationnel flexible. En effet, lorsque la demande fluctue, l\’entreprise peut ajuster le prix ou la production. Néanmoins, comme l\’a avancé Emery (1984), cet ajustement traditionnel est coûteux et peut être remplacé par une modification des conditions du crédit commercial. Plus précisément, les termes peuvent être assouplis ou resserrés proportionnellement à la demande. D\’un point de vue empirique, Long et al. (1993) constatent une relation positive entre la demande de variabilité de l\’entreprise et l\’offre de crédit commercial.
Selon la théorie des coûts de transaction, un crédit commercial existe afin de réduire les coûts liés à la relation d\’échange entre l\’acheteur et le vendeur. Puis, comme Ferris (1981) soutient l\’amélioration des technologies de transaction peut réduire le niveau de crédit commercial. Inversement, cette baisse n\’a pas été détectée ces dernières années.
5.2.2 Théorie de la liquidité
Le crédit commercial est la source importante de financement que les entreprises rationnées utilisent (Petresen et Rajan, 1994). Le point central de cette idée, comme le suggère Emery (1984), est que les entreprises ayant un niveau de liquidité élevé ou accédant aux marchés de capitaux peuvent financer des sociétés rationnées en offrant des crédits commerciaux. Nielsen (2002) appuie cette hypothèse en montrant qu\’en période de contraction monétaire, les entreprises rationnées par le crédit augmentent la quantité de biens achetés par crédit commercial.
De la même manière, Petresen et Rajan (1997) obtiennent des preuves à l\’appui de la relation négative entre l\’accès de l\’acheteur à d\’autres sources de financement et l\’utilisation du crédit commercial. Ainsi, les entreprises financièrement contraintes sont plus susceptibles d\’utiliser le crédit commercial que les entreprises ayant un accès plus facile aux intermédiaires financiers. Cette justification est insuffisante car elle ne précise pas pourquoi les entreprises financièrement non contraintes utilisent le crédit commercial.
Fisman & Love (2003) classent quatre types de motifs d’utilisation du crédit commercial en fonction de la littérature précédente. Outre les théories susmentionnées, ils soulignent que la liquidation des entreprises acheteuses et des produits personnalisés a également une influence sur la fourniture de crédit commercial par les fournisseurs. Ils affirment que plus l\’acheteur est facile à liquider, plus il est probable qu\’un crédit commercial lui soit accordé, car il est plus facile pour le fournisseur de revendre les marchandises en cas de défaillance de l\’acheteur. Cela concorde avec une partie de la théorie de l’avantage financier. Cependant, le produit personnalisé est une nouvelle théorie pour les chercheurs. Fisman & Love (2003) suggèrent que les relations établies entre fournisseurs et clients au cours des processus de personnalisation des produits peuvent durer plus longtemps.
Ainsi, les fournisseurs souhaiteraient offrir davantage de crédits commerciaux en raison de leur spécialité aux clients. En outre, le crédit commercial est considéré comme plus flexible que les prêts bancaires (Danielson et Scott, 2004), en raison de ses fluctuations dans les activités commerciales. Danielson & Scott (2004) estiment également qu\’un retard temporaire dans le paiement d\’un crédit commercial est moins coûteux par rapport à un retard dans les prêts bancaires.
5.3 Théorie de la fiscalité ou présences de taxes
L\’une des premières explications données pour motiver le crédit commercial dans un cadre qui incorpore les frictions du marché est l’existence de taxes (Brick et Fung, 1984). S\’il existe différents régimes fiscaux pour l\’acheteur et le vendeur, le crédit commercial devient un moyen de se protéger du barème d\’imposition le plus élevé. En effet, un vendeur doit déclarer son revenu imposable au prorata des versements de crédit reçus. Dans ce modèle, le crédit commercial passera des vendeurs aux acheteurs (ou vice versa, c\’est-à-dire au moyen du paiement anticipé de biens) en fonction de la répartition des taux d\’imposition marginaux entre acheteurs et vendeurs.
L\’acceptation du crédit commercial par l\’acheteur dépend de sa capacité à accéder à d\’autres sources de fonds. Le post-paiement offert par le vendeur implique un taux d\’intérêt implicite qui est incorporé dans le prix.
Par conséquent, l\’acheteur doit déterminer le coût réel des différentes alternatives de financement. De ce point de vue, Brick et Fung (1984) considèrent l\’effet de l\’impôt pour comparer le coût du crédit commercial au coût d\’autres sources de financement. Si les acheteurs et les vendeurs sont dans des tranches d\’imposition différentes, ils n\’ont pas les mêmes coûts d\’emprunt. Les auteurs soutiennent que les entreprises d\’une tranche d\’imposition élevée gagnent en offrant des crédits commerciaux par rapport à celles qui ont des taux d\’imposition bas.
Par conséquent, les acheteurs dont le taux d\’imposition est inférieur à celui des vendeurs acceptent le crédit commercial et ceux qui se situent dans une fourchette d\’imposition plus élevée peuvent emprunter auprès d\’institutions financières. Toutes choses étant égales par ailleurs, les acheteurs dont les taux d\’imposition effectifs sont faibles choisissent le crédit commercial et ont des niveaux de créditeurs plus élevés que les acheteurs dont le taux d\’imposition effectif est plus élevé. Même certaines études empiriques soutiennent la théorie fiscale, l\’argument cela ne semble pas être adéquat car il ne peut pas expliquer le crédit commercial entre entreprises situées dans la même tranche d\’imposition.

5.4 Théorie d’agence ou problèmes d’aléa moral
Selon Jensen et Meckling (1976), la relation entre l\’entreprise et ses clients est une relation d\’agence caractérisée par deux problèmes d’information : la sélection adverse et l\’aléa moral. La sélection adverse émerge de l\’information asymétrique ex-ante entre le vendeur et l\’acheteur (Dahlstrom et Ingram, 2003). Surtout, lorsque les caractéristiques des biens acquis ne sont pas observables par ce dernier. Pike et al., 2005 et Smith, 1987 étudient ce problème en testant la théorie de la qualité des produits. Cependant, le problème informationnel ex post appelé risque moral n\’est pas encore étudié. Ce phénomène se produit si le client se comporte de manière opportuniste lorsque le paiement est dû. Par conséquent, la théorie de l\’agence peut fournir une explication de la politique de crédit commercial. En présence d\’ex- En ce qui concerne l\’information asymétrique, l\’offre de crédit commercial joue un rôle important dans l\’atténuation du problème de sélection adverse. En effet, le fournisseur étend le crédit commercial afin de communiquer des informations sur les caractéristiques et la qualité des produits vendus. De plus, le refus de vendre peut-être le résultat d\’un problème d\’aléa moral généré par des informations asymétriques ex-post entre acheteurs et fournisseurs.
Généralement, la principale différence entre l\’explication de la théorie de l\’agence et d\’autres théories essayer de clarifier la politique de crédit commercial est la considération du compromis entre l\’antisélection et l\’aléa moral phénomènes.
5.5 L’information asymétrique et théorie de la qualité des produits
Rodriguez-Rodriguez (2006) insiste sur les problèmes d\’asymétrie d\’information entre entreprises et institutions financières. L\’auteur affirme que les fournisseurs ont des avantages en termes d\’information par rapport aux banques, pour l’évaluation des résultats financiers d’une entreprise et la revente de produits en cas de non-paiement Par conséquent, le crédit commercial est considéré comme un moyen d’atténuer les problèmes d’asymétrie de l’information, car le niveau de crédit commercial est un signe de la solvabilité des entreprises pour les banques. D\’autre part, la qualité du produit peut être indiquée par le montant du crédit commercial accordé aux acheteurs, ce qui entraîne une réduction de l\’asymétrie de l\’information entre fournisseurs et acheteurs (Burkart & Ellingsen, 2004).
Fisman & Love (2003) estiment que les entreprises qui dépendent du crédit commercial croissent plus rapidement que celles qui n’ont pas accès au crédit commercial. Wilson & Summers (2002) ont également constaté que le crédit commercial était particulièrement utilisé par les entreprises à croissance rapide mais aux prises avec des problèmes financiers.
Ng et al. (1999) et Wilson & Summers (2002) affirment que le crédit en termes de conditions de commerce en deux parties peut indiquer à l’avance des problèmes de situation financière des entreprises et que les conditions de crédit offertes par les fournisseurs peuvent aider les acheteurs à atténuer temporairement leurs difficultés financières. Par conséquent, ces auteurs soutiennent que même si le crédit commercial est une méthode de financement à court terme, il est considéré comme faisant partie de la stratégie à long terme des fournisseurs de maintenir la relation client.
Un autre argument est que le crédit commercial détermine dans une certaine mesure la qualité du produit de manière à donner aux clients le temps d\’évaluer (Garcia-Teruel et Martinez-Solano, 2010a ; Smith, 1987). Les auteurs discutent du fait que les entreprises proposant des produits nécessitant plus de temps pour évaluer prolonger le délai de paiement de leurs clients. Par conséquent, il est prévu que les entreprises offrant une qualité de produit élevée offrent aux clients une période de crédit commercial plus longue, ce qui est particulièrement vrai pour les nouveaux venus sur le marché.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *