LBO – La finance pour tous

Qu’est-ce qu’un LBO ? Ce sigle signifie « leveraged buy out », ce qui se traduit littéralement par « rachat d’entreprise avec effet de levier ». Il s’agit d’une technique financière par laquelle un fonds d’investissement en général rachète une entreprise en se finançant principalement par endettement, ce financement par endettement permettant de réaliser un taux de profit supérieur à celui qu’il aurait obtenu s’il avait financé intégralement son acquisition en cash. Cette technique est connue comme « levier d’endettement ». Elle est largement utilisée par les fonds d’investissement. Un LBO (Leverage Buy Out) peut être défini comme l’achat d’une entreprise saine, financé partiellement par des emprunts, dans le cadre d’un schéma financier, juridique et fiscal spécifique où les dirigeants repreneurs sont associés en partenariat avec des investisseurs financiers spécialisés en vue de réaliser ensemble une plus-value à moyen terme. Dans le LBI (Leverage Buy-In), l’acheteur vient de l’extérieur dans le capital de la société alors que dans le LBO, il est issu de celle-ci.2 L’achat … Un LBO implique en principe un changement de contrôle de l’entreprise achetée. … d’une entreprise saine … Le LBO concerne des entreprises industrielles, commerciales ou de services d’une certaine et dont la valeur excède les capacités financières d’un dirigeant repreneur individuel. L’entreprise doit être financièrement saine, rentable et disposer de solides atouts concurrentiels. … financé partiellement par des emprunts … Les prêts sont réalisés principalement par les banques. Un niveau optimal d’endettement est déterminé par les investisseurs financiers, au cas par cas, en fonction des caractéristiques financières de la société cible. … dans le cadre d’un schéma financier, juridique … L’achat est réalisé via un holding de reprise, qui détiendra les titres de la cible et supportera les emprunts correspondants. Les emprunts bancaires du holding de reprise sont garantis par les titres de la cible. Ce type de montage fait apparaître un effet de levier financier (défini comme le rapport dettes d’acquisition/fonds propres) qui augmente la rentabilité des capitaux investis par les actionnaires. … et fiscal spécifique … Il est préférable que le holding de reprise détienne au moins 95 % du capital et des droits de vote de la cible, ce qui permet de déduire les frais financiers de la dette d’acquisition du bénéfice imposable de la cible en application du régime de l\’intégration fiscale. Dans le cas contraire le montage n\’est pas optimisé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *