Principaux produits dopants et leurs effets secondaires

Depuis les débuts du sport, dans l’antiquité, certains athlètes ont toujours usé de stratagèmes pour accroître leurs performances physiques et mentales à l’aide de produits dopant et tout cela de façon interdite. J’aimerais comprendre dans quelle mesure la recherche de la performance y contribue-t-elle? Quelles conséquences peut-il y avoir sur le corps et la santé en générale? D’un autre côté, je voudrais savoir si ces athlètes ayant eu recours à ces produit dopants, ont eu un quelconque changement au niveau de leur parcours sportif que ce soit de façon positive: en ayant un meilleur niveau ce qui veut dire intégration d’une meilleure équipe et donc un salaire plus élevé, arrivée de sponsors, etc. ou de façon négative: test antidopage positif, mauvaise image de soi aux yeux des supporters, clubs, amis et famille, ainsi qu’une possible exclusion allant de quelques mois, à l’exclusion à vie.

Le dopage dans le football sera l\’activité principale de mon travail interdisciplinaire. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours exercé le football en club. Cette passion m’a été transmise par ma famille, plus particulièrement par mon père étant donné qu’il a lui-même pratiqué ce sport de façon professionnelle durant de nombreuses années. En effet, j’ai toujours baigné dans le monde du football, que ce soit en regardant des matchs à la télévision ou même dans un stade. J’ai par ailleurs visité, il y a 2 ans, plusieurs infrastructures, notamment celle du Real Madrid et celle du Benfica. C’est un sport que je pratique maintenant depuis plus de 7 ans, à une fréquence de 4 fois par semaine. Je suis de très près les matchs de football et m’intéresse très fortement à ce sport d’équipe. Il est donc important pour moi de comprendre le pourquoi du comment certains sportifs décident de se doper.

Durant la semaine interdisciplinaire, j’ai beaucoup appris sur le sport. Nous avons eu la chance de visiter le musée olympique, ainsi qu’une sensibilisation à la violence (dans les sports) avec l’intervention en classe de la brigade anti-hooligan. Malheureusement, il n’y a pas eu de sujet concernant le dopage lors de cette semaine interdisciplinaire, ce qui ne m’a pas permis d’en apprendre beaucoup plus à propos de mon sujet. Néanmoins, j’ai pu en apprendre énormément sur le sport en général et plus particulièrement sur le foot. Notamment, grâce à l’intervention de la brigade anti-hooligan qui m’a appris considérablement de choses sur les moyens mis en place avant, pendant et après les matchs ainsi que les mesures qui peuvent être prises à l’égard des supporters violents, plus connus sous le nom d’ultras ou hooligans.

Pour rédiger mon TIP et tenter de répondre à ma problématique: « Quelle place occupe le dopage dans le monde du football? » j’entrerai en matière avec trois disciplines et trois sous-questions. Après une réponse de la part d’interroge sur ma problématique, je compte me documenter auprès des bibliothèques municipales de la ville de genève, dans le catalogue genevois du Réseau bibliothèques de Suisse occidentale (RERO), sur “Google scholar” ; “Isidore” ; ”JURN” ainsi que sur des sites présents sur le système d’exploitation google.

Mes trois sous-questions auront comme thème : la santé, l’économie/ le juridique ainsi que l’éthique.

La première sous-question est: « Quels impacts les produits dopants ont-ils sur la santé générale des footballeurs? ». Je compte développer cette sous-question en analysant les types de produits dopant utilisés par les footballers ainsi que les différentes façons qu’ils ont de se les administrer. Je vais aussi tenter de comprendre les impacts que les produits dopants ont sur le corps humain, mais aussi sur la santé mentale.

La deuxième sous-question est: « Quels sont les enjeux économiques d’un footballeur dopé? ». Pour cette sous question, je vais me pencher sur le côté économique du dopage, que ce soit avec l’apparition de sponsors, d’augmentations salariales, de changements de clubs, d’une plus grande visibilité, etc. ou au contraire d’un remboursement de sponsors, d’une possible exclusion à vie, mauvaise image de soi, etc.

La troisième sous-question est: « Quel impact le dopage a-t-il dans l’éthique du football? ». Pour aborder cette question secondaire, je vais me renseigner sur l’éthique du sport, plus particulièrement du football, et voir l’impact qu’à le dopage dessus. De ce fait, je verrai quelles valeurs d’éthique sont enfreintes lorsqu’un athlète est impliqué dans une histoire de dopage.

Développement

Quel impact les produits dopants ont-ils sur la santé générale des athlètes?

Introduction:

Je compte développer cette sous-question, en commençant par expliquer en quoi consiste le dopage, en analysant les différents produits dopants utilisés par les footballeurs ainsi que leurs dangers et effets sur le l\’organisme, que ce soit physique ou/et mental. Je terminerais avec une conclusion en résumant sur quelques lignes ce que j’ai pu dire au cour de mon développement afin de clôturer le premier chapitre.

Tout d’abord, qu’est-ce que le dopage?

Le dopage est une façon de “booster” ses capacités physique et intellectuelle. Cette pratique est notamment et surtout utilisée par les footballeurs de haut niveau voir professionnels. Les raisons qui poussent ces athlètes à avoir recours à ces moyens illégaux sont multiples. Les principales raisons qui poussent ces athlètes à tricher sont les suivantes: améliorer ses performances à l\’entraînement, tout comme dans un tournoi, etc ; être bien vu par les clubs et les supporters ; retrouver un bon niveau lorsqu’un athlète atteint un certain âge.

Les différents produits/méthodes dopants et leurs effets/impacts sur le corps humain

Autotransfusion

Principe

L’autotransfusion sanguine consiste à extraire entre 450 et 1800 ml de sang et le centrifuger, dans le but de séparer le plasma des globules rouges. Le plasma est ensuite réinjecté dans le corps du footballeur tandis que les globules rouges sont stockées au frais, la plupart du temps dans un réfrigérateur (Max 4°) à l’abris des bactéries. Le prélèvement se fait environ deux à trois mois avant un tournoi, entraînement, etc afin que l’anatomie aie le temps de recomposer naturellement les globules rouges. L’athlète se fait transfusés les globules rouges la veille d’un tournoi, entraînement, etc. L’AT est une technique de dopage assez difficile à être dépistée-

Effets / Dangers

Les effets d’une autotransfusion vont modifier certains des paramètres sanguins, dans le but d\’accroître les performances physique du sportif, avec une augmentation du volume maximal d’oxygène consommé pouvant aller jusqu’à 12,8%.
Il y a des risques d’accidents circulatoires graves due à l’augmentation de la viscosité sanguine ainsi qu’un potentiel arrêt cardiaque.

Etant donné que cette action ne soit pas exécutée dans un endroit dédié à cette pratique, les risques d\’infections qu’elles soient bactériennes ou virales sont plausibles. Ces contaminations peuvent apparaître à plusieurs étapes du processus d’autotransfusion. Les 3 étapes où les infections peuvent avoir lieu sont: lors du prélèvement de sang, de sa préservation et/ou de son injection.

Érythropoïétine (EPO)

Principe

L’érythropoïétine est une hormone, elle permet à certaines parties du corps, notamment au coeur, aux poumons ainsi qu’aux muscles de travailler davantage sans éprouver le moindre signe de fatigue. De plus, il ralenti l\’apparition d\’acide lactique, généré tout au long de l’effort musculaire quand l\’oxygène vient à manquer. Une hausse significative de globules rouges accroît l’étendue d\’oxygène transportable dans le sang vers les muscles ce qui résulte de performances bien plus élevées que la normale.

Effets / Risques

Une overdose d’érythropoïétine peut résulter d’une hypertrophie du sang, accroître les risques d\’infarctus, de thrombose et d\’embolie pulmonaire.
En plus des effets cités plus haut, il se peut que des palpitations, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, maux de tête violents, hypertension et thromboses vasculaires mortelles puissent se produire et être ressenti.

Bêta-bloquants

Principe

Le dopage aux bêta-bloquants freine l’activité des hormones d’angoisses, de stress dites endogènes (adrénaline et noradrénaline).
Les 2 buts principaux des bêta-bloquants sont: contrôler le stress et le rythme cardiaque. Tout cela limite/abaisse les tremblements musculaires et augmente la concentration ainsi que le contrôle du stress.

Effets / Risques

Les dangers que présente ce type de dopage sont surtout liés au coeur et la tension artérielle. Une mauvaise circulation sanguine et une diminution de la pression de celle-ci. Une baisse voir un manque total de glucose dans le sang, plus connu sous le nom d’hypoglycémie.

Le coeur étant aussi touché avec des probabilités de dysfonctionnement et de troubles cardiaque. Mais ce ne sont pas les seuls effets indésirables que procure les bêta-bloquants. Des baisses au niveau de l’endurance ainsi que du sommeil sont très fréquentes. Un manque de force, l’effort devient d’une grande complexité, non pas dû à une fatigue musculaire, mais à une défaillance au niveau du système nerveux. D\’autres effets comme la dépression, le diabète, une baisse de la libdo et des performances également.

Sédatifs et corticoïdes

Principe

Les corticoïdes sont des produits dopants qui ont pour objectif d’améliorer les compétences mentales et physiques des athlètes. Les corticoïdes permettent d’endurer des efforts insoutenable en temps normal sans que la fatigue ne se fasse ressentir ainsi qu’une résistance à la douleur fortement accru.

Les différentes façons dont les corticoïdes peuvent être administrés sont:
Sous forme d’injection, qu\’elle soit intraveineuse ou même intramusculaire
Sous forme de comprimés
Par voie rectale

Effets / Risques

Plusieurs effets et risques sont constatés lorsque cette substance dopante est prise. La tuberculose est une maladie transmissible qui ressort souvent chez les personnes du troisième âge. Ce n’est évidemment pas la seule maladie causée par les corticoïdes, le diabète est une maladie qui apparaît lorsque l’insuline créé par le pancréas est insuffisante ou bien mal gérée par l’organisme. Il se peut qu’une insuffisance au niveau de la sécrétion des hormones corticoïdes jaillisse, ce qui augmente la possibilité d’une insuffisance surrénale même lorsque le traitement s’effectue sur une courte durée.

D’autres risques existent comme la création de boutons de fièvre, les pertes de peau créant des plaies au niveau de l’estomac appelées ulcères, l’insomnies ainsi que l’excitation

Les effets constatés sont les suivants: limitation voir disparition de la douleur et des inflammations, le non ressenti de la fatigue pouvant ainsi accroître les performances physiques du footballeur, les rétractions cutanées ainsi qu’une grande probabilité de dépendance.

Amphétamines

Principe

Les amphétamines sont des produits dont le but est de booster en quelques sortes ses performances et retarder le sentiment et l’impact de la fatigue. Elles amplifient le niveau de concentration et ont des effets énergisants, antidépresseurs et stimulants. En parlant d’effets, ceux des amphétamines, se font ressentir dans les deux heures qui suivent, voir même dans l’heure pour certains cas.
L’administration des amphétamines peut se faire des façons suivantes :
Absorbées sous forme de gélules, de comprimés ou même de capsules
Par voie nasal sous forme de poudre
Par voie respiratoire sous forme de fumée

Effets / Risques

Les effets recherchés sont nombreux. Dans la liste de ces effets nous pouvons retrouver: l\’atténuation voir dans certains cas la disparition de la douleur et de la fatigue; Une augmentation accrue de la confiance en soi, surestimant ainsi les capacités de l\’athlète, ce qui donne l’impression que rien n’est insurmontable; le sportif a une sensation de poussée intellectuelle soit une faculté à comprendre plus élevée, une mémoire améliorée, etc.

Il y a cependant de nombreux risques à ne pas négliger avec les amphétamines.Plusieurs problème peuvent survenir après leur consommations comme: l\’insomnie désignant un manque absolu de sommeil ou une baisse relative de celui-ci; une crampe représentant une contraction musculaire pénible, pouvant atteindre un niveau de douleur particulièrement élevé; une hypertension artérielle étant le résultat d’une hausse excessive de la tension artérielle. Lorsque la pression systolique dépasse les 140 millimètres de mercure ou quand la pression diastolique est haut dessus de 90 millimètres de mercure, nous pouvons d’or et déjà parler d’hypertension; l’hyperthermie étant une élévation de la température corporelle avec des valeurs dépassant les 37°; Crampes; concentration défaillante; migraines; tendances dépressives.

Diurétiques

Principe

Les diurétiques sont des médicaments qui sont pour la plupart du temps utilisés dans le but de masquer la prise d’autres produits dopants. La perte de poids est aussi un des objectifs désirés par les sportifs en prenant les diurétiques ils facilitent les sécrétions rénales.

Effets / Risques

Ce médicament à plusieurs effets et peut intervenir de diverses façons notamment ces deux:
En élevant la densité urinaire de façon que la concentration des autres produits dopants déjà présentent dans le corps, soient camouflées au maximum et qu’ils ne dépassent pas les seuils légaux (et donc insoupçonnable) afin d’éviter un contrôle positif au test antidopage.
En rendant l’équilibre acido-basique (pH) de l’urine plus acide, les chances d’être positif à un test antidopage sont très réduites car les produits dopants se retrouve comme dissimulés et donc moins en évidence.

Hormones de croissance

Principe

Les hormones de croissance aussi connues sous le nom de hGH, GH, somatotropine sont des substances qui peuvent être de provenance humaine comme synthétique (celles utilisées dans le cadre du dopage sont synthétiques). La vocation étant d’accélérer la croissance osseuse, ce produit fut vite dérivé de son but premier pour des fins moins légales. Effectivement, l’hormone de croissance est utilisée pour la hausse de la masse musculaire, potentialisation de l\’effet des anabolisants, augmentation de la puissance et pour cacher la prise d’autres produits dopants.
L’administration des hormones se fait sous forme d’injection, qu\’elle soit intraveineuse ou même intramusculaire.

Effets / Risques

Une croissance accru de certaines parties du corps (acromégalie) physiquement visibles tels que les mains, les coudes et les pieds. Au niveau du visage, un gonflement du nez, un épaississement de la langue, des lèvres plus grosses, un front galbé ainsi qu’un allongement de la mâchoire. Les parties du corps touchées par cette croissance ne sont pas seulement externes mais aussi internes, notamment avec l’augmentation de certains organes comme le foie et le coeur.
Une décrue du taux de glucose présent dans le sang autrement dit une hypoglycémie peut faire son apparition après la prise d’hormones.

A l’inverse, une croissance du taux de glucose présent dans le sang due à une maladie nommée diabète sucré peut se manifester.
D’autres effets comme les insuffisances rénales et hépatiques, l\’hyperactivité de la glande thyroïde, stérilité, problèmes articulaires, troubles cardio- vasculaires sont susceptibles d\’émerger.

Analgésiques, narcotiques

Principe

Les narcotiques sont des substances qui se comptent maintenant par centaines. Il y en a de toutes les sortes, parmi elles, la morphine ainsi que tous ces dérivés de l’opium tels que l\’héroïne par exemple. il y a bien évidemment d\’autres stupéfiants comme le cannabis, etc. Ces produits n’ont aucun impact corporel, en effet, ils ne touchent que la partie mentale et psychologique. Les buts principaux recherchés en pratique sportive sont un ressenti de la douleur plus faible, voir même nul et une façon de déstresser.

Effets / Risques

Une certaine forme de dépendance qu’elle soit physique ou psychique peut faire son apparition et devenir en une voire deux semaine une addiction.
Des changements au niveau du comportement sont notables avec un taux d’agressivité et d’excitation plus élevé que la normale.
Un risque de blessure est probable étant donné que la quasi totalité de la douleur est épargnée.
On peut aussi constater une forte baisse de la coordination et la concentration.
D’autres effets comme les nausées, troubles cérébraux, dépression, etc sont plausibles.

Insuline

Principe

L’insuline est une hormone qui contrôle le taux de sucre dans le sang (glycémie). Cette substance est utilisée comme anabolisant, mais également dans le but d’augmenter d’une part la récupération à l’effort et d’une autre l’endurance. La diminution du temps de récupération après un effort est due au sucre stocké dans les tissus prélevé auparavant. L’une des grandes raisons qui poussent les athlètes à prendre ce produit est le fait qu’en l\’espace de quelques minutes il disparaît dans le sang, le rendant ainsi indétectable.
L’administration d’insuline se fait par injection.

Effets / Risques

Utiliser de l’insuline lorsque nous sommes en parfaite santé équivaut à une conduite dopante. Les risques que représente la prise de cette substance sont les suivants:
Le taux de glucides dans le sang diminue fortement après l’administration d’insuline. L’apparition d’une hypoglycémie peut avoir lieu, si la diminution de glucides est très élevée. Si l’hypoglycémie devient très accru, cela peut entraîner un coma, voir même dans certain cas, la mort.

Les doses prises par les sportifs doivent être limitées ou en tout cas modérées, dans le cas contraire où des doses trop élevées seraient administrées, ceci se résumerait par une prise de masse grasse.
D’autres effets et risques comme l’altération de la vision, l’oedème qui est un gonflement des tissus causé par la présence d’une quantité inhabituelle de liquide, prémices de diabète, lésions du pancréas peuvent faire leur apparition.

Statistiques des contrôles effectués en 2017 par la RUSADA (The russian anti-doping agency).

Sur ce tableau, nous pouvons constater que le football n\’est pas le sport les plus contrôlé au niveau du dopage, sachant que c’est l’un de ceux qui est le plus pratiqué.

Déroulement d’un test antidopage

Un test antidopage sert à prélever des échantillons urinaire, sanguin, phanères (cheveux, ongles, etc) qui seront ensuite analysés dans des laboratoires spécialisés. Les contrôles se font de deux façons:
De façons inattendu, c’est-à-dire que l\’athlète n’est pas prévenu et doit se soumettre au contrôle sur le moment.
Sous convocation, à savoir que le sportif concerné reçoit une lettre de convocation, pour laquelle il devra donner son accord et aura a à sa disposition 30 minutes pour se présenter au lieu du rendez-vous.
Les acteurs touchés par ces tests ne sont pas seulement des athlètes de haut niveaux mais aussi des joueurs de 2ème ligue, etc.
Contrairement à ce que l\’on pourrait penser, ces contrôles ne sont pas seulements exécutés lors de grands tournois ou compétitions, mais aussi à l’improviste lors de simple entrainement.

Ces prélèvements sont réalisés par des médecins préparés par les fédérations, organisations, agences de contrôle antidopage comme l’AFLD, les fédérations sportives internationales, l’AMA, les organisations internationales, etc.
Revenons à nouveau sur le déroulement d’un test et ses différentes étapes . La première choses à faire, c’est de choisir le/les sportifs qui seront contrôlés. Pour se faire, deux alternatives sont envisageables:

La première s’agissant d’un tirage au sort

La deuxième par rapport au rang du/des joueurs
L’agent de contrôle antidopage (ACD) aussi appelé chaperon est tenu d’informer l\’athlète du tirage auquel il fut sélectionné et le mettre au courant de ses droits ainsi que ses responsabilitées. Le joueur a alors l’obligation de signer le procès verbal de contrôle, prouvant qu’il a bel et bien été informé de sa sélection. Dans le cas où le compétiteur possède un handicap, il a le droit d’être accompagné par une personne désignée. Dans l\’éventualité où le sportif est tout simplement mineur, la présence d’une personne désignée ou d’un représentant légale est nécessaire.
Après la réception de la notification (courrier), le sportif est prié de se présenter au poste dans les 30 minutes qui suivent, sauf cas particuliers (séances, conférences, interviews, etc). Lors du contrôle, les seules personnes autorisées sont les suivantes:
Le joueur sélectionné pour le test (mineur et handicapé y compris)

L’accompagnateur / représentant de celui-ci

L’accompagnateur / représentant du joueur détenteur d’un handicap
L’agent de contrôle antidopage (ACD) qui est pour la plupart du temps un médecin ou un infirmier.
Une fois arrivé, le choix du kit utilisé lors du test n’est pas imposé, libre au sportif de choisir celui pour lequel il a une préférence.
Place ensuite au prélèvement, qui aura lieu dans les toilettes. Dedans, seul le médecin et le joueur concerné sont autorisés. Dans le cas où le sportif est handicapé ou mineur, les accompagnateurs ou représentant légaux ne sont pas admis à l’intérieur et n’ont en aucun cas le droit d’assister à la conception de l’échantillon.
Pour ce faire, la personne en questions doit se laver les mains afin d’éviter que celles-ci soient imbibées de javel ou tout autre produit pouvant fausser les résultats. Une partie des habits sont retirés afin d’épargner toute tentative de fraude, comme le fait de placer des récipients contenant une urine saine dans le short et simulant ainsi le remplissage de ceux qui seront analysés. Après les 90 ml d’urine recueillis par le chaperon, l’échantillon est directement étiqueté et mis en sécurité. Le sportif pourra tout de même choisir une boîte scellée dans laquelle se trouve deux flacons “A” et “B” à l’intérieur desquels il va transvider son urine. Un petit flacon supplémentaire est lui aussi rempli dans le but de calculer la densité ainsi que l’acidité (PH) contenue dans l’urine.

Le sportif doit ensuite remplir le procès verbal de contrôle en indiquant les éventuels médicaments et / ou compléments alimentaires ayant pu être pris dernièrement. Si c’est le cas, des autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) sont nécessaires. Dans ce dossier, il pourra témoigner de la façon dont le test s’est passé ainsi que son ressenti. Le joueur peut ensuite signer le document en ayant la certitude que les informations données sont authentiques.
Les échantillons sont acheminés jusqu’au laboratoire, dans un premier temps seul le flacon “A” est analysé. Si celui-ci n\’évoque aucun soucis, le contrôle s\’arrête là. Dans le cas contraire où il se révélerait être positif ou qu’il ne réponde pas aux normes habituelles, l\’emploi du flacon ”B” entrera en jeux.

Une fois tout analysé, les résultats du laboratoire sont envoyés à l’organisation antidopage concernée, mais aussi au sportif ayant subi les prélèvements. Il découvrira alors si oui ou non il fut contrôlé positif.
Pour les tests sanguins, le footballeur reste assis durant une vingtaine de minutes, ce n’est qu\’après ce laps de temps que le chaperon décide de l’emplacement où se fera la piqûre. L’ACD désinfecte la peau avant de procéder au prélèvement. Il place donc un garrot afin de faire apparaître les veines. La quantité de sang retiré est plus ou moins celui d’une cuillère à café. Pour le reste du procédé, il s’agit du même que celui du contrôle urinaire.
Avis personnel:

Conclusion:

La sous-question auquelle j’ai tenté de répondre dans ce développement est la suivante: “ Quel impact les produits dopants ont-ils sur la santé générale des athlètes? “. Pour ce faire, j’ai tout d’abord, analysé les différents produits et méthodes de dopage afin de mieux comprendre les enjeux et les risques pris par les joueurs. En étudiant de plus près mon sujet, j’ai très vite compris que le dopage était totalement interdit et punissable aux yeux de la loi. Ces quarante dernières années, il n’a fait qu’évoluer et voir son nombre d’utilisateurs augmenter exponentiellement. Plus le temps passe, et plus les produits deviennent sophistiqués et indétectables aux tests classique antidopage. Étant donné qu’une grande partie des joueurs ayant recours à ce genre de méthode ne se contentent pas d’une seule substance, mais plutôt d’une combinaison de plusieurs d’entre elles afin d’accentuer leurs effets, qu’ils soient physique ou psychique les risques de santé se multiplient. Un certains nombre de ces produits utilisés ont pour but principal de dissimuler la présence d\’autres déjà présents, il devient donc de plus en plus difficile de les détecter lors de simple contrôle urinaire. Les agences antidopage ont dû améliorer leur façons de procéder aux dépistages.

Malheureusement, ils restent toutefois très onéreux et sont assez peu utilisés dans le monde du football, contrairement à l’athlétisme qui est le sport où le nombre de test sont les plus nombreux et fréquents. Je suis donc dans l’obligation de constater que la fédération du football ainsi que le monde qui gravite autour ne sont pas très intéressés ou du moins ont tendances à fermer les yeux sur le dopage. Y’a-t-il des intérêts à faire cela? Des enjeux économiques? c’est ce que je vais tenter de développer dans le prochain chapitre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *