Rapport mondial sur la violence et la santé

La violence et les armes à feu ont toujours eu un lien très étroit. La violence a toujours été un sujet assez controversé dû aux conséquences que celle-ci peut avoir sur la population. Aux États-Unis, la plupart des États essayent d’éviter la violence et de bannir le port d’armes à feu. Dans certains, il faut avoir un permis afin de détenir une arme à feu. Malgré le regard critique sur les armes à feu, la population américaine permet tout de même la possession d’une arme à feu en guise de sécurité et d’autorité. En effet, dans ce documentaire « Bowling for Colombine», Michael Moore nous informe sur la fusillade de Colombine et du port d’armes à feu chez les Américains. En plus d’avoir eu un gros impact sur comment les États-Unis gèrent l’accessibilité aux armes, cet évènement tragique a aussi grandement chamboulé les Américains. Ce documentaire tente aussi de répondre à la question : pourquoi le taux d’homicides par armes à feu est-il beaucoup plus élevé que dans d’autres pays comme le Canada? Dans cette critique, j’analyserai ce documentaire en profondeur afin d’évoquer les éléments pertinents que celui-ci soulève et j’expliquerai l’importance de la diffusion de ce document aux yeux de tout le monde.

Tout d’abord, je crois que ce documentaire été pertinent, car il nous informe bien sur divers aspects de la société américaine. Le documentaire nous explique le système de registre des armes à feu aux États-Unis. En effet, aux États-Unis l’accessibilité aux armes à feu est peu contrôlée. Par exemple, les armes à feu sont facilement accessibles par tous les citoyens. L’auteur lui-même mentionne que si quelqu’un désirait avoir une arme à feu, il suffisait d’ouvrir un compte de banque. Dans cette banque-là, la conseillère banquière affirme que la banque dispose d’une chambre forte contenant au moins 500 armes à feu. Nous comprenons que la société américaine favorise le port d’armes à feu. Les banques utilisent ce moyen afin d’attirer de nouvelles clientèles et celles-ci désirent en posséder une afin d’avoir le sentiment d’être en sécurité. Ce type d’argument est celui du cadrage, la dissociation, celle-ci tente de séparer la violence des armes à feu et de l’associer à la sécurité de chaque individu de cette société. L’argument d’autorité est aussi présent, car l’auteur a été présent lors de la demande du compte de banque afin d’obtenir son arme.
« I had spotted an ad in the local Michigan paper that said if you opened an account at North Country Bank, the bank would give you a gun » (Bowling for Columbine)

Par ailleurs, le documentaire nous informe aussi sur pourquoi les armes à feu sont si importantes à leurs yeux. Dans la façon de penser des Américains, le fait d’avoir peur est une sorte de faiblesse. Ainsi, pour atteindre un état de sécurité et ne pas avoir le statut de faiblesse, les Américains ont comme devoir d’avoir la possession une arme afin de se protéger. Nous avons l’habitude d’appeler les policiers s’il nous arrive quelque chose, car ils ont une arme à feu. Pour les Américains, c’est la même chose. En plus d’avoir la protection des policiers, ils détiennent chez eux une arme à feu en cas d’urgence. Pour les Américains, l’accessibilité aux armes à feu est une responsabilité, voire un devoir.
« This is an American tradition. It’s an American responsibility to be armed. If you’re not armed, you’re not responsible. Who’s going to defend your kids? The cops? The federal government? No, none of them. It’s your job to defend you and yours. If you don’t do it, you’re in dereliction of duty, as an American. » (Bowling for Columbine)

Dans cette citation, le militaire nous explique pourquoi tout le monde aux États-Unis devrait avoir une arme. Les militaires sont une protection de plus pour les citoyens. Par contre, les premières personnes qui seront là pour nous-mêmes, ce sont nous même. Personne ne sera plus là pour nous que nous même. Ce type d’argument est l’argument de la communauté, car celle-ci met l’emphase sur les opinions partagées d’une société, soit la société américaine. Aussi, il y a le type d’argument d’analogie, car les militaires essayent de nous convaincre que le port d’armes à feu est pour notre bien.

D’autres parts, « Bowling for Columbine », nous démontrent qu’il y a une certaine inégalité raciale aux États-Unis. Nous remarquons l’injustice entre différentes races dans le passage de l’émission «Cops». Dans cette émission, nous voyons bien comment les policiers de race blanche agissent avec des personnes de race noire. Cette inégalité entre la race blanche et la race noire explique la présente de la violence encore aujourd’hui. Bref, le documentaire a été pertinent en dénonçant plusieurs façons de penser américaines qui pourraient être incomprises par les autres États, dont l’accessibilité des armes à feu, les difficultés raciales entre les communautés ethniques et, non la moindre, la peur par tous les citoyens américains.

Dans l’extrait de l’émission, l’auteur s’est permis de faire un montage de plusieurs scènes où les policiers arrêtent les délinquants. J’ai eu l’impression qu’il a voulu accentuer la violence que les Noirs subissent. Nous remarquons aussi que près d’une fois sur deux, le « délinquant » est innocent finalement. Michael Moore ne donne aucune explication sur les actions mises en évidence dans le montage de son documentaire, uniquement les conséquences de ses actions. Ainsi, le montage est utilisé par Moore pour critiquer le gouvernement américain, exprimant sa conviction qu\’il s\’agit d\’une culture fondée sur la peur qui nuit aux citoyens américains. La musique joue un rôle essentiel dans l’accentuation du message du montage. La chanson diffusée au-dessus des images violentes est du film «Quel monde merveilleux» de Louis Armstrong. La chanson crée une vidéo plus poignante et émouvante. La chronologie du documentaire est non seulement illustrée par des faits. Les vidéos utilisées datent très clairement de cette période, ce qui rend la vidéo plus réelle et plus accessible. Le montage crée une image extrêmement négative de l’Amérique, cela nous amène à nous poser la question si les décisions prises par l’Amérique étaient de bonnes décisions.

En conclusion, ce documentaire a su venir nous sensibiliser sur l’accessibilité des armes à feu. Ces documentaires ont été convaincants à leur manière, « I am not your Negro» a su nous démontrer comment la condition des personnes noires est bien encore précaire, et même dans le documentaire « Bowling for Columbine» le port de l’arme à feu a en quelque sorte un lien avec l’inégalité des races noires et blanches. Ce documentaire a été fort intéressant, car avec les explications de chaque personne, cela a su rendre le mauvais côté des armes à feu, en un côté plus utile et sécuritaire pour les Américains. Michael Moore a su rendre son documentaire à la fois éducatif et humoristique, ce qui allégeait le film et aidait à la compréhension du sujet. Ce documentaire a su mettre un impact sur ma façon de penser sur la relation qu’ont les armes à feu et la violence.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *