LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

En d’autres termes, on peut dire que quand des entreprises souhaitent établir une relation économique à l’étranger par exemple (TOTAL, RENAULT, SHELL, etc.) elles ne peuvent pas se passer des médias et elles peuvent s’adresser au monde d’internet pour bien présenter leur business et évidemment pour choisir le meilleur moyen de la communication même au niveau international.
Phénomène nouveau, à la pointe du progrès, la digitalisation va devoir être étroitement imbriquée au monde économique pour le porter en avant. Il s’agit, ainsi, de décrypter cette imbrication, avant d’en saisir ses effets pour la promotion des entreprises, et d’analyser un concept nouveau, qui en est la résultante : la citoyenneté des entreprises. Ce parcours, comprendra également une approche de la réalité iranienne de ce phénomène puisque l’auteur de ces lignes, est de nationalité iranienne.
Cette internationalisation concerne également l’Iran. La publicité n’y est apparue que dans les années 1930. Il s’agit d’une date charnière pour l’histoire de la Perse, puisqu’une nouvelle dynastie s’est établie dans ce pays, celle des Pahlavi, qui succède aux Bakhtiar. La modernité est alors introduite dans toute la société, l’Iran succédant à la Perse.9
Donc, grâce à ce mémoire, le but est d’analyser une thématique, l’évolution vers le digital dans la communication sociale de l’entreprise en France, et d’assurer une étude comparative par rapport à l’Iran, mon pays. Les études scientifiques ont démontré que, la stratégie digitale est devenue absolument nécessaire pour assurer la promotion des entreprises.
Ces médias ont eu un intérêt primordial pour ces institutions qui grâce à ces outils de communication, porteurs de publicités, pouvaient continuer à exister et à fonctionner de manière prévue.
En plus, nous verrons aujourd’hui que la publicité par exemple en Iran est apparue dans les années 193010 ; est-elle encore faite pour la nouvelle génération qui est toujours attachée aux smartphones pour fournir leurs demandes ? Comment peut-on se faire comprendre si elle ne s’adapte pas à cette nouvelle génération ? C’est pourquoi, nous pouvons logiquement dire que le digital devient inévitable pour que ces institutions et ces entreprises puissent s’adapter à la société d’aujourd’hui et surtout à la nouvelle génération de la société aujourd’hui, qui tente par
9 Reza MIRHADI, L’histoire du digital, Bibliothèque national d’Iran, Téhéran, 2017, p. 121-123 10 Reza MIRHADI, L’histoire du digital, Bibliothèque national d’Iran, Téhéran, 2017, p. 156
10
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

tous les moyens de gagner du temps.
Cependant, le digital, apparaît comme une des solutions principales, qui entre dans les valeurs de ses institutions. En effet, globalement, les entreprises évoquent des valeurs de partage, d’écoute et d’échange entre leurs relations avec leurs clients. Le souci de communiquer leur cause par un ordinateur ou un petit Smartphone ne change-il pas la donne ? Et surtout, comment savoir l’impact du discours chez les clients, surtout la nouvelle génération d’aujourd’hui digitalisée ?
Il est banal de considérer que le progrès économique et social s’améliore sans cesse dans nos sociétés, sauf accidents. Les phénomènes de communication sociale, par leur développement incessant et multiforme, s’analysent aujourd’hui comme une force motrice dépassant le simple problème économique, ce qui en fait tout sa spécificité.
A partir des années 1990, de nouvelles activités ont été intégrées aux industries culturelles, aux jeux vidéo et aux sites web à contenu. En plus des sites de commerce électronique et de service. La numérisation est le vecteur d’une révolution qui est loin d’avoir épuisé tous ses effets. Cette mutation technologique se caractérise d’abord par de nouveaux rapports entre les industries des contenus et les industries techniques. Puisqu’il s’agit d’une nouvelle infrastructure économique avec laquelle l’industrie de contenu doit imaginer de nouveaux rapports.11
Les industries des techniques numériques émergent récemment comme un ensemble en voie d’unification avec une dynamique propre. Si les communications ont plus d’un siècle, l’électronique et l’informatique ne sont apparues qu’à partir des années 1950 et se sont tournées vers le grand public à la fin des années 60, pour la première, et au début des années 1980 pour la seconde. Elle recouvre les producteurs des infrastructures matérielles (informatique, électronique grand public, réseaux de télécommunication).
Le nombre de composants par circuit tend à doubler tous les deux ans. Le nombre maximum de composants dans un circuit dépend donc de la miniaturisation des transistors et de
11 Philipe Chantepie, Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, Paris 2010, p.10
11
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

raduisent par
12
l’augmentation de leur capacité. Les progrès continus depuis plus de 50ans se t une baisse de prix considérable pour la même capacité de calcul.12
Il convient donc d’aborder la communication sociale première et ses insuffisances avant de rechercher les éléments constitutifs de son stade ultérieur, la digitalisation.
En considération de la population générale du monde, et du nombre croissant d’utilisateurs d’Internet, beaucoup pensent que le commerce électronique et l’utilisation des communications sociales via internet deviendront bientôt le principal moyen de faire des affaires dans le monde. Nous pouvons dire aussi que le commerce électronique a également un impact énorme sur les acheteurs et aussi sur les propriétaires d\’entreprise.
Établir une communication, c’est dans sa définition la plus simple et la plus indispensable, se parler et essayer de se comprendre de manière commune. Toute communication implique une réciprocité et aussi un dialogue. Mais c’est aussi, dans une activité professionnelle et commerciale, se mettre d’accord pour la réalisation d’un contrat en tous ses points.
Pour acquérir cette réalité, il ne suffit pas d’avoir seulement les mêmes objectifs sur le projet. Il faut partager les mêmes enjeux et les mêmes politiques professionnelles pour donner un sens commun à son engagement dans cette activité. Un sens commun, c’est-à-dire un même motif, celui d’aboutir à la concrétisation, et cela ne s’obtient que par une communication inter compréhensive.
Parfaitement installée dans le monde économique et social, la communication sociale première mérite que l’on en détaille ses caractéristiques spécifiques, avant de cerner son utilité dans le domaine commercial et avant d’évaluer la nécessité d’aller plus loin.
12 Philipe Chantepie, Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, Paris 2010, p.11
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

13
Nous devons appréhender maintenant la communication ayant un impact financier et économique direct ou indirect pour une entreprise ou pour une société. De nombreux économistes et experts estiment que ces dernières années, une révolution semblable à la révolution industrielle, a amené le monde à l’ère de l’information et a concerné de nombreux aspects sociaux et culturels de la vie humaine.13
Ø L\’une des dimensions de cette transformation, est constituée par les changements fondamentaux apportés aux relations économiques entre les personnes et les entreprises et aussi les organisations économiques des sociétés.
Les échanges commerciaux entre des particuliers, des entreprises, des institutions et des gouvernements passent rapidement de l’état traditionnel, qui était essentiellement basé sur des documents papiers, aux transactions effectuées au moyen de systèmes d’information électroniques. Un bref rappel historique à cet égard s’impose.
Après l\’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 145414, « le transfert et l’échange des points de vue et des demandes des personnes et des groupes seront confiés d\’abord au livre, puis à la presse. C’est ainsi le démarrage des histoires de la communication pour acquérir les besoins des sociétés. Et c’est pourquoi aujourd’hui on dit que, la presse est le moyen de communication le plus important et le plus authentique de la société humaine et dans l\’opinion publique, en particulier chez les intellectuels des sociétés ».15
Donc, avec l\’invention du télégraphe, du téléphone, et l\’achèvement des techniques photographiques, les conditions nécessaires pour la création et l\’émergence de la radio diffusion, de la télévision et du cinéma ont été réunies. De sorte qu\’aujourd\’hui, ces appareils sont les produits industriels les plus consommables à la disposition des consommateurs de messages de masse pour établir une relation, sociale ou commerciale. En d’autres termes,
13 Pour la facilité à comprendre, lire les entretiens dans la partie annexes (n°1 et 2 particulièrement)
14 https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/histoire-gutenberg-invention-imprimerie-5577/ 15 Patrick Le Floch, Économie de la presse à l’ère numérique, La Découverte, Paris 2013, p. 105-107
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

l’importance des médias de masse tout au long de la vie humaine, de même que la nécessité de reconnaître ces outils, sont devenus incontournables dans la vie quotidienne.
Les caractéristiques des médias dans les sociétés
Au niveau global et par rapport à la société internationale d’aujourd’hui, et à la fonction de ces médias dans la vie des sociétés et surtout dans les démarches professionnelles des entreprises, les médias présentent deux caractéristiques spécifiques :16
Production Marchandise
1- Les médias, d’une part, sont des produits de l’organisation de production, tant des capitalismes avancés que des régimes moins démocratiques, et ils sont commercialisés comme une marchandise pour fournir, sur le marché, des informations et des communications.
2- Et d\’autre part, en tant que marchandises, ils sont capables de fournir des pensées, des valeurs, des normes, des attitudes et des désirs. Autrement dit, ils ont des effets sur les goûts de la société pour choisir un produit ou pas, pour donner plus de détails sur cette théorie, on peut avancer aussi que les entreprises sont obligées d’être connectées pour connaître les demandes de leur marché spécifique et pour définir leur politique de production.
Dans le monde d’aujourd’hui, les nouvelles technologies de l\’information et de la communication sont devenues le fondement d\’une sorte de média social qui joue un rôle à part pour assumer les besoins des sociétés. Ces nouvelles technologies, avec des fonctionnalités interactives et de partage, créent un nouvel espace de l’action pour les populations des
16 Vincent MALKA, La transformation et le management (Article), Paris, Mars 2017, Pages 86-89
14
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

différentes sociétés dans le monde et aussi pour le marché des clients des entreprises et des marques connues du monde.
Pour montrer l’importance de cette réalité, une étude historique rapide, peut être utiles pour mieux comprendre le sujet dans les différentes époques :17
Ø Les informations de première moitié du 20ème siècle18
Cette époque, est celle des informations descendantes peut-on dire. L\’association peut être comparée à un missionnaire qui transmet ses valeurs à son public par ses agents, comme les agents des entreprises d’aujourd’hui. Autrement dit, les entreprises à cette époque-là, fournissent des informations générales, et elles doivent rendre compte aussi de leurs réalisations ou de leurs difficultés à réaliser cette théorie des transformations, sans se soumettre aux critiques extérieures.
Avec cette perspective, la communication à cette époque, avait un double objectif :
– Le premier concerne l’éducation populaire, qui consiste à s\’adresser à des travailleurs ou à des classes ouvrières qui n\’ont pas trop le temps de se cultiver. Les tâches des éducateurs sont donc de conquérir et d\’organiser les temps de leurs loisirs pour atteindre cet objectif.
– Le deuxième objectif est plus large que le premier, qui consiste à donner à tous, l\’instruction et la formation nécessaire et indispensable, pour qu\’ils deviennent des citoyens capables de participer à la vie de la nation à leur époque. Autrement dit pour les sortir de leur ignorance.
Ø Les communications des années 1960
Au début des années 1960, l\’urbanisation croissante ainsi que le développement de la société
de consommation crée de nouveaux besoins de la société.
Et les entreprises peuvent aussi être regardées comme des agents de vulgarisation de la vie publique de la société. Elles permettent aussi dans le cadre du marché du travail d’offrir de nouvelles possibilités aux jeunes, sortis des écoles d’ingénieurs et des écoles de cadres
17 http://stephanie.dupont3.free.fr/index.htm
18 La partie d’historique, jusqu’à la page 17, n’est pas trop modifié auprès le site numéro 17 des références. Pour respecter à l’histoire on les a gardés comme elles sont.
15
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

commerciaux, où les prémices de l’informatique, avec toutes ses composantes, est enseignée, ce qui permet à ceux-ci d\’accéder à des responsabilités importantes.
Les moyens utilisés pour communiquer à cette époque restaient encore sous l’empire de la recherche et de l’évolution, il s\’agissait de créer, en particulier des systèmes d\’écoute afin d\’enregistrer et de répondre à la demande sociale. Cependant, les techniques de communication restaient encore limitées.
Ø Les communications des années 1970
Dans les années 70, les mouvements sociaux et l\’expérimentation viennent pousser les entreprises traditionnelles à faire des changements radicaux dans leurs démarches et leur mode de fonctionnalité. En mai 1968, de nouveaux auteurs dans ce domaine sont apparus : Jean Jacques SERVAN-SCHREIBER dans le livre « Le défi américain » s’est avéré particulièrement prémonitoire : à cette époque, l’informatique concernait seulement des unités centrales gigantesques, laborieusement alimentées de cartes perforées, et il avait prédit une mutation informatique qui révolutionnerait les mondes économiques et de l’enseignement.
Cet auteur a prévu que le futur se construirait à partir de machines petites en taille mais incroyablement puissantes, sans parler des réseaux. Le futur qu’il décrit, celui des données en ligne et de la communication instantanée, préfigure l’internet avec une précision remarquable.
Le féminisme, l\’écologie, les mouvements de jeunesse et des immigrants, les mouvements régionalistes et autonomistes ajoutent à la pression générale pour accélérer les mutations de ce type. Car, l\’idéologie générale de l’époque consistait en une communication dite horizontale ou communautaire qui visait à donner aux exclus de la communication le droit et l\’accès à la parole comme aux autres parties de la société.
Ø Les communications sociales des années 1980/1990
Au cours de cette période, la crise économique incite fortement toutes les entreprises à se professionnaliser et à se perfectionner à cet égard. En effet, celles-ci doivent faire face à une réduction visible des possibilités de subventions publiques (pour les entreprises qui assurent l’indépendance économique et stratégique de la France). Elles doivent donc trouver d\’autres sources de financement pour demeurer indépendantes. Autrement dit, le secteur économique
16
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

doit produire son propre savoir-faire pour apporter des nouvelles solutions optimales en termes de qualité, de coûts et de délais face aux demandes de leurs clients.
Le commerce électronique est une nouvelle façon de faire des affaires et a majoritairement abandonné les vieilles méthodes de travail. Les commerçants et les agents économiques du monde et aussi les institutions d’intérêt public sont ainsi en mesure de livrer leurs produits et leurs services à tous les acheteurs de tous les temps au monde entier, bien sûr indépendamment de limites géographiques et de nationalités.
« Encore trop de nombreuses personnes morales ont tendance à limiter le commerce électronique à l\’achat et à la vente via Internet, alors que ce n\’est qu\’une petite partie de la sphère électronique. »19
Le concept de commerce électronique dans les entreprises, englobent désormais un large éventail d\’aspects différents des affaires et de l\’économie, et il est possible d\’intégrer toutes les interactions financières commerciales entre les entreprises et les particuliers.
Le commerce électronique a apporté des changements majeurs aux entreprises et autant que possible via le réseau soit social soit commercial, à ce stade-là, il est clair que les entreprises ont besoin d’une infrastructure comprenant des systèmes d’exploitations, des applications, des communications logicielles et le plus grand réseau au monde, Internet, ainsi que des services d’assistance, y compris de fournisseurs de services de communication capables de s’acquitter de la sécurité de ses clients et de ses affaires sur le marché.
Le commerce électronique a pénétré diverses activités commerciales et s\’est étendu au commerce électronique entre les petits acheteurs et les commerçants, les centres d\’information, aux communautés virtuelles et aux échanges entre les gouvernements et les nations, sans aucune frontière ni limite.
Toute connaissance ou compétence n’a de valeur que si elle est capable de se développer. D’une autre manière, la capacité de développement dans les communications sociales, s’avère la clé
19 Iman ZAHEDI, Les réseaux sociaux et la société, Article, Ministère iranien de la communication, 2017
17
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

de la réussite dans le monde commercial. C’est pourquoi nous avons choisi cette partie pour examiner quelques éléments essentiels de la communication, liés à nos recherches.20
Se positionner
18
La conscience
ü Se positionner après ouverture d’esprit
Intuition
L\’une des caractéristiques communes aux personnes ayant des relations efficaces est le niveau élevé de sensibilisation et le souci de se « positionner ». Les personnes qui réussissent le mieux en communication sociale, sont celles qui écoutent davantage et observent chaque détail. Au-delà, on peut dire que savoir écouter et être sensible à l’entourage, sont deux choses importantes qui peuvent jouer un rôle incontournable dans le domaine commercial. Surtout au niveau international et pour la culture spécifique de chaque nation.
ü La prise en compte plus spécifique des autres
Dans les communications sociales et surtout dans le monde commercial et des affaires, les représentants les plus qualifiés ne se concentrent pas seulement sur un apprentissage efficace, ni sur l\’acquisition d\’informations, mais ils doivent posséder également des compétences particulières en matière de transfert d\’idées, d\’établissement des priorités, d\’actions inspirantes et d\’élargissement de leurs perspectives. (Apprentissage des langues).
20 Cahier Français, L’économie à l’heure du numérique, N°392, Mai-Juin 2016, p.3-5
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

19
ü Place de l’intuition
Ce principe signifie qu’il importe de concentrer son attention non seulement sur ce que vous voyez, mais aussi essayer de bien comprendre ce qui n’est pas explicite dans la communication, ce qui peut s’analyser comme un signe de maturité des agents commerciaux dans leur communication sociale. Tout ne peut pas être dit ! Comprendre ce qui est implicite entre les lignes ajoute encore à la compréhension du marché et du marketing des affaires. En un mot, il convient que les commerciaux acquièrent davantage de notions de psychologie et s’initient encore plus aux domaines des sciences cognitives.
Notre art en matière de communication commerciale et de tout type de négociation et communication, réside dans la prise de conscience de ces éléments. Apprendre indépendamment de notre désir personnel et psychologique, à décider et à analyser que par exemple dans telle négociation particulière, la stratégie et le comportement concurrentiels peuvent être utiles ainsi que l’intuition personnelle.
Il est possible ainsi de mieux gérer ce dialogue sous forme d\’interaction, signe d’une bonne compréhension de tous ces éléments. Considérer quelqu\’un qui négocie depuis trois semaines pour une réduction de 3 ou 4% dans une négociation commerciale internationale et parvient finalement à l\’obtenir, mais en même temps, en raison d\’une variation de 10% du dollar avec son devis national, il supportera un désavantage plus important. Une telle personne peut sembler, a priori, être un bon négociateur, mais en raison d\’un manque de réflexion stratégique, il peut pratiquement imposer des pertes économiques à son organisation et à son marché.
L\’importance des activités des relations publiques et de la communication sociale et commerciale dans le monde du commerce, est devenue assez claire et reconnaissable dans la mesure où la Journée internationale des télécommunications (17mai) et le jour des communications et des relations publiques, dédient chaque année une partie de leurs conférences aux domaines commerciaux et économiques.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

Il convient de partir de l’analyse de plusieurs constats : En France le CA des ventes de produits et de services par internet a atteint 4 milliards d’euros en 2003, 9 milliards en 2005 et 12 milliards en 2006, et 91 millions en 201721 pour 10 millions de transactions par mois, et 17500 entreprises d’internet marchandes répertoriées, soit une quinzaine de sites e-commerce ouverte par jour en 2006.22
« Il s’en suite que le monde informatique doit s’adapter à l’ouverture du marché des entreprises sur le monde, à la fabrication plus rapide des produits, à la diminution considérable des coûts de transaction et à l’opacification des échanges sur tous les marchés du monde. »23 C’est la raison pour laquelle, il a fallu passer à un stade ultérieur encore plus efficace.
Depuis la fin des années 1970, en particulier l’Iran, dont l’étude pratique sera exposée plus loin, a déployé des efforts considérables pour atteindre deux objectifs distincts et importants :24
1- L’essai de distribuer équitablement les ondes radio
2- L\’effort de distribution équitable des chaînes de télévision par satellite, diffusant
directement à travers le monde
Une autre étape importante de cette union a été d\’aider les pays du tiers monde à développer leurs communications et à tirer le meilleur parti de son développement national pour chaque nation. Cet effort joue un rôle important de nos jours pour créer des liens entre tous les peuples et, particulièrement, ceux du tiers monde. Échange des informations et des actualités politiques : c’est le fruit le plus éclatant de ces efforts.
Dans cette nouvelle attitude, les outils de la communication de masse, les médias et la presse ont été évalués dans le cadre des communications globales. Dans la mesure où, imaginer le monde d’aujourd’hui sans ces communications sociales et le fait de partager des idées, restent souvent impossibles.
21 Journal télévisé France 2, 29 novembre 2018 à 20h
22 Andrée Muller, Que sais-je ?, La net économie, Presse universitaire de France 2011, p.5
23 Andrée Muller, Que sais-je ?, La net économie, Presse universitaire de France 2011, p.5-7
24 Pour la facilité à comprendre, lire les entretiens dans la partie annexes (n°1 et 2 particulièrement)
20
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

différents. Certains de ses effets positifs peuvent être déterminés ainsi :25
Ø Faciliter la convergence politique au sein des communautés et entre les nations sur la scène internationale.
Ø Le développement urbain, le relèvement du niveau de la scolarisation, le renforcement des liens des habitants des sociétés et des liens sociaux entre les sociétés qui fraient la voie à la prospérité économique des nations.
Ø Accroître les relations culturelles, sociales, économiques et scientifiques entre les nations, mettre fin aux distances géographiques et aider à établir la compréhension, la solidarité, la cohérence et la coopération internationale.
Ø Aider à faire avancer les politiques nationales et à augmenter le niveau de participation sociale et à créer les conditions appropriées pour résoudre la crise d\’influence, de participation, d\’identité et de légitimité qu’elles sont susceptibles d’engendrer.
En bref, la coopération internationale a indéniablement joué un rôle de communication sociale et nationale dans la communauté du renseignement, permettant ainsi d’accroître la productivité
25 Emily Metais-Wiersch et David Autissier, La transformation digital des entreprises (Article), Groupe Eyrolles, Paris 2016
21
En général, Le rôle et l\’impact des communications sociales dans le monde contemporain sont
Le développement
Relation culturelle
La communication sociale
La convergence
Participation Sociale
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

de la société, grâce au développement de réseaux d’information et de communication, qui comportent une charge d’information et une valeur ajoutée sur la fonction de la transmission des informations.
Tous les postes de travail grâce à l’automatisation sont donc liés et ont créé une communication entre le gouvernement de la société et les unités locales, via le réseau d’information et de communication nouveau.
« Dans les pays de sur-industrie et depuis plusieurs décennies, principalement l\’automatisation complète des affaires quotidiennes de la population, via la télévision téléphonique et les activités bancaires, l\’achat et la vente, la réservation de billets et d\’autres actions similaires, s’effectuent par le biais de réseaux d\’information et de télécommunication. L\’importance des technologies modernes et le rôle majeur de la communication dans diverses catégories sociales ont transformé le présent âge en \”âge de la communication\”. Les nouvelles technologies dans divers domaines culturels, politiques et économiques sont maintenant mesurées, au point que leur absence, conduirait les sociétés à un retard irréparable ».26
Le développement des technologies de l\’information et de la communication s\’est accéléré à l\’échelle mondiale au cours des dernières années, et tout particulièrement, \”l\’économie mondiale\” en a profité, ce qui a généré cet étrange phénomène du siècle de la mondialisation et accru le désir d\’investir dans cette technologie dans les pays développés et en développement.27 Les preuves et les résultats de la recherche montrent que la production, le déploiement et l\’utilisation de cette technologie surtout aux domaines commerciaux et économiques ont entraîné un retour sur investissement élevé dans les pays développés et industrialisés.
A travers le monde entier, avant même que les communications sociales traditionnelles cherchent à se reformer et à surmonter leur insuffisance, la digitalisation s’est imposée, en qualité de stade ultérieur du progrès électronique et a vocation à concerner tous les acteurs économiques et sociaux. C’est ce mouvement récent qu’il convient d’étudier.
26 CEPII, L’économie mondiale 2018, Les Échos, La Découverte, Paris 2017, p. 88 27 CEPII, L’économie mondiale 2018, Les Échos, La Découverte, Paris 2017, p. 90
22
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

23
En quinze ans les entreprises en réseaux ont inventé des nouvelles relations industrielles et défini de nouveaux modèles économiques. C’est en 200128 que la net économie a pris son essor. Il convient d’appréhender ses éléments constitutifs avant de tenter de cerner ses nouvelles fonctions dans l’entreprise. Pour cela, on va citer ci-dessous quelques exemples de sécurité et les points stratégiques pour l’efficacité de la digitalisation des entreprises :
Qualité des produits La facilité de recherche
La digitalisation
L\’engagement La transparence
Ø La qualité des produits : fait référence aux obligations implicites de la société consistant à fournir des produits de meilleure qualité, sûrement en fonction de la bonne réputation de la société et des expériences passées des clients dans le choix de son produit.29
Ø Recherche facile sur le site : il est important de faciliter des recherches des clients pour trouver des produits et services spécifiques sur le site de l’entreprise, d’où la recherche d’une grande pédagogie dans la composition des catalogues publicitaires.30
Ø L’engagement : le lien clair et transparent entre la commande et les processus du mode de retour du produit, la clarté de la description en cas de problème pour les clients, la
28 CEPII, L’économie mondiale 2018, Les Échos, La Découverte, Paris 2017, p. 88
29 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 3 30 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 6
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

protection des secrets et des informations confidentielles, ainsi que la traduction de la
24
présentation du produit dans la langue considérée pour rassurer le client, sont les
éléments déterminants du respect des obligations et de l’engagement de la société. 31
Ø Transparence et réalité de l’apparence : Il s\’agit d’une exigence scrupuleuse pour que la réalité du produit convoité et du fonctionnement interne de l’entreprise correspond exactement à l’annonce publicitaire, que les clients trouvent sur le site ainsi que des informations qu\’elle fournit. Sur la page de démarrage d\’un site. Son but doit être clairement visible pour le visiteur et cette clarté doit apparaître dès la première visite, en termes compréhensibles.32
La sécurité du marché public sur les différents réseaux, qui concerne principalement les aspects électroniques du commerce, a entraîné une modification de la structure des activités nationales des pays. Le réseau d’internet, qui jusqu\’ici était plutôt utilisé par les universités et les chercheurs, a considérablement stimulé le nombre de nouveaux utilisateurs et de nouveaux marchés, de manière considérable et parfois par l’anticipation remarquable qu’ils ont pu générer.
Transformation de terminaux en écrans
La digitalisation
Circuits démultipliés
Accéleration du temps
31 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 12 32 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 4
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

« Il est opportun de rappeler que la digitalisation s’analyse comme un changement de stratégie informatique par l’instauration d’un véritable système économique où les principaux supports d’informations sont numérisés, les terminaux de communication étant principalement devenus des écrans. Le nombre de composants par circuit tend à doubler tous les deux ans. Le nombre maximum de composants dans un circuit dépend donc de la miniaturisation des transistors et de l’augmentation de leur capacité ».33
Les réseaux de télécommunication le téléphone, la radio et la télévision à travers le spectre hertzien étaient traditionnellement segmentés et s’ajoutaient les uns aux autres. La numérisation des réseaux de la communication a modifié en profondeur la nature de ces réseaux en provoquant leur fusion progressive et une redéfinition des services qu’ils proposent.34
On peut produire aujourd’hui de façon moins coûteuse par rapport à hier mais les mutations des modes de commercialisation commandent de bouleverser en permanence la définition des produits. Le numérique accélère le développement des débouchés mondiaux mais réduit le temps d’exploitation. L’économie numérique est une économie où la valeur se crée et s’accumule dans la création de contenus et dans la transformation d’informations brutes en connaissances mobilisables. Internet vient transformer et accélérer la mise en réseau globale des agents économiques.35
« L’évolution induite par le numérique tient à plusieurs changements structurels. Le plus manifeste concerne l’accélération technologique portée par les composants, les réseaux et les applications, accompagnée d’un flux permanent d’innovations ».36 Elle dessine ainsi un monde fluide en plein mouvement dans lequel les acteurs peuvent disparaître rapidement du fait de la conjonction d’une baisse des coûts et d’innovations incessantes, jamais achevées. Il s’agit d’un monde fluide où les règles d’engagement des personnes et l’économie des organisations changent en permanence.
L’innovation revêt un rôle central comme vecteur principal des positions concurrentielles et des relations avec des consommateurs. Elle permet aux entrepreneurs de trouver de nouveaux
33 Alain Le Diberder, Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, Paris 2010, p. 9-11
34 Alain Le Diberder, Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, Paris 2010, p. 11
35 Alain Le Diberder, Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, Paris 2010, p. 41
36 Cahier Français, L’économie à l’heure du numérique, N°392, Mai-Juin 2016, p.3, Professeur Pierre-Jean Benghozi
25
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

espaces de croissance et de remettre en cause les rentes indues de l’ancienne économie. Les monde de production, de distribution et de consommation des biens vont être bouleversés par la numérisation. De nouveaux marchés vont surgir et un grand nombre d’activités vont connaître des mutations rapides, des modèles d’affaires inédits expérimentés, ouvrant des voies nouvelles au financement d’activités. Ainsi le numérique redéfinit-il complètement les ressources stratégiques clés sur lesquelles s’appuient les entreprises, comme la maîtrise de la technologie, des informations, de la localisation du rapport entre le virtuel et le physique et l’appropriation des contrôles des usages. Ces phénomènes vont se traduire par l’accélération des dynamiques industrielles et une redéfinition profonde des contours des entreprises et des marchés.
En pensant simultanément aux équipements aux biens et aux services, les entreprises innovantes renversent complètement la nature de leurs produits et de leur marché, en raisonnant à partir des fonctionnalités d’usage et non plus seulement à partir de la maîtrise de la technologie et des équipements. Tout ceci explique, la place grandissante des dynamiques d’entreprenariats et de Startup dans les économies numériques. Le digital favorise, de la sorte, le mélange de changements radicaux puisque les innovations numériques sont conçues dans une perspective globale se traduisant par une conception d’ensemble d’un design du marché, d’organisation d’usages et de technologies autour de fonctionnalités. Une communication efficace est, non seulement la clé pour conquérir toutes les portes fermées du monde, mais aussi une activité inévitable et incontournable pour la vie des individus, des groupes et des organisations dans toutes les sociétés humaines dans le monde d’aujourd’hui.
26
Nouveaux clients
La concentration
L\’engagement de client
Bonne audience
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

La stratégie de marketing et de la communication digitale des entreprises, peut être un
27
facteur important dans le succès de ces entreprises ou au contraire, peut leur coûter cher et
mettre en péril leurs finances. Donc pour cela, et pour atteindre les meilleurs objectifs de la
rentabilité grâce au digital, les entreprises sont obligées de respecter quelques impératifs. En voici quelques-uns qui devraient les alerter pour éviter des fausses routes :37
A) Des nouveaux clients dans leur marché
Le marketing grâce au digital devrait améliorer la visibilité de l’entreprise dans les moteurs de recherche sur internet, Autrement-dit, le développement de l’image de la marque et le nombre de contacts avec des prospects potentiels, peuvent permettre d’envisager d’être dans les premiers. Si l’entreprise ne parvient pas à avoir de nouveaux clients sur son marché, cela induit un questionnement sur sa politique de marketing et de stratégie digitale.38
B) Une communication concentrée et cohérente
Au cœur de toutes les stratégies de marketing digital réussies, un centre d’intérêt général se dégage. Tout l’art du marketing digital dans le marché commercial, est de bien raconter cette histoire de façon qu’elle rassemble les gens et les invite à en savoir plus sur les produits et les services de l’entreprise. Si l’entreprise et les dirigeants de l’entreprise n’ont pas bien réfléchi à l’historique de la marque, alors il y a de fortes chances que leurs efforts sur le web soient aussi mal compris par leurs clients et par leur marché.39
C) Évaluation d’engagement des clients
L’engagement des clients à propos de l’entreprise, est un vrai signe à prendre en compte dans les actions de marketing digital de chaque entreprise. Nous pouvons dire que l’engagement correspond aux commentaires sur le web de l’entreprise, aux « J’aime » et aux partages sur les réseaux sociaux de marketing digital de l’entreprise.
D) Toucher la bonne audience par des experts
37 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 5 38 Andrée Muller, Que sais-je ?, La net économie, Presse universitaire de France 2011, p.11 39 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 4
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

Normalement il y a toujours des retours de marketing digital dans les entreprises, mais toujours un Feed-Back positif ? L’objectif principal dans le marketing digital par les grandes entreprises, est de vendre un produit ou un service dont le marché a besoin, si le marketing de la société s’adresse à la mauvaise audience, il est sûr qu’ils auront perdu leur temps. Donc, dans le domaine du marketing digital, trouver une bonne audience et des clients adaptés est un gage de succès.40
Avec tous ces développements positifs dans le domaine du commerce électronique, et aussi la digitalisation des entreprises, on ne peut pas cacher cette réalité que les peurs et les espoirs qui y sont associés, ont aussi augmenté. La transformation numérique a concerné les entreprises pendant ces dernières années. Les grandes entreprises qui ne sont pas encore touchées par cette technologie sont loin de leurs rivales sur le marché concurrentiel. Concevoir une entreprise numérique nécessite de la planification et de la conception précise.
Une enquête menée avec la participation de 3 700 experts et spécialistes de IT sur les entreprises qui utilisent du digital dans leur marché et surtout des paiements numériques et électroniques, a montré que dans plus de 54% de ces entreprises, des fuites de la confidentialité des informations existent, notamment des informations sur les paiements et des comptes d\’entreprise, qui ont augmenté de 400% par rapport à il y a deux ans sur le même sujet. Cette étude approfondie, commandée par l\’Institut Panmun en Iran à Téhéran et par la société de sécurité numérique de Gâlmalto en Iran, a eu aussi d’autres résultats choquants et surprenants, par exemple selon ces études, 55% des dirigeants et des employés de ces entreprises qui ont été interrogés, ne savaient pas exactement où étaient rangées les informations de paiement numériques de la société !41
En général, les entreprises actives dans ce domaine, recherchent des investissements dans ce domaine pour la cyber sécurité et des solutions pour faire face aux risques du secteur. Par exemple, MasterCard, l’un des pionniers et des leaders du monde numérique, s’est sérieusement impliquée dans la gestion des risques liés à la sécurité des paiements numériques, et aussi il est l’un des supports d’une nouvelle génération de technologie de sécurité des paiements pour ses clients. Et pour cela, MasterCard a investi un montant de 20 millions de dollars pour mettre en
40 GPO Magazine, L’entreprise à l’heure du digital, Édition spéciale, Septembre 2016, p. 18
41 Iman ZAHEDI, Les réseaux sociaux et la société (Article), Ministère iranien de la culture, Téhéran, Iran, 2018
28
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

œuvre des programmes complets destinés à renforcer les technologies de cyber sécurité et à réduire le risque de fraude et de cyberattaques sur les systèmes de paiement électronique. Tout ceci, montre bien que sans plan précis, le digital, peut être risqué pour son marché et pour ses clients.42
En général, pour réussir le projet de transformation digitale de l’entreprise, l’entreprise doit donc voir son collaborateur comme un véritable ambassadeur et représentant, en incarnant la marque, les valeurs de l’entreprise et, bien sûr, la notoriété de la société. Le manager est obligé d’apprendre à faire confiance et à responsabiliser chacun de ses collaborateurs dans le marché. Autrement dit, ici on parle d’un management en mode « collaboratif » et « agile » entre le manager et ses collaborateurs pour réaliser le projet de la digitalisation et aussi pour réduire ses risques.
En plus, les managers doivent donc gérer ces nouveaux profils digitalisés, tout en gardant à l’esprit qu’ils doivent prescrire des propositions, en tant que porte-parole créatifs de l’entreprise. En d’autres termes, c’est avec l’avènement du digital, qu’un peu plus de démocratisation du discours dans les entreprises est née. Des collaborateurs et des ambassadeurs de l’entreprise, expriment leur savoir-faire, leur expérience sur le web à travers les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Twitter et Facebook.
Mais il ne s’agit pas seulement d’une relation managériale qui évolue par le digital, les cadres de travail sont également concernés par le digital dans les entreprises d’aujourd’hui. Les employeurs ou les employés proposent de plus en plus d’environnements de travail en offrant un bien-être « comme à la maison ». Comme par exemple face à la grande mobilité et à l’émergence des espaces de travail pour leur affaire de type Co-Working, Télétravail etc…
C’est une vérité incontournable que la stratégie de communication digitale d’une entreprise dans le monde d’aujourd’hui, est un des enjeux les plus importants dans les démarches de l’entreprise. Comment pourrait-on envisager de se développer et d’être sur le marché concurrentiel et compétitif, si l’entreprise ne communique pas avec les partenariats et
42 https://www.mastercard.co.uk/en-gb/issuers/safety-security.html
29
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

avec les autres entreprises pour avoir le Feed-Back sur son marché ? La réponse à cette question ne peut être que négative. Parce qu’il est clair aujourd’hui pour tout le monde que c’est dans la communication avec les autres que les agents du marché d’une entreprise pourront se développer.
Ici, nous pouvons maintenant examiner le rôle décisif d’une stratégie de communication digitale pour une entreprise. Selon les études scientifiques qui la concernent, il importe de franchir 3 étapes successives, interactives :43
Analyse
• L’analyse de la situation à tous égards
• La conception de la politique à mener
• La mise en œuvre de la politique
30
Action
Reflexion
Ø Étape 1 : L’analyse de la situation à tous égards
Dans cette étape, pour commencer à planifier une stratégie de la communication en faveur de l’entreprise, l’entrepreneur doit collecter toutes les informations nécessaires qui lui serviront pour prendre les meilleures décisions en adéquation avec la culture d’entreprise et le marché de l’entreprise. Ici c’est le moment d’analyser les points forts mais aussi les points faibles de l’entreprise, et naturellement la position de l’entreprise par rapport au reste du marché. Autrement dit, l’étude du marché des entreprises se réalise dès cette étape pour connaître la
43 Emily Metais-Wiersch et David Autissier, La transformation digital des entreprises (Article), Groupe Eyrolles, Paris 2016, p. 20-28
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

position de la société dans le secteur qui la concerne. L’image de l’extérieur de l’entreprise (ce qu’en pensent le marché et les clients) doit être complétée par l’image en interne aussi (les salariés). Cette démarche reste peu visible pour les gestionnaires d’entreprise, puisqu’il faut quitter le poste de dirigeant et se mettre à la place des autres intervenants, par exemple des clients de l’entreprise.
Il convient également de se référer à la situation économique du moment : il sera nécessaire, en effet, d’évaluer la croissance économique générale en cours, la croissance du secteur considéré, ainsi que les marchés extérieurs, ceux de la CEE (Communauté Économique Européenne) et des grandes puissances mondiales comme les États Unis, la Chine, la Russie, l’Inde …
Il n’est pas inutile, non plus, de consulter les études d’opinions et les sondages des entreprises d’opinion publique pour cerner l’état d’esprit de la population qui, eu égard au pessimisme ou à l’optimisme ambiant, pourra faire varier sensiblement le marché dans un sens ou dans l’autre.
Ø Étape 2 : La conception de la politique à mener
Après l’analyse fouillée évoquée ci-dessus, il convient désormais de procéder à l’évaluation de la politique à mener dans l’entreprise dans toutes ses composantes. Chaque direction, devra proposer les impératifs catégoriques qui la concernent, avec leurs cibles. La direction générale devra alors mettre en place une stratégie innovante qui devra recevoir l’agrément du conseil du directoire et, ou besoin, du conseil de surveillance. Des experts auront été, au besoin, consultés pour renforcer la faisabilité de cette stratégie. Dans cet esprit, la digitalisation permettra de rentabiliser la synergie entre les réflexions fournies et de promouvoir une politique encore plus adaptée à la situation.
La réflexion sera terminée dès que les gestionnaires de l’entreprise auront défini les deux sujets importants suivants :
Objectifs principaux
• Les objectifs principaux : il s’agit de l’image de l’entreprise dans le marché par rapport les autres, par exemple sur un nouveau produit, avec toutes ses composantes.
31
Les cibles
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

• Les cibles : la hiérarchisation des cibles et des buts de la réflexion, s’avère nécessaire en fonction de chacune de ces cibles, et des objectifs de l’entreprise.
Étape 3 : La mise en œuvre de la politique
Au terme de la réflexion, l’entreprise pourra voir logiquement les fruits de celle-ci. Une fois que toutes les décisions seront prises, il s’agira de mettre en œuvre de manière adaptée les objectifs définis par l’entreprise. Il sera essentiel pour les gestionnaires de l’entreprise de comparer leur action et leur études détaillées sur leur marché, avec leurs concurrents. Faute d’agir ainsi, le dirigeant risque de se fourvoyer en raison d’une étude insuffisante et mal adaptée.
Avec ces éléments, les efforts en cours des entreprises doivent réussir avec le temps, si la conjoncture économique mondiale et la politique économique de l’état concerné restent favorables. En toute connaissance de cause et en utilisant les compétences des salariés, des conseils et des membres du groupe d’entreprises, il conviendra d’établir une pédagogie de la communication dans l’entreprise sur la base des nouveaux modèles de communication qui auront pu être établis par les autres agents sur le marché.
Pour cela, nous avons pensé à effectuer les études pratiques sur 5 entreprises, pour étudier les effets pratiques des théories étudiés sur le monde pratique. Il est opportun de s’attacher, en premier lieu, à la méthodologie suivie, tant, pour les interlocuteurs choisis que pour le questionnement adopté, avant de se pencher sur l’analyse des 5 entretiens réalisé en annexe.
`
Les nouvelles technologies ont eu un impact significatif sur la diversification des économies nationales et ont créé des opportunités uniques pour les économies des pays associés à un ou plusieurs produits spécifiques d\’être sauvées de la dépendance vis-à-vis des produits spécifiques à l\’aide de nouveaux services technologiques. Cela concerne davantage les pays
32
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

moins développés en Asie et en Afrique, qui fournissent plus de 80% de leurs exportations par la vente de produits de base et de matières premières des grandes marques et entreprises.44
De nombreuses formes de commerce électronique et l’utilisation du digital dans les entreprises, peuvent être définies de manière générale comme tout type de transaction commerciale réalisée par un échange électronique d’informations sur le marché. Pour cela et pour comprendre mieux le sujet, on peut citer quelques éléments importants de ce traitement :45
Ø Commencer et effectuer des transactions électroniques et digital entre acheteurs et vendeurs de biens et services sans les procès traditionnels.
Ø Le règlement et payement de telles transactions.
Ø Recevoir et payer de l\’argent de manière électronique et du crédit, autrement dit, le
retrait d’argent liquide.
Ø Payer les salaires et les petits achats sans avoir à retirer du liquide.
Ø La sécurité et la clarté des transactions pour les deux parties.
« Le progrès technologique peut aussi se substituer au travail lorsqu’il remplace les tâches répétitives. C’est le cas de la robotisation dans le secteur industriel qui, associée à des outils numériques, électroniques et informatiques, peut effectuer un ensemble de tâches routinières qui ne nécessitent plus d’intervention humaine. Ces technologies se sont largement développées ces dernières années : entre 1993 et 2007, le nombre de robots par million d’heures travaillées s’est accru de 160% en Allemagne et 236% aux États-Unis. (Graetz et Michel, 2015) »46
À vrai dire, la transformation digitale des entreprises, passe par une dématérialisation des services internes, des procédures planifiées et des données précises, ce qui permet aux partenariats des entreprises et des institutions des intérêts généraux de travailler plus efficacement sur leur marché. Chacun trouve très rapidement un accès aux outils qui lui sont
44 Reza MILANI, Les intérêts des sociétés avec le digital (Article), Édition Bahar, Téhéran, Iran, 2016 45 THINK ACT, Transformation digital dans le secteur public, Ronald Berger, Mars 2017, p. 10-15
46 CEPII, L’économie mondiale 2018, Les Échos, La Découverte, Paris 2017, p. 89
33
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

utiles, et les fruits de leur travail sont partagés instantanément grâce au digital et c’est la raison pour laquelle le digital est un moyen de comparaison aujourd’hui dans le monde commercial.
Aussi peu d’innovations de l’histoire en matière économique, ont pu servir les intérêts de chacun autant que le commerce électronique. Définir une nouvelle méthode d’utilisation du digital dans les entreprises et les institutions d’intérêt public restant encore à envisager pour perfectionner le système.
Par conséquent, les entreprises devront envisager une stratégie pour l\’utilisation du digital dans le monde du commerce électronique et elles sont obligées de faire leur maximum à cet égard, pour profiter de ses avantages inévitables dans le monde commercial d’aujourd’hui.
À ce stade, le questionnement proposé va découler de la simple logique. Il convient de s’interroger sur les sociétés choisies, tant en France qu’en Iran, avant de s’attacher au questionnement proposé aux interlocuteurs, qui concernera les problèmes spécifiques de la digitalisation dans l’entreprise et les particularités existant dans chaque entreprise. Autrement dit, nous avons essayé de respecter à une logique « entonnoir » pour poser les questions nécessaires et décrypter le sujet.
L\’utilisation de la technologie moderne dans les pays en développement, peut offrir de nombreuses opportunités aux petites et moyennes entreprises à l\’intérieur et à l\’extérieur du chaque pays, en plus elle a cette capacité de donner aux économies nationales des pays, une diversité et une pluralité considérables sur les différents secteurs économiques. Dans le même temps, le commerce électronique et le digital sur le marché des entreprises, est devenu un outil efficace pour favoriser l\’esprit d\’entreprise et l\’innovation dans les petites et moyennes entreprises des pays en développement dans le monde, surtout dans les pays en développement au Moyen Orient.
Les avantages du commerce électronique et aussi le digital dans les entreprises et les institutions d’intérêt général, peuvent être étudiés par trois biais différents : l’organisation, les personnes concernées (clients) et l’organisation interne de la société.
34
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

35
1) Les organisations
Le commerce électronique permet aux organisations et des fournisseurs d’accéder à un grand nombre de clients dans le monde entier, avec des coûts de tarification très faibles par rapport aux méthodes traditionnelles. Il est clair qu’avec cette politique d’utilisation du digital et aussi du commerce électronique, les entreprises peuvent fournir leurs biens et services à d’autres entreprises, dans un minimum de temps et à un coût très bas. Au-delà, d’après une étude à l’institut des études sociales à l’Université de Téhéran en Iran47, le commerce électronique et l’utilisation du digital dans les entreprises et aussi les institutions d’intérêts général, permet de réduire les coûts de création, de traitement, de distribution, de stockage et de récupération d\’informations écrites jusqu\’à 90%.
2) Les clients
Le commerce électronique et l’évolution de l’utilisation d’internet et du digital, de nos jours, aident les consommateurs et les clients des entreprises à obtenir des produits abordables grâce à la possibilité de comparaison des biens, des services et des institutions. En d’autres termes, la possibilité de comparaison des produits de manière très facile par les clients grâce à la digitalisation le monde commercial, est une raison supplémentaire de réaliser du marché concurrentiel entre les entreprises et les organisations pour attirer les clients au maximum.
3) La société
Comme nous avons tenté de préciser dans la dernière partie de notre raisonnement, le commerce électronique et la culture du digital dans les sociétés d’aujourd’hui du monde, grâce aux
47 Reza HOSEINI, La promotion du digital, Article, Ministère de la communication, Téhéran, Iran, 2017
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

marchés concurrentiels, permettent de vendre une partie des biens ou des services à un prix très bas. Ainsi, les groupes sociaux inférieurs peuvent également y accéder. De cette façon, le niveau de vie de la population, peut-être promu de manière sensible.
Ce rapport, concerne le phénomène de la digitalisation en France, et plus généralement en Europe occidentale et en Iran, patrie du rédacteur de ces lignes. Il s’en suit que l’étude pratique de ce phénomène doit concerner divers entretiens, tant avec des entreprises françaises qu’iraniennes, pour enrichir le projet autant que possible. Au-delà, les études comparatives, peuvent aider aussi, à comprendre mieux le sens principal de sujet.
36
Entreprises
iraniennes françaises Pétrole Banque Hôtellerie Singa
Système judiciaire
Pour Les Entreprises Iraniennes, nous avons privilégié les contacts avec des proches de Téhéran, afin de faciliter les relations qui pourront ainsi être enrichies, par rapport à celles que pourrait livrer un inconnu.
Ø En outre, nous avons travaillé au sein de la Compagnie Iranienne du Pétrole, en qualité d’assistant d’ingénierie commerciale et de vente, pendant 7 mois, et à plein temps à Téhéran, en 2015. Aussi m’est-il apparu naturel de sonder mon supérieur hiérarchique immédiat de l’époque.
Ø M. Hamid ZAFAR un ami de la famille, de Téhéran, dirige une agence bancaire de la Banque Nationale d’Iran dans cette capitale et supervise quatre agences bancaires dans la province. D’où l’importance de liaisons rapides entre ces 5 sites.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

En France, la même démarche nous a accompagné :
Ø Ayant vécu à Strasbourg en Alsace, nous avons cru de voir nous rapprocher de la manager de l’hôtel Beaucour où nous avons travaillé pendant 8 mois, pour tirer de précieux renseignements sur sa propre expérience en la matière.
Ø Depuis 6ans, nous avons appris à connaître l’associations SINGA48 dont le président est M.Roohollah Shahsavar de nationalité franco-iranienne, que j’ai rencontré à diverses reprises à Paris et qui milite pour l’intégration des réfugiées dans les sociétés occidentales. Un entretien avec lui s’imposait, ce qui permettait aussi d’appréhender la réalité digitale dans une associations transfrontières, avec toutes ses singularités.
Ø Enfin, mon propriétaire à Paris M. Daniel VELLY, que je vois régulièrement et qui a travaillé pendant dix ans de 2004 à 2014 au sein de la cour d’appel d’Orléans, sur le droit du travail, a pu me fournir des renseignements précieux sur les effets de la digitalisation dans les rapports entre la justice et les entreprises. Des lors que nous connaissions assez bien nos interlocuteurs, on savait que nous pouvions compter sur la franchis de leur analyse et sur leur honnêteté intellectuelle.
Afin de mieux comprendre les détails des questions posées, nous avons décidé de suivre une logique pour les entretiens. En d’autres termes, nous voulions que les questions posées soient clairement cohérentes et intégrales, afin que l’analyse des informations obtenues ne soit finalement pas difficile.
Pour conduire ces 5 entretiens, nous nous sommes fondé sur la problématique suivante, qui résulte aussi de la cohérence, et qui nous a servi de guide : 49
48 https://www.youtube.com/watch?v=azYOZYvRJlM&t=99s
49 Il sera rappelé que l’intégralité des entretiens pourra se retrouver dans les annexes.
37
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

38
Avenir
La position de la personne
Le questionnement
Les effets
Les problèmes
Ø Dans un premier temps, il était nécessaire de situer la personne sondée au regard du schéma de la problématique informatique suivie au sein de son organisation.
Ø Au point de vue évolutif, il fallait s’attacher au problème de tous ordres liés à la mise en place de la digitalisation,
Ø Avant de cerner les effets économiques, administratifs et sociaux liés à cette nouvelle implantation.
Ø Chaque intervenant a eu l’occasion également de donner sa conception de l’avenir de cette technique pour le profil spécifique de chaque structure.
Les entreprises sont dotées désormais d’une informatique d’intégration au web qui complexifie l’ensemble de leur système d’information. Il s’agit d’une informatique d’optimisation.
A l’opposé de l’informatique fonctionnelle classique (automatisation de la production, de la fonction commerciale et de la comptabilité), elle s’appuie sur l’informatique déjà en place.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

L’objet de cette informatique d’intégration est d’optimiser le système d’information en introduisant une logique supplémentaire. Elle doit prendre en compte deux contraintes :50
• Le besoin de cohérence avec l’informatique existante. Ce n’est plus une seule fonction qui est en jeu, mais l’ensemble des processus de production et de commercialisation.
• La deuxième contrainte est la nécessité de gérer des systèmes de plus en plus complexes très difficiles à maitriser en interne. D’où la nécessité d’assurer la garantie de cette cohérence par un système externe à l’entreprise.
Les entreprises doivent donc, s’adapter sans cesse à la flottation des marchés du web et conserver le maximum de flexibilité.
Dans le contexte des avantages du digital et du commerce électronique pour les entreprises, on peut résumer brièvement les éléments et les avantages ci-dessous :
39
Garder la cohérence
Gérer des systèmes
Commerce éléctronique
Avantage stratégique
Temporiser
Réduirre les erreurs
Réduire les coûts
50 Andrée Muller, Que sais-je ?, La net économie, Presse universitaire de France 2011, p.36-38
La sécurité
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

à la base des
40
Ø Réduire les erreurs : Comme les données ne peuvent pas être connectées
données de l’entreprise, avec la digitalisation des données, la possibilité d\’une erreur peut être réduite, parce qu’on n’aura pas besoin, à chaque fois, d’utiliser les nouvelles données.
Ø Réduire les coûts de l’entreprise : Avec le digital, le temps nécessaire pour ressaisir les données dans le système est supprimé et le coût de la main-d\’œuvre est réduit en raison du manque de rentrée de données dans l\’ordinateur. Autrement-dit, une fois suffira pour plusieurs mois.
Ø La sécurité des données : La digitalisation des données et des informations de l’entreprise, assume la sécurité nécessaire de ces données et réduit le risque d’erreurs et permettra davantage de préservation d’une certaine confidentialité exigée par certains clients, à condition de se doter d’un système de protection spécifique.
Ø Économiser du temps à l’entreprise : Une digitalisation des systèmes de commerce électronique performant, peut réduire considérablement le temps entre la commande et la livraison, ou entre la date de facturation et la réception, ce qui permet enfin de réduire les coûts de stockage, de réception des comptes et d’améliorer ainsi la situation de la trésorerie de l’entreprise.
Ø Les avantages stratégiques : Les avantages stratégiques de la digitalisation des entreprises, incluent une plus grande satisfaction de la clientèle du marché, de meilleures relations entre les fournisseurs pour faire évoluer leur fonction, de meilleures relations commerciales entre les entreprises pour comparer leurs chiffres, l’augmentation de la concurrence entre les entreprises et finalement une productivité accrue et une créativité considérable sur leur marché.
Les entreprises commerciales d’aujourd’hui, ont de nombreuses raisons positives pour développer leurs stratégies de commerce électronique et le procès de la digitalisation de leur entreprise. En général, nous pouvons dire que les entreprises utilisent la digitalisation de leur entreprise, souvent pour leur volonté de maintenir leur position sur le marché concurrentiel. Cependant, l\’objectif de toutes les organisations et les institutions, n\’est pas simplement de
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

talisation des
41
générer des revenus et la rentabilité à partir des investissements réalisés sur la digi entreprises.51
Le numérique redéfinit les fonctionnements de l’économie. Il accélère la dynamique industrielle. Ces outils permettent d’accroître l’autonomie des personnes et de les contrôler au sein du collectif du travail. Il faut insister sur la multiplicité des modèles d’affaires inhérente au capitalisme numérique en raison du bousculement des lois économiques traditionnelles. La capacité d’utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) s’avère une composante cruciale dans la stratégie compétitive des entreprises.52
Les organisations telles que les agences gouvernementales et les institutions d’intérêt général comme par exemple les associations, les ONG etc… ont des buts non lucratifs et ne se concentrent pas seulement sur la rentabilité de leurs buts sociaux, à l’inverse ils cherchent toujours les possibilités pour améliorer la qualité de la vie sociale des populations et ils se concentrent sur l’efficacité de la productivité des sociétés.
Organisation de l’économie numérique
Avec nos résultats, nous pouvons résumer que les changements de structures ayant provoqué l’économie numérique dans les entreprises, sont rangés en 3 parties :
L\’accélération technologique
Disparition rapide des acteurs
La croissance
51 Entretien N°1, p. annexes
52 Cahier Français, L’économie à l’heure du numérique, N°392, Mai-Juin 2016, p.3, Professeur Pierre-Jean Benghozi
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

ü L’accélération technologique portée par les composants les réseaux et les applications accompagnés d’un flux permanant d’innovations.
ü Disparition rapide possible de certains acteurs du fait de la baisse des coûts et d’innovations incessantes.
ü La recherche de nouveaux espaces de croissance.
Ceci a incontestablement modifié la manière dont les entreprises s’adressent à leurs clients et à leurs prospects professionnels, pour s\’éloigner petit à petit du marketing traditionnel classique sur les entreprises, c’est la politique de la digitalisation des entreprises qui s’impose. Il s’en suit aussi une accélération des dynamiques industrielles et une redéfinition profonde des contours des entreprises et des marchés.53
La numérisation comprend une dimension mondialisée. L’offre des biens et des services s’appuie désormais sur une organisation internationale de la production et l’extension transnationale de circuits de la distribution permet de toucher des consommateurs partout dans le monde.54
Par ailleurs les entreprises numérisées bénéficient des opportunités de délocalisations fiscales des sièges sociaux et d’une organisation hors sol pour optimiser la taxation financière. La question du rapport de l’économie numérique au territoire est donc centrale. Ce double mouvement modifie en profondeur les rapports entre le monde virtuel et le monde physique.
De manière générale, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, « l’e-commerce a transformé radicalement la distribution et crée une nouvelle forme de commerce de détail numérique et globalisé. Il est passé d’une simple forme modernisée de vente à distance à une solution universelle d’accès effectif aux produits, quelle que soit leur localisation.
Mais l’organisation massifiée des échanges internationaux, calquée sur les besoins de la grande distribution ne répond plus à cette nouvelle demande qui prendra une place centrale au cours
53 Cahier Français, L’économie à l’heure du numérique, N°392, Mai-Juin 2016, p.5 54 CEPII, L’économie mondiale 2018, Les Échos, La Découverte, Paris 2017, p. 90
42
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

des années à venir, mais qui comporte un danger celui de créer une hyper concentration du marché au détriment de la libre concurrence ».55
L’e-commerce a simplifié aussi, l’analyse et l’anticipation des besoins des clients grâce à l’extrapolation des données. (Big Data) a amélioré la personnalisation de l’offre et a révélé le potentiel marchant de ressources disponibles
En général, sur la base des informations recueillies lors des 5 entretiens, les avantages du mondes numérique et d’internet peuvent être classés en 5 catégories.
ü Le premier et le plus important point à prendre en compte dans les affaires d’entreprise, est d’accroître la rapidité et l’efficacité des affaires. En d\’autres termes, avec l\’analyse de diverses affaires dans les entreprises, ce fait a clairement montré que les activités des entreprises et des organisations, dans les périodes précédant la numérisation, étaient beaucoup plus lentes.
55 Cahier Français, L’économie à l’heure du numérique, N°392, Mai-Juin 2016, professeur Jean-Rémi Gratadour, Chargé du développement du centre digital d’HEC Paris
43
Rapidité Internationalisation Satisfaction clientèle Planification Méthode de gestion
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

44
Par exemple, dans la compagnie pétrolière nationale iranienne, ainsi que dans le système
judiciaire français, le numérique et l’internet, ont doublé la productivité et la production de
l\’entreprise et de l\’organisation.56
ü Le deuxième point important des entretiens, est la question des activités internationales dans les entreprises et les organisations. En d’autres termes, après l’émergence du phénomène digital et du numérique dans le monde des affaires, les entreprises ont pu établir des relations internationales à différents niveaux. Dans la mesure où, aujourd\’hui, on peut constater que les activités communautaires telles que SINGA57, reposent sur un public international et des personnes du monde entier.
Il convient de noter, également depuis l’émergence du monde numérique et de l’internet, au- delà des entreprises, les institutions et les organisations gouvernementales des pays, ont aussi eu cette possibilité d’avoir l’accès au niveau international. La Banque nationale d\’Iran est l\’un de ces symboles.
ü Le troisième point important des entretiens, est le niveau de satisfaction de la clientèle en termes d’économie de temps. Autrement dit, les clients et le public des entreprises, et même les agences et organismes gouvernementaux, ont définitivement économisé leur temps quotidien, en utilisant des outils numériques et de technologie, qui, à long terme optimiseront la productivité des communautés.
Dans la mesure où, aucun client n\’a plus besoin de longues files d\’attente pour acheter des marchandises, et il peut facilement gérer ses besoins, avec le monde numérique et digital.
ü Le quatrième point le plus frappant à cet égard, est la possibilité d’une nouvelle planification et d’un nouveau ciblage pour les entreprises. En général, l’émergence du phénomène digital, est devenue remarquable pour le développement des entreprises, la planification du développement des activités et l’apparition de nouvelles idées pour le développement le monde des affaires.
56 Entretien N°1, p. annexes
57 https://www.youtube.com/watch?v=azYOZYvRJlM&t=104s
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

Dans la mesure où, dans l’industrie hôtelière française par exemple, la numérisation des affaires
45
intérieures, donne aujourd’hui cette possibilité aux propriétaires de l’industrie, de réfléchir à un
projet d’extension de leurs activités au lieu de la planification d’affaires intérieures.
ü Le cinquième et dernier point commun entre les entretiens, est la question des nouvelles pratiques de gestion au sein de l’entreprise. En d’autres termes, l’émergence du phénomène numérique et d’internet permettra aux chefs d’entreprise, de se tourner vers de nouvelles pratiques de gestion pour gérer leur entreprise, et avec ces fonctions, augmenter leur productivité.
Par exemple, dans l’industrie hôtelière française et l’industrie pétrolière nationale iranienne, il est très clair que, grâce au digital, les entreprises ont inventé de nouvelles pratiques de gestion qui permettent d’économiser temps, argent, main-d’œuvre et énergie.
Pour mieux étudier les problèmes de phénomènes numériques dans les études pratiques, ceci peut être divisés en deux catégories :
Ø Les réserves :
ü Un accès à la technologie numérique marchande encore très hétérogène ü Une forte volatilité des prix
ü Un dispositif de verrouillage des consommateurs
ü Une transparence limitée
Ce système est loin de la perfection. Il a engendré aussi :
Ø Des critiques
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

La cyber sécurité devient une obsession pour chaque grande entreprise en raison de
46
risque de piratages ou de fuites de données informatiques. Le « spam » qui existe depuis
une quarantaine d’années, est devenu l’outil préféré des pirates pour soutirer les données
ü
personnelles et les informations bancaires à des fins d’escroqueries. « La cyber criminalité coûte chaque année plus de 600 milliards dollars dans le monde. En France, plus de 19 millions d’internautes, ont été touchés par une attaque malveillante en 2017 ».58
ü Des difficultés des compréhension de la digitalisation pour les personnels les plus anciens de l’entreprise qui ont éprouvé des difficultés pour adopter la nouvelle grammaire de son langage.
ü Des difficultés d’adaptation, au point que certains salariés âgés ont préféré devancer l’âge de la retraite plutôt que de se former et de s’adapter.
Pour faire face à ces problèmes, les entreprises ont dû renforcer les pôles de formation initiale et de formation continue. Il s’agit de compenser le phénomène de dévalorisation qui peut exister chez ces personnels-là. Une approche psychologique adaptée pour chacun s’impose, alors.
Les entreprises doivent, de manière parallèle, faire preuve de pédagogie semblable vis-à-vis des clients désarçonnés pour qu’ils s’adaptent progressivement à ces nouvelles méthodes. Un autre défaut peut apparaître également, celui de l’isolement, puisque les salariés communiquent par courriels entre eux au lieu de se déplacer d’un bureau à l’autre, comme autrefois.
Pour faire face à ce problème spécifique, les open-spaces se sont développés au sein de chaque structure pour créer des liens nouveaux entre les salariés. Ce faisant l’entreprise économise de mètres carrés de surface administrative.
Ce lien social, devenu si important, a poussé les entreprises à venir œuvrer ensemble au sien d’espaces de co-working qui se développent de plus en plus, en pourtour des grandes agglomérations. De manière supplémentaire, du lien social est créé entre les entreprises, ce qui peut aboutir à des politiques de synergie nouvelle entre elles.
58 Le FIGARO Partner, 11 Décembre 2018, p. 5
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

À ce moment de l’analyse, on ne peut manquer d’être frappé par la rapidité de l’évolution accomplie et de celle qui nous attend encore, à même de dépasser peut-être, la pensée humaine. En conséquence, il conviendra de se pencher, dans un premier temps, sur le phénomène de l’intelligence artificielle, qui vient de surgir en Europe occidentale, depuis quelques années, et qui apparaît comme un apport majeur, à même de révolutionner l’ensemble des rapports économiques et sociaux, directement issu de la digitalisation.
Une réflexion éthique devra suivre, concernant la place de l’entreprise dans la société. Il sera proposé à cet égard, la notion d’entreprise citoyenne, qui implique une meilleure insertion de celle-ci dans notre société démocratique et qui requiert aussi davantage d’adhésion du public en général à son égard.
Elle est caractérisée par deux évolutions particulières :
Ø Celle de l’intelligence artificielle, produit du progrès technologique
Ø Celle de la citoyenneté des entreprises, en vue d’une meilleure insertion dans le monde
social.
47
Évolution
Intelligence artificielle
Citoyenneté des entreprises
59 IA : intelligence artificielle
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

Il convient de procéder à sa définition, avant d’envisager son mode d’emploi interne, ses relations avec les clients et d’en approcher les conséquences macro-économiques.
Elle n’arrive pas aujourd’hui par hasard dans le monde de l’entreprise, mais s’inscrit dans la continuité de la transformation digitale, initiée depuis 5 à 6 ans. En effet, les entreprises ont organisé la captation des données et leur analyse au sein des outils de Big Data. La couche d’intelligence artificielle vient donc naturellement affiner le traitement des données et offrir des solutions originales aux utilisateurs.
Ainsi, les applications « Machine Learning »60 apprennent-elles par elles-mêmes, ouvrant nombre de perspectives :
Ø L’assistant vocal intelligence Ø La voiture autonome
Ø La robotique industrielle
En conséquence, pour la mettre en œuvre, nombre de professionnels vont apparaître :
Ø Ingénieur en traitement des volumes massifs de données ( Big Data ) Ø Data scientist, qui va maîtriser l’auto apprentissage des machines. Ø Le Data analyst, capable de synthétiser l’information utile à IA.
« En fonction des projets, des savoir-faire plus pointus, se dégage en parallèle, dans la compréhension automatique du langage, la synthèse vocale, la reconnaissance d’images … Au sommet de la pyramide, le directeur de la donnée (ou chef Data Officer) s’impose comme garant de la bonne gouvernance de l’édifice à travers toute l’entreprise, tant sur le plan financier que sur le plan éthique.»61
60 Les applications apprennent par elles-mêmes, www.easiware.com/leblogdelarelationclient/au-fait-cest-quoi-le-machine-learning/ 61 Le FIGARO, N°23112-Cahier N°4, Lundi 3 décembre 2018, p. 2
48
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

49
Se mettre à l’IA pour le chef d’entreprise s’avère complexe,
Ø En premier lieu, il convient de définir un projet et de place tout l’entreprise dans une telle dynamique. Dès que les résultats deviendront concrets, les salariés seront dans un état esprits positive pour s’engager vers des projets plus amicaux.
Ø Dans un deuxième temps, il s’agit d’identifier les données qui permettront d’entrainer l’IA. Ce sont les données de CRM (Customer Relation Management ou gestion de la relation clients), comme l’historique d’achats des clients, leur parcours sur le site de l’entreprise ou en magasin (analysé par caméras et capteurs), les appels aux call centers, ou encore les interactions avec les campagnes marketing par courriels.62
Ø Dans un troisième temps, des donnés externes peuvent être également accessibles. La météo, par exemple qui a un fort impact sur le commerce de détail ou encore des données sociodémographiques. L’analyse des conversations sur les réseaux sociaux apporterait, alors, des éléments précieux sur le contexte. « En outre, de nombreuses données sont libres d’accès sur les plateformes open data de l’État, des collectivités et de leurs délégataires de service public. »63
Ø Dans un quatrième temps, une entreprise peut chercher des donnés supplémentaires, en co-développant son outil avec d’autres sociétés ou en collaborant avec ses clients et ses fournisseurs.
Une fois ces données rassemblées, il convient, pour le chef d’entreprise, de choisir une méthode de développement. Cependant, il est impossible, sauf à être une grande entreprise, certaine de ses ambitions en matière d’IA, de tout développer en interne, en raison de la rareté et des salaires exorbitants des spécialistes de l’IA. Il existe, ainsi, des fournisseurs de technologie d’IA (IBM Watson64, Salesforc Einstein65, ou Microsoft machin Learning) qui évitent de réécrire soi-même
62 Le FIGARO, N°23112-Cahier N°4, Lundi 3 décembre 2018, p. 2
63 Le FIGARO, N°23112-Cahier N°4, Lundi 3 décembre 2018, p. 2
64 Un programme informatique, conçu pour répondre à des questions formulées en langage naturel.
65 Un ensemble de technologies d’IA, qui a intégrées à la Client Succès Platform, l\’améliorent et mettent l\’IA à la disposition.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

les algorithmes des réseaux neuronaux, c’est-à-dire la méthode d’analyse des données qui sous- tend l’IA.
L’entreprise doit cependant être capable de comprendre ce que fait son prestataire. Aussi doit- t-il être en mesure de corriger lui-même les décisions de la machine, car c’est lui qui connaît le métier. Il faut aussi que le retour sur investissements soit au rendez-vous.
Il convient de prendre un exemple, la société LOTTE66, géant sud-coréen de commerce utilise l’assistance shopping intelligent attitré de IBM Watson. Grâce à la carte de fidélité, le système analyse, par exemple, l’ensemble des achats d’une jeune fille de 14ans et passe au crible les réseaux sociaux et les médias qu’elle consulte pour en dégager des tendances « modes ».
Par la suite, l’assistant shopping devra procéder au croisement de ces informations et recommander à la jeune fille en question l’article le plus susceptible de la tenter. Grâce à des bornes en libre-service ou par l’entremise d’un conseiller de vente, muni d’une tablette, la candidate à l’achat pourra accéder plus facilement à des propositions. Toute cette organisation permet de deviner les besoins des consommateurs en raison de la présence des algorithmes de Machine Learning, qui vont exploiter les données récoltées sur tous les points de contacts avec les consommateurs. (Sites web, applications mobiles, magasins)
L’IA d’IBM est capable, alors, de rechercher dans toutes les données non structurées celles qui peuvent concerner les services marketing, mais qui restaient inaccessibles jusque-là. Ce scénario n’est pas encore très développé en France, mais IBM teste ce dispositif avec un grand distributeur français. Le système d’intelligence artificielle devrait, se déployer à l’échelle industrielle, dans un délai de 2ans.67
Un autre exemple mérite d’être cité : une société de cosmétiques, préférant rester anonyme, très prisée des touristes chinois, se doit d’éviter les ruptures de stocks. En effet, cette clientèle, qui
66 Une grande entreprise chinoise dans les domaines tourisme, la chimie, la construction etc. 67 Le FIGARO, N°23112-Cahier N°4, Lundi 3 décembre 2018, p. 2
50
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

détient un pouvoir d’achat important, peut, de manière soudaine, se prendre de passion pour un produit particulier qui les a séduites et dévaliser ainsi les distributeurs de cette société dans les grandes agglomérations, par exemple les Galeries La Fayette, Marionnaud et Séphora.
Pour parvenir à une synthèse utile commercialement, ce groupe a dû confier à une société d’IA ARTEFACT la mission de recouper trois années d’historique de ventes avec un grand nombre de données : cours de la monnaie chinoise, trafic aérien en provenance de Chine, événements marquants dans le calendrier chinois. Cette opération a permis de révéler l’influence de ces événements sur les ventes de ces distributeurs. Le travail effectué par Machine Learning a contribué à les anticiper.
Les stratèges commerciaux ont donc pu dessiner une courbe prévisionnelle des ventes sur une période de trois mois et pour une centaine de produits. Il en résulte une marge d’erreurs bien plus faible qu’auparavant. Chez les principaux groupes du CAC 4068, on s’ingénie à mettre en place les Watson d’IBM, qui permettront aux équipes marketing de dégager du temps pour d’autres tâches, comme celles à valeur ajoutée.
La société TINYCLUES travaille avec la société ACCOR HÔTEL depuis plus d’un an, afin de développer la diffusion de ses programmes de marketing relationnel en France. Ainsi, avec sa compagne d’e-mailings lancée, l’IA lui a permis d’identifier des clients qui présentent de fortes chances de se laisser tenter par certains achats.
L’IA prendra toute sa place dans les secteurs concurrentiels comme la téléphonie ou l’assurance puisqu’elle permet de discerner l’insatisfaction de clients susceptibles de les abandonner. Dans ces conditions, par la prédiction de certains comportements des clients, des conflits éventuels, l’IA modifie profondément les rapports que les marques entretiennent avec leurs clients.
« D’ici à 2022, 133 millions d’emplois seront générés dans le monde par l’automatisation informatique, contre 75 millions détruits. 35 % des Britanniques, par exemple, souhaitent voir
68 Le principal indice boursier de la bourse de Paris.
51
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

plus d’entreprises utiliser un « Chatbot »69 pour répondre à leurs demandes. »70. 57% des professionnels pensent qu’un « Chatbot » peut rapporter un large retour sur investissements.
Alors que le directeur commercial faisait appliquer à ses équipes ses anciennes méthodes, aujourd’hui, c’est les données de l’intelligence artificielle qui vont identifier les comportements à succès.
Il y a une différence importante entre ce type de communication avec les petites communications entre les entreprises et leurs clients sur les réseaux sociaux nous pouvons dire. Cette différence c’est que la communication d’intérêt général peut être réalisée par des acteurs publics de la société comme par exemple : le département, la région, la mairie, etc. et aussi des acteurs privés dont leur affaire est supervisée par le gouvernement, en raison des intérêts stratégiques qu’elles représentent pour la nation. Par exemple : ENGIE, TOTAL, DASSAULT AVIATION …
Donc, par rapport ce qu’on a cité au-dessus, la communication d’intérêt général est un type de communication qui sensibilise et informe les collaborateurs d’une entreprise, les administrations d’une région, le grand public de la société ou les étudiants d’une faculté, par exemple sur les thèmes liés au développement durable et à la transition sociétale.
En d’autres termes, la communication d’intérêt général dans la société, donne une grande partie de son importance à la population de la société et elle se concentre sur cette réalité que parfois, montrer la qualité générale de la société sur les différents aspects de la vie sociale, est plus important des intérêts spéciaux des entreprises sur le monde du commerce. Et c’est pourquoi, les différents types d’utilisation du digital ont le devoir d’assurer cette partie des intérêts généraux des sociétés, qui ont commencé à évoluer au cours des dernières années.71
69 Une application programmée pour simuler une conversation en langage naturel. 70 Le FIGARO, N°23112-Cahier N°4, Lundi 3 décembre 2018, p. 12
71 Odile RIONDET, La citoyenneté d’entreprise dans la communication des organisations en France (Article), HALE, Paris, Septembre 2011, p.2
52
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

L’intérêt général est défini de manière prospective et surtout en fonction de la société et les valeurs de chaque société, Autrement dit, cette notion large se définit comme le cœur de toutes les réflexions de la société. Par conséquent, un avantage public est \”tout type d’action qui aboutit aux avantages généraux pour la société\”.72
Pour donner un exemple sur la France, les campagnes pour la sécurité routière des citoyens, constituent un exemple pratique et clair de la communication d’intérêt général de la société.
Les affiches qui s’installent dans les villes en préconisant la prudence dans les routes du pays, où même les discussions des agents de la compagnie avec les citoyens dans les centres commerciaux, s’analysent comme des essais pour faire évoluer les comportements des citoyens sur leur trajet, et par conséquent, réduire le taux de mortalité et les chiffres des accidents sur les routes. C’est par là qu’on peut voir la coopération et des efforts des acteurs privés et publics, main dans la main, pour atteindre ce but.
Si on parle des actions des agents publics, il faut dire que leurs objectifs dans ce domaine sont nombreux, par exemple, améliorer la qualité de la vie de toute la population quelle que soit les classes sociales considérées, et gérer toujours des budgets sociaux en réduction. Pour atteindre cet objectif, il faut dire que la communication d’intérêt général est un moyen unique et pratique pour concilier les attentes des administrations et les objectifs des collectivités de chaque société.73
La notion de solidarité est devenue de plus en plus présente dans les discours des politiques mais aussi dans la stratégie des chefs d’entreprises. Elle découle de la notion de fraternité inscrite dans la devise de la France.
Dans ce contexte, un concept nouveau est apparu celui de l’entreprise citoyenne, qui se définit comme celle qui prend aussi sa part à la douleur du monde, et qui contribue à atténuer les injustices de la société. En agissant ainsi, les entreprises améliorent leur image de marque et contribuent à l’édification d’une société plus solidaire, par la gratuité immédiate de ces actions, appelées mécénat.
72 Odile RIONDET, La citoyenneté d’entreprise dans la communication des organisations en France (Article),HALE, Paris, Septembre 2011, p.5-11
73 Le pacte Mondial DES NATIONS UNIES, L’entreprise citoyenne dans l’économie mondiale (article), The Global Compact, 2008, p.4
53
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

54
Si nous voulons examiner un peu les points juridiques du sujet, on peut s’adresser au site internet du Ministère de la Transition écologique et solidaire, qui a publié une précision pour les entreprises : la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un « concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire ». En d’autres termes, c’est « la participation des entreprises aux enjeux du développement durable et c’est une obligation pour les entreprises de contribuer à réaliser l’intérêt général de leur société au maximum. »
Pour développer encore ce sujet, on peut évoquer aussi l’article 116 de la loi du 15 mai 2001 du Code de Commerce à propos des nouvelles régulations économiques, et aussi La loi Grenelle II, article 225, qui édictent que « les entreprises sont obligées d’indiquer dans leur rapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités ainsi que leurs performances sur ces questions »74
Avec ces dispositifs juridiques dans les codes du pays, c’est évident que le sujet d’intérêt général est devenu un sujet national pour le gouvernement français. Autrement-dit, fournir ces intérêts pour la société, joue un rôle marquant pour l’évolution sociale.
Le profit est resté longtemps un fondement de toutes logiques économiques : en effet, la maximisation des profits permettait d’accroître les rendements, les investissements et les exportations. Cependant, cette notion a été, peu à peu, associée à celle de l’exploitation de l’homme, qui ne devenait plus qu’un moyen pour parvenir à cette fin. Un changement de mentalité profond s’est donc instauré dans l’opinion publique qui a contraint le monde politique, mais aussi les acteurs économiques à modifier leur vision des choses.
S’est donc développée l’idée que le monde économique devait évoluer aussi, dans un autre sens, celui de la participation à la vie de la société, par d’autres voies. Les actions citoyennes des sociétés constituent désormais, un fer de lance de leur communication afin de démontrer qu’elles peuvent aussi prendre en compte les problèmes de la société.
74 Legifrance.gouv.fr
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

55
Il s’en suit que l’opinion publique, sensible aux actions de mécénat et aux actions solidaires
développées ici où là, est dans l’écho sera réfléchi dans les mass média, percevra l’action de
ces entreprises sous un autre angle, plus humain, plus solidaire, ce qui peut aussi les amener à mieux les approcher, mieux les considérer voire, les admirer. L’outil informatique et le digital ne peuvent que servir cette ambition.
De manière concrète, cette édification peut se décliner, au moins, dans deux domaines :
Ø Au sein de l’entreprise
Les salariés ne pourraient comprendre, que les actions de solidarité ne concernent que les éléments extérieurs à l’entreprise. Aussi voit-on se développer d’autres formes de citoyenneté, au sein même des entreprises :
Ø Prise en compte de la difficulté par les parents salariés, de faire garder leurs enfants : d’où l’idée d’installer des crèches dans où à proximité des entreprises, afin de faciliter la tâche des parents,
Ø Développement des cantines d’entreprise, avec la prise en charge du phénomène « BIO » et l’obsession de la qualité,
Ø Création de salles de repos musculaire où chaque salarié peut avoir accès dans ses pauses et ses arrêts de travail afin d’évacuer le stress généré par le travail.
De multiples exemples, pourraient encore être cités, chaque entreprise ayant pu trouver, en son sein et selon ses possibilités financières, les expériences innovantes correspondant aux besoins vécus. À cet égard, la digitalisation ne pourra qu’accélérer par le temps gagné et l’économie réalisée, le phénomène.
Ø Dans le monde extérieur à l’entreprise
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

Il s’agira, pour les grands groupes internationaux, en particulier, de participer à des actions de
56
rénovation de monuments historiques : la prise en charge intégrale de la réfection de la galerie
des glaces au château de Versailles, le don de plusieurs millions d’euros pour le rachat d’un
tableau historique afin qu’il demeure sur le territoire français, mais aussi :
Ø Des bourses accordées à plusieurs dizaines d’étudiants étrangers, africains en général pour leur rentrer dans le monde du travail en qualité de cadre,
Ø La prise en charge de confection de puits, au sud du Sahel pour l’accès à l’eau de la population,
Ø Les implications dans les actions de banques solidaires au Pakistan etc.
Cette implication devient de plus en plus sophistiquée et démontre, par-là, que le monde économique veut s’impliquer par le biais d’une pédagogie diversifiée et qui puisse répondre aux besoins les plus souvent dénoncés dans ce monde. Là aussi, la digitalisation trouvera sa pleine signification.
Il en ressort que le fondement de la société économique dans le monde d’aujourd’hui s’est profondément modifié : elle élargit désormais le spectre de son activité, non seulement à ses propres intérêts, mais aussi à ceux de la société civile tout entière. Il est clair dans cet esprit, que la multiplication des applications informatiques et de la digitalisation ne peut que participer avec bonheur à cet essor. Ce faisant, elle peut prétendre légitimement, par cette citoyenneté nouvelle, à la promotion de la dignité humaine.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

57
Aujourd’hui, la réalité, se fonde sur des bases plus globalisantes dans le monde. C’est une mise à jour des entreprises avec l’utilisation permanente des nouvelles technologies grâce au digital, des nouvelles méthodes et des usages du web en interne et externe de l’entreprise.
En effet, les entreprises évoluent désormais dans un monde profondément digital et cette réalité reste inévitable pour elles. C’est un écosystème très vaste et élargi qui a uni des enjeux tels que la communication, le réseau de distribution et sûrement des internautes comme pilier central de ce fait. Ainsi, l’internet a évolué et normalement les entreprises ne doivent pas manquer le virage technologique pour rester encore sur le marché concurrentiel.
À vrai dire, les entreprises elles-mêmes sont toujours aussi en train de transformer. C’est vrai que le digital n’est pas un savoir acquis ou naturel pour les gens, mais c’est un processus auto- apprenant pour les acteurs dans les sociétés. On peut dire cette vérité que plus on pratique, plus on devient adepte dans ce domaine. Néanmoins, il faut bien faire attention à bien se tenir à jour dans ce monde pour pouvoir faire le tri entre toutes les tendances des populations dans le monde.
Avec la présence d’un site interactif et dynamique dans le business, les différentes entreprises tentent de faire preuve de transparence auprès des différentes cibles dans les sociétés. De plus, celles-ci donnent également les meilleurs outils aux acteurs de la société, ce qui leur permet d’acquérir une meilleure visibilité.
La vérité de la digitalisation sur les marchés des entreprises et même sur le monde d’aujourd’hui, est comme la crise, ce n’est pas vraiment un problème temporaire qu’un seul projet de transformation résoudra. Elle est la réponse permanente à la nécessité d’adaptation des entreprises à un business et un marché rapides, internationaux soucieux de garantir la sécurité des échanges. Donc, il est nécessaire d’envisager cette réalité aujourd’hui, comme un mode de fonctionnement impératif, pour le monde commercial, instable par nature.
Cependant, il est clair aussi, que l’avènement du digital et les changements qui en découlent, ont évolué pour faire apparaître des nouveaux acteurs dans le monde du commerce qui viennent mettre en question des modèles existant. Cette approche du digital est évidemment un moyen
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

pratique pour réinventer des produits et des services dans les sociétés afin d’augmenter la qualité de la vie des populations dans le monde. Aujourd’hui, c’est aussi un nouveau modèle de travail pour plusieurs entreprises.
Autrement dit, la nécessité de la transformation digitale dans les entreprises, c’est la raison d’une évolution du marketing dans le monde des entreprises qui prend aujourd’hui de plus en plus d’importance. Du coup, le digital transforme toutes les composantes d’une politique de marketing dans une entreprise, que ce soit l’offre, le prix de ces produits et des services, la distribution des produits et évidemment la relation des clients avec l’entreprise. Cette dernière est devenue aujourd’hui le cœur des entreprises.
Au terme de cette analyse, nous avons essayé de dégager les progrès très sensibles accomplis par les entreprises depuis ces quarante dernières années, tant pour s’initier au monde informatique que pour recourir au développement généralisé des fonctions digitales, le tout au bénéfice du commerce, devenu plus rapide et plus sécurisé et des salariés, qui disposent d’outils rapides dont ils ont la maîtrise. Le client ne peut être que satisfait de cette évolution dont il profite à plein.
De surcroît, l’entreprise, avec tous ses éléments et plus particulièrement l’intelligence artificielle ainsi que le concept nouveau de citoyenneté de l’entreprise évoqué plus haut, peut légitiment prétendre à la promotion de la dignité humaine.
58
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

59
Ouvrages :
Ø L’économie Mondiale 2018, Les Échos, Édition La Découverte, Paris 2017
Ø Patrick Le Floch, Nathalie Sonnac, Économie de la presse à l’ère numérique,
Troisième édition, La Découverte, Paris, 2013
Ø Cahier Français, L’économie à l’heure de numérique, N°392, Paris, 2016
Ø Armand Colin, Image économique du monde, Paris, 2014
Ø Andrée Muller, La net économie, Que sais-je ?, Presse universitaire de Paris,
2011
Ø Pierre Moral à l’Huissier, Nicolas Turbé-Suetens, Le télétravail en France,
Pearson Education France, Paris, 2010
Ø Philipe Chantepie, Révolution numérique et industrie culturelle, La
Découverte, Paris, 2010
Ø Charles-Albert Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ?, La Découverte,
Paris, 2006
Ø Mohamad Gohari, La communication des instituts, Edition Mehregan,
Téhéran, Iran 2012
Ø Reza Milani, Les intérêts des sociétés avec le digitale, Edition Bahar, Téhéran,
Iran 2016
Ø REED Jon, Le marketing digital en ligne, Paris, 2011
Ø Reza HOSEINI, La promotion du digital, Article, Ministère de la
communication, Téhéran, Iran, 2017
Articles :
Ø Emily Metais-Wiersch et David AUTISSIER, La transformations digital des
entreprises, édition Eyrolles, Paris, 2016
Ø THINK ACT, Transformation digitale dans le secteur public, Ronald Berger,
Paris, 2017
Ø Odile Riondet, La citoyenneté d’entreprise dans la communication des
organisations en France, Bucarest, 2011
Ø Le pacte mondiale des nations unies, L’entreprise citoyenne dans l’économie
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

mondiale, The Global Compact, 2008
Ø Vincent Malka, La transformation et le management de l’environnement de travail digital, 2017, Paris
Ø GP Magazine, Stratégie numérique, édition spécial, 2016, Paris
Ø Hafez Rezaee, La communication et internet, Ministère de la communication
iranienne, édition spécial 2017
Ø Iman Zahedi, Les réseaux sociaux et la société, Ministère de la culture
iranienne, édition spécial 2018 Mémoires :
Ø Neïla Zouanbi, La digitalisation de la relation client, Université Paris Sud, 2014
Ø PACINI Marie-Camille, La communication social, Lyon, école de commerce
2015
Ø Bertnard LAMON, La citoyenneté globale et locale de l’entreprise
transnational, Université de Genève, 2001
Sites Internet
Ø www.ohweb.ca/importance-communication-visuelle
Ø www.katchouk.com/blogue-importance-communication
Ø www.motamem.org(persan)
Ø www.cairn.info/revue
Ø www.virgool.io/@shahrara(persan)
Ø www.parlonsrh.com/4-tendances-evolution-du-travail
Ø www.stephanie.dupont3.free.fr/historique
Ø www.petite-entreprise.net
Ø www.etudes-et-analyses.com/gestion stratégie/communication Ø www.olivier-moch.over-blog.net/article-les-relations-publiques Ø www.radzad.com/blog/identify-target-market(persan)
Ø www.touch-innovation.com/guides/digital
Ø www.zoomit.ir/2018/2/21/268657/market-opportunity(persan) Ø www.solutions.lesechos.fr/business-development
Ø www.business-marketing.fr
Ø www.thinkwithgoogle.com/intl/fr-fr/tendances/vision
Ø www.chefdentreprise.com/Thematique
Ø www.strategies.fr/expertises
Ø www.dimelo.com/fr/blog-post
60
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

61
Annexe N°1
Interview n°1
M. Ali Akbar NADIMI
02/05/2018 (remis à jour le 27/11/2018 par Skype)
Chef de projet événementiel, à « La Compagnie Nationale Iranienne du Pétrole »
Durée de l’interview : 40min
Type d’interview : Face-à-Face
Lieu de l’interview : Téhéran-Iran Langue : Persane, traduction par mes soins
Intervieweur : C’est quoi votre responsabilité ?
M. NADIMI : En tant que chef de projet événementiel, je suis la responsable de la conception des événements dans cette compagnie depuis 12ans, de la conception jusqu’à la réalisation de cette idée. Je peux également organiser des colloques, des séances d’ouverture ou des séminaires pour les employés qui travaillent avec nous et aussi pour nos clients, surtout au niveau international. À vrai dire, mon métier est structuré essentiellement sur l’innovation et le sens de l’organisation dans cette entreprise, vu qu’on est trop chargé surtout au niveau international pour nos clients étrangers et aussi pour les étrangers qui travaillent ici avec nous. Dans ce cas-là, vous êtes obligé d’avoir un sens multiculturel pour organiser tous les points de votre métier.
Intervieweur : Vous avez dit au niveau international et à l’étranger, pouvez-vous détailler votre mission internationale ?
M. NADIMI : Ah oui, bien sûr qu’au niveau international. Vous savez que la compagnie nationale iranienne du pétrole est une organisation transnationale dans cette région du monde. Aujourd’hui l’Iran, est un des plus grands producteurs du pétrole dans le monde. Donc c’est évident qu’on aura des relations avec nos partenariats à l’étranger et aussi on aura des clients des différents pays autour du monde.
Intervieweur : Pouvez-vous me dire un peu plus sur les cibles internationales de la compagnie ?
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

62
M. NADIMI : À vrai dire, à ce point il faut catégoriser deux étapes différentes, premièrement,
c’était avant l’accord nucléaire d’Iran avec le groupe 5+1 en 2015 et, deuxièmement, c’est après
2015. C’est vrai qu’avant cet accord, on ne pouvait vraiment pas définir les cibles importantes !
parce qu’à cause des sanctions internationales contre notre marché pétrolier, il n’y avait pas de possibilités pour nous, de planifier nos marchés. Mais après cet accord en 2015, la situation a changé dans la mesure où, on peut dire aujourd’hui notre marché clientèle a été multiplié par deux fois plus qu’avant grâce à la levée des sanctions. Donc c’est normal que maintenant on multiplie les efforts, pour gagner la plus grande partie du marché dans cette région du monde. Vous savez aussi qu’on a un rival régional comme l’Arabie Saoudite dans notre région, qui entretient des relations très proches avec les Américains, ce qui lui permet de planifier son marché clientèle de manière plus précise que nous.
Intervieweur : Quand vous avez dit votre marché international, j’ai pensé aux moyens de votre communication avec eux. Pouvez-vous m’en dire un peu plus ?
M. NADIMI : Pour nous, il y a deux types différents de communication avec nos alliés internationaux. D’abord il y a les types classiques comme les négociations face-face avec les pays, n’importe où dans le monde. Autrement-dit, quand un pays nous demande par exemple un contrat de vente de produits pétrochimiques, il nous invite chez eux et autour d’une table on négocie et on signe peut-être le contrat. Ensuite, il y a une autre façon pour nous de communiquer avec nos alliés économiques, de manière plus moderne et bien sûr plus pratique, comme par exemple la digitalisation. Dans ce cas-là, on négocie avec nos clients par internet, et par plus particulièrement par Visio-conférence ! C’est-à-dire qu’on n’aura plus besoin de se déplacer dans leur pays ou même les inviter à venir en Iran. Parce que dans ce cas-là, ils seront nos invités et on doit les héberger dans les hôtels 5 étoiles, c’est-à-dire les coûts imposés ! Grâce à ce moyen, on peut vraiment éviter des frais supplémentaires pour un contrat international.
Intervieweur : plus précisément, est-ce que l’internet et les moyens digitalisés, sont utiles pour vous-même et votre responsabilité dans la compagnie ?
M. NADIMI : c’est incroyable, cette fonction ! pour mieux vous tenir au courant je préfère vous raconter une petite histoire de mon père qui travaillait depuis 20ans dans la même responsabilité que moi au sein de la même entreprise. Il m’a dit que dans les années 1970-80, quand les moyens digitalisés n’étaient pas encore très courants et populaires dans les sociétés,
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

pour organiser un éventement interne de la compagnie, comme par exemple une fête avec les
63
familles des employés, il était obligé d’informer tous les invités par la voie postale ! au
minimum 300 lettres d’invitations, d’enveloppes et de timbres pour seulement une simple fête !
un sujet qui est aujourd’hui pour nous incroyable ! Pensez-vous à toutes les diligences qu’il fallait faire pour organiser un événement international ! Alors que maintenant tout est changé. Moi en tant que chef de projet événementiel dans la compagnie, je n’aurai pas besoin de me déplacer même jusqu’au bureau de mon collègue à côté.
Intervieweur : Par rapport ce que vous venez d’expliquer, est-ce que je peux vous demander des chiffres plus précis sur la suppression des postes dans cette compagnie après la digitalisation des affaires ?
M.NADIMI : À vrai dire, ce n’est pas facile de répondre à cette question, parce que pour savoir les chiffres précis, il faut s’adresser aux archives de la compagnie il y a longtemps. Mais d’après ma responsabilité dans la compagnie, je peux vous dévoiler presque pour la première fois, qu’après des années 2000 et 2005, que le projet de la digitalisation de la compagnie a commencé, jusqu’à aujourd’hui, on avait 3000 d’employés dans tout le pays, qui ont été licenciés de leur poste. Parce qu’avec la politique de la numérisation des affaires de la compagnie, leur présence était vraiment inutile pour nous et pour eux-mêmes. Cette politique de licenciement nous a affectés psychologiquement mais nous n’avions pas les ressources nécessaires pour les reclasser. Mais on assure aussi, qu’on est toujours en train de programmer des nouvelles politiques pour les réintégrer.
Intervieweur : À la fin de notre entretien, est-ce que vous avez autre chose sur laquelle je ne vous ai pas interrogé ?
M.NADIMI : Pas grand-chose, je vous remercie d’abord d’avoir pensé à nous pour votre enquête, alors que vous avez effectué un stage de trois mois chez nous en 2015 et ensuite, je vous demande de préciser dans votre rapport, que nous atteindrons 75% de digitalisation de tous les services en 2030, soit dans ses ventes, soit dans les secteurs d’achats.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

64
Interview n°2
M. Hamid ZAFAR
14/05/2018 (remise à jour le 29/11/2017 par téléphone)
Directeur d’une agence de La Banque Nationale d’Iran à Téhéran
Durée de l’interview : 25min
Type d’interview : Face-à-Face
Lieu de l’interview : Téhéran-Iran
Langue : Persane, traduction par mes soins.
Intervieweur : Présentez-vous et précisez votre responsabilité s’il vous plaît ?
M.ZAFAR : Je suis le responsable d’une agence de la banque nationale d’Iran à Téhéran depuis 18ans et je gère aussi 5 petites agences dans la province de Téhéran. En plus, je gère aussi les relations internationales de la banque national d’Iran et de nos 5 agences, par exemple avec les pays du Golfe et aussi avec nos partenariats européens dont les Français.
Intervieweur : Je résume que, la grande partie de votre responsabilité, s’est concentré au niveau international. Je peux savoir vos moyens de communication avec vos partenariats ?
M. ZAFAR : Ça change d’époque en fait ! Autrement-dit, je me souviens très bien quand j’ai commencé ma responsabilité de directeur, la communication n’était vraiment pas semblable à aujourd’hui. À l’époque, envoyer un courrier à un pays européen, nous imposait 50 000 Tomans à peu près (=100 euros), alors qu’aujourd’hui grâce à nos systèmes automatisés et digitalisés, ce coût a baissé à 12 000 Tomans (=24 euros). En plus, l’utilisation des réseaux d’internet dans le pays et on peut dire dans le monde, a facilité ces communications. Dans la mesure où vous voyez aujourd’hui dans cette agence, il n’y a plus vraiment de clients et tout est traité par voie informatique grâce à cette politique de digitalisation des affaires bancaires. C’est pareil aussi pour nos responsabilités internationales. Je me souviens aussi à l’époque, pour communiquer avec la banque CIC en France, moi personnellement, j’étais obligé de partir en France pour 3 jours, afin de signer un contrat avec les responsables de cette banque. Alors qu’hier, j’ai signé un contrat avec nos partenariats singapouriens avec seulement un Mail.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

65
Intervieweur : Merci pour vos explications complètes. Avec tous que vous venez de dire, est-
ce que vous vous sentez la nécessité de formations indispensables pour vos employés sur les
domaines informatiques ?
M. ZAFAR : Bien sûr que OUI ! je crois que ça peut être intéressant pour vous de savoir qu’un des critères d’aujourd’hui, pour emboucher un nouveau salarié chez nous, est d’avoir le diplôme ICDL (International Computer Driving License). Au-delà de ça, quand la personne entre dans notre équipe professionnelle, il est obligatoire pour lui, de passer 6 mois de formations au « Centre d’Informatique des Affaires Bancaires » au siège central de la banque, dans chaque région du pays. Sans succès à cette formation, la procédure de recrutement sera suspendue.
Intervieweur : En cas d’échec à cette formation-là, la banque ne perd-elle d’argent pour les organiser ?
M. ZAFAR : Vous avez peut-être raison mais n’oubliez pas un sujet important ! Notre stratégie de communication. Les grands chefs de la banque nationale d’Iran, ont le même avis que vous, mais le but important qui leur a permis de poursuivre ces formations avec les budgets Nationals du pays, est de dessiner une vision plus efficace du système bancaire du pays. En d’autres termes, le coût actuel est sans aucun doute un investissement dans la structure économique du pays pour demain. Selon les derniers chiffres de la Banque mondiale en 2017, 68% des pays du monde actuels, se font concurrence pour numériser leur système bancaire, le système qui permettant une productivité accrue de l\’économie de chaque pays. Donc pour nous c’est pareil ! on ne peut vraiment pas ignorer cette réalité que la formation avant d’intégrer les agences est impérativement nécessaire pour les nouveaux. Alors que c’est possible aussi qu’il y ait des candidats qui ne réussissent pas. C’est-à-dire perdre de l’argent pour nous. Mais n’oubliez pas aussi que nos agents de recrutements, sont tellement vigilants aux jours des entretiens d’embouche qu’ils vérifient avec beaucoup d’attention la réalité pratique des diplômes présentés. Grâce à cela, on a vraiment peu des gens refusés dans nos formations d’informatique.
Intervieweur : Est-ce que vous pensez que votre politique de la digitalisation, a entraîné une meilleure ambiance dans vos affaires et surtout entre vos employés ?
M. ZAFAR : Pour répondre à cette question, je préfère vous raconter une courte histoire. Je me souviens que durant les premières années de mes responsabilités à la Banque nationale
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

d\’Iran, en raison de l\’absence de systèmes numériques, de nombreux clients s\’adressaient chaque
66
jour à différentes agences pour leurs dossiers. Cela a conduit les employés à beaucoup parler
avec les clients au cours de la journée, ce qui a demandé beaucoup d’énergie au personnel. Au
cours des dernières heures de la journée, en raison de la charge de travail élevée, certains employés étaient un peu tendus, ce qui occasionnait parfois une gêne. Mais aujourd’hui, un travailleur qui arrive sur son lieu de travail à partir de 7 h 30 du matin, peut éventuellement être contacté directement, au maximum avec 5 à 6 personnes à son guichet, et les autres rapports avec les clients restant du ressort d’internet. Ce qui renforcera encore leur concentration et lui permettra d’être plus efficace et finalement, l’amélioration du système bancaire se fera sentir dans tout le pays.
Intervieweur : Avec tout ce que vous m’avez exposé, si je vous demande de me dire quelques exemples des inconvénients probables des systèmes digitalisés, que pourriez-vous me dire ?
M. ZAFAR : Évidemment, chaque système qui est nouveau et efficace, ainsi que les avantages définitifs, posent de nombreux problèmes. Les systèmes internet et numériques actuels dans les affaires bancaires, ne font pas exception. Pour répondre plus précisément à votre question, je vous raconte quelques-uns de ces problèmes. Par exemple, lorsqu\’un employé a passé la majeure partie de son temps à travailler avec un ordinateur, il a manqué de rapports humains avec ses autres collègues, ce qui a un impact psychologique à long terme et peut-être manquera- t-il de références humaines pour traiter son travail quotidien puisqu’il n’a comme interlocuteur que son ordinateur. Un autre exemple de ces inconvénients est la possibilité d\’erreur humaine. En d\’autres termes, lorsque nous prenons la responsabilité de divers cas concernant nos employés dans nos agences, il a parfois été constaté que ces employés ont piraté des informations confidentielles dans les divers comptes des clients. Il est vraiment difficile et coûteux de détecter ces erreurs pour le système bancaire du pays.
Intervieweur : Je vous remercie pour toutes vos réponses. Est-ce que vous avez quelques choses à ajouter que je ne vous ai pas demandé ?
M. ZAFAR : De rien, Vous avez posé toutes les questions nécessaires je crois et je vous souhaite une très bonne continuation.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

67
Interview n°3
M. Kaveh VAZIRI
21/06/2018
Responsable de la réception et des affaires administratives à l’hôtel Beaucour de Strasbourg, établissement 4 étoiles
Durée de l’interview : 30min
Type d’interview : Face-à-Face
Lieu de l’interview : Strasbourg-France
Intervieweur : Présentez-vous et vos missions dans l’hôtel s’il vous plaît ?
M. VAZIRI : Je suis chargé des affaires administratives et réception à l’hôtel Beaucour depuis 6ans. Je gère aussi une équipe de 6 personnes administratives et aussi les 5 employées d’hôtel pendant la période de ma responsabilité dans l’entreprise et je joue un rôle interactif entre les employées et les deux dirigeantes de l’entreprise.
Intervieweur : Pensez-vous qu’être manager au sein une telle entreprise, peut-être difficile ?
M. VAZIRI : En général, il est difficile de gérer des éléments qui sont directement liés aux clients de chaque entreprise. En d’autres termes, le degré de satisfaction de la clientèle de votre société influe directement sur la réussite de votre business. Toutefois, lorsque l’erreur est commise dans une grande entreprise, cela peut n’avoir que peu d’effet sur les performances d’une grande société. Mais dans l’industrie hôtelière et les entreprises touristiques, puisque vous êtes directement et sans intermédiaire liés avec vos clients, il est peut-être un peu difficile de satisfaire tous les clients. Mais, les capacités de gestion dans le monde d’aujourd’hui, vous permettent de gérer plusieurs problèmes à un moment précis et de aussi pouvoir communiquer avec plusieurs membres de votre équipe de manière spécifique pour gérer ces problèmes. Alors qu’avant ces capacités, quand par exemple vous vouliez effectuer une réservation dans un hôtel, vous étiez obligé de contacter différents établissements dans votre secteur de manière téléphonique.
Intervieweur : Pouvez-vous me donner plus d’informations sur ces éléments ? Pouvez-vous aussi me donner des exemples pratiques ?
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

68
M. VAZIRI : Bien sûr. Aujourd’hui dans notre établissement, on établit les relations internes
de l’entreprise par un logiciel conçu particulièrement pour notre société. La fonction de ce
logiciel est comme un interface entre les équipes et les dirigeants de la société par leur smartphone. Par exemple quand, un chef de secteur est chez lui, il peut évaluer la fonction de ses membres de l’équipe sur son smartphone, et s’il a quelque chose à dire à ses équipes, il pourra publier un message sur la plateforme et toute l’équipe peut le lire. Et aussi à la fin de la mission, chaque directeur peut évaluer l’efficacité de leurs diligences par rapport à l’ordre donné et en évaluant le travail de chacun, puisque l’ordre donné par plateforme a dû être effectué conformément aux ordres reçus et le résultat a été immédiatement consigné sur la Plateforme et suivi le lendemain de la vérification par le manager. Vous voyez que grâce à ce logiciel, la perfection de notre société se réalise de plus en plus par rapport au reste du marché concurrentiel.
Intervieweur : La politique de la notation sur la performance des équipes, peut-t-elle entraîner du stress et donc diminuer leur performance ?
M.VAZIRI : Cela, peut également être considéré comme une raison, car nous avons constaté un stress parmi les membres au cours des cinq années d’utilisation de ce logiciel dans l’entreprise. Mais la réalité est que la motivation des membres dépasse le stress qui leur est imposé. En d’autres termes, grâce à ce système, les salariés sont plus motivés à respecter les consignes des dirigeants d’entreprises, ce qui accroît automatiquement l’efficacité de la société, et par conséquent, maximise la satisfaction du client. Par exemple, les dirigeants de notre société envisagent d\’augmenter les salaires des employés qui travaillent conformément aux demandes des gestionnaires afin d\’accroître cette incitation. Dans ce cas-là, vous voyez qu’on pouvait remplacer le stress par la motivation. C’est-à-dire que dans le monde des affaires, il existe des contraintes qui peuvent être stressantes pour les membres de l’équipe, mais avec une pédagogie de l’utilisation de ces moyens, leur stress peut être remplacé par de la motivation en augmentant la perfection de l’entreprise.
Intervieweur : Est-ce que vous pouvez nous dire quelques exemples sur les inconvénients de ce logiciel dans votre entreprise ?
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

M.VAZIRI : L’un des problèmes les plus importants dont nous n’avons toujours pas trouvé
69
encore la solution, c’est la confusion du monde du travail avec le monde du divertissement par
les employés. C\’est-à-dire qu\’aujourd\’hui, comme vous le savez, beaucoup de jeunes sont
occupés à passer du temps sur divers réseaux sociaux et même pendant le temps du travail. L’efficacité de ce logiciel dans notre entreprise, obligera inévitablement les employés, à se connecter dans la plupart des temps à leur téléphone portable pour lire les messages éventuels des responsables. Cela conduit parfois, à un manque de concentration sur leurs responsabilités au fil du temps dans les réseaux sociaux. Dans la mesure où il a parfois été constaté que les employés s’abstenaient de lire le message du directeur à cause de la focalisation dans les réseaux sociaux, ce qui provoquait donc des insatisfactions des clients de l\’hôtel.
Intervieweur : Si vous voudriez comparer les missions de votre entreprise, avant et après la digitalisation, qu’est-ce que vous avez à dire ?
M.VAZIRI : En fait, la réponse à cette question est un peu difficile pour moi avec 6 ans d’expérience dans cette entreprise, car depuis que je travaille dans cette société, j\’avais des systèmes numériques et en ligne pour gérer des affaires administratives, qui ne différaient pas beaucoup des périodes précédentes. Mais je peux dire qu’après avoir étendu l’utilisation du logiciel dans notre entreprise, l’efficacité et la productivité de la société, ont doublé depuis 2015. En d’autres termes, la société n’a plus besoin de documents administratifs en papier pour les réservations, ainsi, les dirigeants de la société ne doivent pas nécessairement être présents en permanence dans la société pour contrôler la qualité du personnel. Aujourd\’hui, notre société peut effectuer une réservation d\’hôtel, en moins d’une minute par internet et par le logiciel de la société, alors qu\’il fallait environ une heure pour une réservation régulière avant la création du logiciel.
Intervieweur : Merci pour vos réponses, est-ce que vous avez quelques choses à ajouter à ce que vous avez dit ?
M. VAZIRI : Il semble intéressant pour vous de savoir qu’aujourd’hui, en France, sur tous les 5 hôtels, 4 sont gérés par des systèmes de contrôle à distance et par les logiciels spécifiques pour chaque entreprise. Cela veut montrer qu’aujourd’hui, les entreprises sur le secteur hôtellerie, n’a plus besoin d’autant de personnel ni de bureaux autant que par le passé. L’automatisation administrative des entreprises de tourisme et hôtellerie, a donné cette
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

70
possibilité aux directeurs des entreprises de se décharger de la gestion traditionnelle des hôtels,
et d’envisager désormais d’agrandir leurs business et de développer leurs activités.
Interview n°4
M. Roohollah SHAHSAVAR
02/11/2018
Président de l’association « SINGA France » à Paris
Durée de l’interview : 35min Type d’interview : Face-à-Face Lieu de l’interview : Paris-France
Intervieweur : Présentez-vous et expliquez-nous où on est actuellement ?
M.SHAHSAVAR : Je suis le président de l’association SINGA à Paris. Et vous êtes maintenant au siège central de cette association au paris 8ème. SINGA est un mouvement international qui essaie de créer des liens entre les réfugiés dans tout le monde et leur société d’accueil. La politique générale de SINGA, c’est d’établir les nouvelles relations entre les sociétés et les réfugiées à travers l’entreprenariat, le numérique, la rencontre, les membres de la communauté locale, sociale, économique et culturel pour favoriser de plus en plus la construction de la société en commun dans le monde d’aujourd’hui. On est dans 10 pays autour du monde et dans 20 villes importantes dans les pays.
Intervieweur : Vous avez dit avec le numérique, je peux vous demander de dire un peu plus sur votre politique du numérique à propos de votre activité ?
M.SHAHSAVAR : Aujourd’hui SINGA, est présente sur plusieurs réseaux sociaux pour mieux connaître ses alliés partout dans le monde. On est aussi en partenariat, avec les deux ministères des affaires étrangères et de l’intérieur en France. Grâce à nos réseaux sociaux sur le monde du WEB, on est très connu aujourd’hui par rapport l’année 2012 (l’année de la fondation de SINGA). Pour nous, le numérique est une approche incontournable pour atteindre nos buts. Je crois que ça peut être intéressant pour vous, de savoir qu’à partir l’année 2012, grâce à notre politique numérique SINGA a réussi à se présenter dans les 10 différents pays du monde.
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

71
Intervieweur : C’est-à-dire vous pensez que sans votre politique du numérique ne vous pouviez
pas atteindre vos objectifs ?
M.SHAHSAVAR : Je n’ai pas dit qu’on pouvait pas ! mais c’était vraiment difficile. Imaginez que dans les premières années de l’association, les personnes qui avaient besoin d’aide dans le monde, et qui erraient dans les différents pays sans connaître ce pays et sa communauté, ne connaissaient pas SINGA. Sans ce système on ne pouvait rien faire. La réponse est certainement négative, en effet sans elle, on aurait sûrement eu beaucoup plus de difficultés. Grâce à notre politique numérique et avec notre partenariat dans le monde, aujourd’hui on héberge 40 000 réfugiés chez des particuliers partout dans le monde.
Intervieweur : Est-ce que vous pensez, qu’avoir une stratégie de communication est nécessaire pour vos activités ?
M.SHAHSAVAR : La réponse est surement oui, dans la structure des activités de notre association, l\’utilisation du monde virtuel et des réseaux sociaux pour introduire, poursuivre et développer les activités du forum est un sujet indispensable et inévitable. Parce que, comme indiqué dans les questions précédentes, depuis 2012, grâce à l\’aide du monde virtuel, nos activités se sont considérablement développées. Il est naturel que pour atteindre ces objectifs importants sur internet, la stratégie exécutive doit être un sujet indéniable. C\’est pourquoi, sur notre forum, une équipe appelée Management de Politique Virtuelles est chargée de développer ces politiques.
Intervieweur : Est-ce qu’avec cette politique du numérique et de la digitalisation dans votre activité, vous ne pensez pas que vos publics se sentent moins proches de vous ?
M.SHAHSAVAR : Cela peut sembler vrai, à première vue dans nos activités, mais le fait est que, l’utilisation du monde de l’internet, est seulement la première étape de notre relation avec notre public. En d’autres termes, grâce à notre politique numérique et internet, nous identifions notre public et nos alliées dans le monde entier. Et la prochaine étape, est d’amorcer une collaboration directe avec eux. Donc, si seulement notre communication était résumée dans le monde virtuel et sur les réseaux sociaux, votre critique aurait raison, mais lorsque nous utilisons cet outil uniquement pour comprendre la communauté et nos objectifs, la question de l\’éloignement de notre public ne se pose plus. En plus, par exemple ici à KIWANDA à Paris
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

8ème (siège de SINGA) on a des formations d’intégrations pour nos nouveaux amis qui viennent
72
d’arriver en France, qui sont réalisées par internet et par notre politique numérique.
Interview n°5
M. Daniel VELLY
05/11/2018
Ancien président de la chambre sociale de la cour d’appel d’Orléans
Durée de l’interview : 40min Type d’interview : Face-à-Face Lieu de l’interview : Paris
Intervieweur : Présentez-vous et vos missions s’il vous plaît ?
M.VELLY : De 2004 à 2014 j’ai présidé la chambre sociale de la cour d‘appel d’Orléans, c’est- à-dire qu’avec deux collègues, nous statuions sur 800 appels de 4 conseils des prud’hommes du ressort de la cour (Loiret, Indre et Loire, Loir et Cher). Il s’agit, avec le greffe composé au début de quatre fonctionnaires, de réceptionner les appels en personne ou par l’intermédiaire d’un avocat, de faire entrer les dossiers dans l’informatique et de procéder à l’avancée de la procédure, c’est-à-dire les échanges des conclusions écrites entre les avocats et de s’assurer qu’il se sont bien échangés entre eux les pièces qu’ils utiliseront le jour de l’audience. Ensuite il faut composer les audiences des plaidoiries, deux jours par semaine les tenir pendant environ six heures de temps. En outre, il faut délibérer sur la dizaine d’affaires retenues, rédiger les jugements qui s’appellent, en cour d’appel, des arrêts. Il convient aussi de formaliser ces rédactions sur ordinateur en sorte que le greffe n’a plus à taper les arrêts.
Intervieweur : Vous avez dit l’ordinateur, est-ce que je peux vous demander d’en préciser un peu plus ?
M.VELLY : L’outil informatique a pénétré dans les tribunaux depuis plus de 25ans en France, et peu à peu le fonctionnement informatique a été généralisé. Cela se traduit de manière suivante : Le greffe ne tape plus les arrêts ou les jugements, les magistrats dictent vocalement ou tapent leurs jugements ou arrêts. Toute la procédure est désormais digitalisée. Les échanges de conclusions avec les avocats s’effectuent par un système d’intranet sécurisé, ce qui évite
LE ROLE DU DIGITAL DANS L’ENTREPRISE

73
d’interminables courriers. Au total, le greffe n’a plus besoin que de deux fonctionnaires au lieu
de quatre pour la chambre sociale.
Intervieweur : Est-ce qu’avec cette politique de la digitalisation auprès des cours et tribunaux en France, sentez-vous une diminution des coûts sociaux ?
M.VELLY : Oui bien sûr, les liaisons sont désormais facilitées, il n’existe plus de temps de latence de courriers ordinaires et tout est rendu plus sûr. Il s’agit de moyens modernes de communication qui facilitent la vie administrative et rendent plus ludique le travail quotidien. Dans ma section de droit du travail, on devait traiter 800 dossiers par an qui ne nécessitent plus que deux greffiers au lieu de quatre il y a dix ans. De manière concrète et immédiate, cela fait économiser environ 6000 euros par mois à l’état entre les salaires et les charges.
Intervieweur : Comment interprétez-vous l’évaluation que vous faites des échanges avec les entreprises ?
M.VELLY : La moitié des justiciables traités par nos soins concernaient des employeurs, artisans, commerçants, mais plus généralement des sociétés. Comme, à l’époque, le ministère d’avocat n’était pas obligatoire, certaines entreprises traitaient directement avec le greffe. La digitalisation permet des contacts beaucoup plus simples et sûrs avec le greffe. Elles recevaient directement sur leur terminal d’informatique l’arrêt qui les concernait, le jour venu. À cet égard, il faut remarquer que l’État par l’intermédiaire de la justice s’est mis au diapason du niveau informatique des entreprises.
Intervieweur : Est-ce que vous pensez que les entreprises ont fait des évolutions avec ces échanges vers la digitalisation des cours, dans leurs affaires ?
M.VELLY : Je ne peux pas l’évaluer avec précision. Cependant, il convient que l’État dispose de moyens de communication modernes avec les entreprises pour leur éviter des pertes de temps. Le plan informatique répond aussi à cette préoccupation. Enfin, ce qui préoccupe essentiellement les chefs d’entreprises, c’est la rapidité de la procédure et l’existence d’un arrêt suffisamment motivé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *