Le Petit Prince – Saint-Exupéry

« S’il vous plaît dessine-moi un mouton! » (Saint-Exupéry, 1999, p.15), cette question aussi simple soit elle et sans aucune doute une phrase symbolique et représentative de l\’innocence de l\’enfant. Traduit en plus de 300 langues Saint-Exupéry a fait de cet énoncé un hymne à l\’innocence. Puis en 2015 un grand réalisateur américain dessina bien plus qu’un mouton, en effet Mark Osborne créa pour la première fois seul une adaptation cinématographique du roman le Petit Prince. Cette version anime du roman le plus vendu au monde après la bible fut grandement apprécié par la critique et se mérita le prix du meilleur film d\’animation lors des césars de 2016. Connu pour ses réalisations filmographiques tel que More en 1998, Bob l’éponge en 2004 et Kung fu panda en 2008 Mark Osborne est un réalisateur hors pair.

Tout d’abord, la version animée du Petit Prince réalisé par Mark Osborne raconte l’histoire d\’une petite fille attachante et très intelligente. Vivant sous l\’emprise d\’une mère trop autoritaire elle est forcée à accéder à l’école la plus prestigieuse du pays. Ainsi pour y parvenir, cette jeune fille pas plus grande que deux trois pommes déménage avec sa mère dans un tout nouveau quartier qui se situe près de son futur établissement scolaire. Forcer à cohabiter près d’un vieil homme peu banal, cette petite héroïne lie un lien d\’amitié profond avec un vieil homme pas comme les autres qui se trouve être son voisin. Au fil du temps ce vieil homme lui raconte l’histoire d\’un Petit Prince. Plonger dans un monde imaginaire cette jeune fille se surprend à rêver et non étudier, choses qu\’elle n\’aurait pas pu faire auparavant puisqu\’elle devait suivre un plan de vie trop chargé. N\’ayant jamais eu l\’occasion de se comporter comme un enfant, sa rencontre avec le voisin d\’à côté fut une belle et heureuse découverte. Cette oeuvre touchante et hilarante transporte le spectateur dans deux mondes, d\’un côté le téléspectateur rentre dans le monde de l\’enfance. Un monde farfelu, innocent, drôle et fragile et de l\’autre côté l\’on découvre le monde de l’adulte c\’est à dire un monde trop organisé, structuré et formel.
Après avoir visionner le film et lue le livre « Le Petit Prince » on aperçoit des similitudes et différences. Comme aperçu les deux oeuvre sont adaptées pour tous les âges. Puis on peut aussi s\’apercevoir que l’attachement que la petite fille entretient avec son voisin dans le film et similaire à la relation du Petit prince et sa rose dans le livre « Le Petit Prince » de Saint-Exupéry. De plus, dans les deux ouvres le thème de la mort est présent, dans le film avec le vieux voisin qui se rapproche de la mort, il sait qu’il va rendre l\’âme. Dans le roman le petit prince est soucieux de si le serpent le fera du mal mais vers la fin il disparaît. Les différences sont que dans le roman on introduit une histoire d’un pilote qui atterrit avec son avion sur le désert du Sahara et qui rencontre ensuite le Petit Prince. Tandis que le film du « Le Petit prince » de Mark Osborne a décidé de baser son film sur une petit fille qui découvre l’histoire du Petit Prince, à travers son vieux voisin. Ainsi, on constate une différence entre les deux points de vue du narrateur de ces dernières. Dans le roman, l’histoire est vue du point du vue de l\’aviateur. Tandis que dans le film on raconte l’histoire à travers les yeux de la petite fille. Par la suite, dans le roman le protagoniste est le Petit Prince mais dans le film la jeune héroïne est vue comme le personnage principal.

Les relations interpersonnelles sont à la base de l’oeuvre de Saint Exupéry que ce soit entre l’aviateur et le petit prince ou encore entre le petit prince et le renard les liens d’amitié profonde sont formé. Ainsi, au de la des relations qui figurait dans le livre Mark Osborne a affiché des relations supplémentaires. Tout d’abord, monsieur Osborne brosse le portrait d’une petite fille innocente curieuse et adorable qui vit avec une mère trop organisée, débordée et très souvent absente leur relation presque inexistante touche les spectateurs. À travers des personnages fictifs Osborne aborde le sujet des relations mère filles parfois compliquées. Bien que la relation entre la mère et la fille sont à certains moments tendue au fil de l’histoire les tensions s\’apaisent et une nouvelle relation mère fille voit le jour plus compréhensive et affectueuse avec sa fille la tension et le stress quotidien se transforment en complicité mère fille. Ces relations tendues, mais pleines d’amour et de bonne foi sont aussi abordées dans le roman de Saint-Exupéry entre le petit et prince et sa rose trop exigeante. Telle la relation entre la mère et la fille le petit prince entretient une relation presque semblable aux deux personnages du film (la mère et la fille) forcer à abandonner sa rose pour visiter d’autre planète la relation entre le petit prince et sa protégée est presque inexistant, loin des yeux, mais près du cœur le petit prince tente de vivre son aventure, mais ne peut s’empêcher de penser à sa rose telle cette I mère qui dit ouvertement à sa fille «Une fois là-bas tu seras tout seul, comme une grande solitude»(Osborne, 2015) bien que leurs relations soient compliquées la mère ne peut s’empêcher de penser à sa fille et le petit prince ne peut s’empêcher de penser à sa rose. Par la suite, l’une des plus belles relations observées dans le film est celle qui relie la petite fille à cet aviateur excentrique. À travers le film la petite fille entretien un lien fort et profond avec l’aviateur elle va jusqu\’à dire que l’aviateur l’a « apprivoisé », entre ces deux personnages un sentiment de confiance et d’amour est né se sentant responsables l’un de l’autre ses deux personnages attachants revivent lorsqu’ils sont ensemble. Tel une relation entre une petite fille et son grand-père le lien entre la petite fille et son voisin est une relation spéciale, exceptionnelle, touchante et fusionnelle. À travers ce pilote excentrique cette petite héroïne jouit dès bonheur de la vie elle expose ses plus grandes craintes à son nouveau et lui tel un confident est là pour l’écouter, la réconforter l’épauler et l’accompagner dans un monde trop strict pour un enfant. Semblable à la relation fusionnelle qui existe entre l’aviateur et le petit prince c’est-à-dire une relation saine réelle sincère et fusionnelle. Bref, la relation qui existe entre les personnages du film est des relations semblables à celle du livre toutes touchant, sincères et authentique M. Osborne a su sublimer les relations entre les personnages au point qu’elles paraissent réelles.

À travers cette oeuvre aujourd’hui disponible sur grand écran, plusieurs thèmes sont abordés tel celui de l’amitié, la responsabilité, la solitude, la mort et la vieillesse. Ces thèmes sont élaborés dans l’adaptation cinématographique de M. Osborne et dans l’oeuvre de l’honorable Saint-Exupéry. À travers le film et le roman, la responsabilité est un sujet d\’envergure. Juste qu’à quel point somme nous responsable de l’autre? Dans le roman puis dans le film, on constate que la responsabilité est partagée autant d’un côté que de l’autre, que ce soit entre l’aviateur et le Petit Prince ou entre l’aviateur et la petite fille chaque individu se sent responsable de l’autre. « Tu deviens responsable de ce que tu as apprivoisé » (Saint-Exupéry, 1999, p.72) cette citation aussi reprise dans le film nous ramène à la responsabilité. Lorsque l’homme apprivoise un animal tel un chien il se sent responsable de son chien il lui donne toute l’affection et l\’attention nécessaire il l’aime et le chéri le plus qu’il peut. Ainsi, dans le film l’aviateur pour le moindre excentrique a apprivoisé la petite fille, lui donnant toute son affection et son temps il ne souhaite que son bienêtre et la prépare tout doucement à sa mort imminente et de l’autre côté la petite fille à elle aussi apprivoiser le vieil homme, à ses côtés à tout moment la petite fille se sentait responsable de son nouvel ami, prenant son rôle très au sérieux notre petite héroïne traversa le ciel à la recherche du petit prince. Son but était de trouver cet enfant qui comme elle a marqué son ami au bord de la mort cette dernière ne pouvait imaginer le départ de son nouveau camarade de jeu puisque l’un prenait soin de l’autre et vice versa. Lorsqu’il tomba malade, cette dernière se précipita à son chevet. « Les hommes ont oublié cette vérité. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé… » (Saint-Exupéry, 1987, p.73) notre charmante jeune fille reste à jamais responsable de l’héritage de l’aviateur en d’autres mots elle se doit de partager l’histoire du petit prince afin que la terre puisse connaître ce prince de l’autre bout du monde qui a lui aussi conté pour l’aviateur. D’un autre côté dans le roman de Saint Exupéry le Petit Prince se sent responsable de l’aviateur et l’aviateur du Petit Prince, le Petit Prince donna sa vie pour sauver son copain et l’aviateur ne cessa de penser à cet enfant pour qui il avait tant d’affection. La responsabilité mène à l\’amitié que ce soit dans le film ou le roman l\’amitié est un point culminant de ses oeuvre. Enfin, la petite fille créa se lia d’amitié au vieil homme et le vieil homme se lie d’affection avec cette jeune. Tout comme dans le livre dans lequel l’aviateur devenant ami avec un petit prince qui marqua sa vie à tout jamais. Bref, le plus beau moral se trouve dans le fil et le roman du Petit Prince ses deux œuvres à la fois semblables et différé nous prouve que l’amitié, véritable sincère, loyal et durable existe réellement. Il suffit de chercher pour un Petit Prince puisqu’il l’a le don de rassembler les gens.

L\’adaptation très attendue du Petit Prince a finalement vu le jour. Ce n\’est pas la première fois que le livre d\’Antoine de Saint-Exupéry est adapté au grand écran, mais aucune autre adaptation n\’a eu une campagne publicitaire et une popularité telle l\’adaptation du film par M. Osborne. Cette nouvelle adaptation du Petit Prince est fidèle au livre, surtout dans son animation, bien que l\’histoire ait quelques retouches et mises à jour. Mark Osborne a utilisé un mélange d’animation et d’ordinateur pour la production du film, Le Petit Prince. Au lieu de s\’en tenir strictement au matériel du livre, le film ajoute des aspects inédits tel l’ajout d’une petite fille qui n\’a jamais été mentionné auparavant. Grâce à une projection HD, l’on ne peut que rester admiratif face à la beauté et la clarté de l’image. Étant dessinée en 3D la netteté de l’image est indiscutable. Le positionnement ainsi que les portraits sont d’une beauté exceptionnelle la précision est incroyable. Par exemple lorsque l’aviateur et la petite fille contemplent les fourmis le détail est précis. Dans l\’adaptation cinématographique du film, tout est dans le détail et la subtilité.

En somme, l’adaptation cinématographique du roman le petit prince est une adoption réussie et adaptée pour tous les âges. Créé pour plaire au grand et au petit ce dessin animé et à la fois drôle et touchant, digne d’un film hollywoodien Monsieur Osborne a su rendre hommage à l’oeuvre de Saint-Exupéry et a à sa manière su sublimer cette oeuvre aimée par les enfants de tous âges. Je recommande ce film à tout le monde que vous soyez grand ou petit jeune ou âgés ce film fait renaître l’enfant qui somnole en nous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *