L’histoire de Gamaraigaux

  Histoire

En 1788, il y avait environ 300 000 aborigènes divisés en plus de 500 tribus qui vivaient en Australie, l’une d’entre elles étant la tribu des Gamaraigaux. Ils ont créé une civilisation fonctionnelle, unique et stratégique. Les Gamaraigaux préféraient un style de vie semi-nomade en raison du changement environnemental spécifique de la terre. De plus, ils étaient des cueilleurs et des chasseurs extrêmement efficaces et ils avaient la capacité de manipuler leur environnement pour augmenter l\’offre de nourriture. Ce n\’est que le 26 janvier 1788 que les navires britanniques ont pénétré à Port Jackson avec 290 marins et 717 prisonniers pour affronter les Gamaraigaux. À la fin, avec les manières robustes et manipulatrices des Britanniques, la communauté des Gamaraigaux fut assimilée par la race blanche dominante; bientôt, aucune once de la culture aborigène ne restait. Il est fascinant de penser comment un groupe de condamnés s’est réuni pour créer l\’Australie, l’un des pays les plus économiquement d\’aujourd\’hui. Cependant, les Britanniques n’auraient pas pu le faire sans l’aide des peuples aborigènes, spécifiquement les Garamigaux, et leur civilisation aurait dû donner un avantage économique aux Britanniques. Cette enquête propose la question: « Dans quelle mesure la civilisation des Gamaraigaux a-t-elle laissé un avantage économique aux Britanniques lors du début de l’immigration européenne en Australie entre 1788 et 1868? » En examinant l’agriculture, la manipulation géographique de la terre, et utilisation d’une loi britannique, on peut conclure que les Garmaraigaux ont fourni un avantage économique important.

Tout d’abord, un grand facteur économiquement avantageux pour les premiers Européens était les ressources naturelles de la terre. Les Gamaraigaux étaient des experts de l’agriculture. Ils cultivaient soigneusement leurs plantes et savaient quelles plantes et animaux pouvaient être mangés, comment les trouver et les attraper, et comment les préparer à manger. Vers 1789, les réserves de nourriture apportées par les Britanniques commençaient à pourrir et le scorbut se répandit parmi les peuples. Les méthodes de culture européennes ne fonctionnèrent pas dans le climat australien. Le sol fut peu fertile et les semences importées d\’Angleterre s\’étaient détériorées en route. Ce fut une période désespérée pour les Britanniques. Seulement un an après la colonisation, la colonie était menacée de famine. Il est donc évident que ces agriculteurs européens ont dû acquérir leurs connaissances agricoles de quelque part, et qui d’autre que les gens qui connaissent le mieux la terre? Les Garmaraigaux apprirent de manipuler leur environnement pour augmenter l’approvisionnement en nourriture, une compétence qu’ils ont développée en menant une vie nomade. De plus, les économistes ont étudié l’agriculture des aborigenes et ont conclu qu\’ils produisaient des excédents, des échanges, des avancées technologiques. Un surplus d\’agriculture mène à la richesse peut être accumulée et permettre la division du travail. En apprenant les pratiques agricoles des Garmaraigaux, les Européens auraient vu les mêmes effets car ils créèrent un excédent de récoltes. Avec plus de travail, certains condamnés étaient employés, soit sur les chantiers de travaux publics, soit dans les fermes gouvernementales. D\’autres étaient assignés comme ouvriers agricoles ou comme domestiques. Alors, grâce aux connaissances des ressources naturelles des Gamaraigaux, les Britanniques commencèrent une vie agricole et créèrent des emplois qui seront économiquement bénéfiques pour la colonie.
Ensuite, un facteur important de l\’avantage économique des premiers Européens était la manipulation environnementale des Gamaraigaux pour les raisons agricoles et commerciales. Avant que les semences européennes et les animaux domestiques soient importés en Australie, il y eut peu de plantes ou d\’animaux à cultiver et un climat hostile. Au fil du temps, les Gamaraigaux s’adaptèrent à leur environnement, explorant de nouvelles sources de nourriture et apprenant à vivre en symbiose avec la terre en la manipulant. Les Gamaraigaux nettoyèrent des zones de valeur en les brûlant pour qu’ils rajeunissent les prairies et les forêts dépendant de la chaleur pour casser les graines des arbres. De plus, en brûlant les terres, les aborigènes agirent comme des gestionnaires de terres pour protéger la terre de la désertification des prairies. Sans la manipulation de la terre, en donnant un plus grand accès aux ressources agricoles et en la changeant pour qu’elle soit conforme aux normes de l’agriculture, les premiers Européens qui immigrèrent ne pourraient pas commencer à planter des cultures. Sans cette préparation, aucun condamné avait eu un emploi et les Britanniques eurent de la difficulté à trouver des ressources alimentaires. Plus que cela, non seulement la terre fournit de la nourriture et des environnements stables aux nouveaux colons, mais elle aida le commerce britannique aussi. La terre de l\’Australie avant l\’arrivée des Européens fut remplir avec les forêts denses et déserts secs. En brûlant les gros plantes de ces régions, l’espace dans l’environnement ouvrit et releva même des couches plus profondes du sol, où l\’or fut trouvé. En particulier, la terre fut capable de fournir de l\’or aux peuples australiens en 1851 qui n’a pas seulement créé plus d\’emplois pour les condamnés, mais fournit un grand montant d\’argent aux Européens. Des centaines de milliers de personnes entrèrent le pays après avoir entendu de la ruée vers l\’or. Éventuellement, ceci créa de grandes villes minières utilisées pour exportations d’or. Alors, les avantages économiques de la terre comme les bonnes semences et cultures, plus d’emplois et le commerce britannique étaient tous possibles grâce à la manipulation géographique fit par les Gamaraigaux.

Enfin, la manipulation de la loi britannique des propriétés des terres découvertes donna un avantage économique aux premiers Européens de l\’Australie. Cette loi européenne affirma que si les Européens découvraient des terres habitées par un peuple agricole doté de systèmes de gouvernement reconnaissables, celles ci ne pourraient pas être prises par des explorateurs européens qu\’avec le consentement des habitants. Cependant, si la terre fut inhabitée ou habitée par des personnes qui ne l\’utilisaient pas, elle pourrait être librement prise. Puisque les aborigènes furent peu nombreux, ne portèrent pas de vêtements, ne cultivèrent pas le sol et n\’eurent pas de formes de gouvernement observables, le gouvernement britannique décida que l\’Australie fut «terra nullius» (inoccupé) et en prit possession sans demander aux Gamaraigaux. Ceci donna une puissance économique aux Britanniques. Un exemple clair de cela est que les Britanniques placèrent les aborigènes sur une échelle de progrès humain sur laquelle le groupe des chasseurs-cueilleurs occupait le dernier échelon. Les Européens forcèrent les Gamaraigaux de cultiver pour eux dans des conditions et des climats difficiles. Les Britanniques eurent la mentalité que «[s]i les aborigènes pouvaient être contrôlés, ils pourraient bénéficier la colonie et eux-mêmes.» Ceci fut économiquement la seule chose que les Britanniques puissent faire parce qu’ils surent que les aborigènes connaissaient mieux la terre et qu\’ils ne purent pas développer leur civilisation sans leur aide. «Les généraux britanniques reçurent l’ordre de vivre dans l\’amitié et la gentillesse avec les autochtones, mais en même temps, ils prirent leurs terres et réfléchirent à la manière dont les relations avec les Gamaraigaux pourraient être un avantage de la colonie.» En 1804, les Britanniques reprirent complètement l\’économie grâce à l\’agriculture et aux moyens de contrôler les peuples aborigènes. Les Britanniques eurent plus de cultures et fermes que les aborigènes, laissant les Gamariagaux désespérés et dépendants de la nourriture européenne. Alors, les Britanniques utilisèrent une loi de la propriété de la terre pour contrôler les peuples Gamaraigaux et ses capacités pour qu’ils furent forcés de travailler pour les Britanniques. À la fin, les Britanniques conquirent l’économie de l\’Australie et ils laissèrent le peuple Gamariagaux au bas de l\’échelle économique.

En conclusion, on déduit que la civilisation des Gamaraigaux donna un avantage économique aux Britanniques lors du début de l’immigration européenne en Australie entre 1788 et 1868 en examinant l’agriculture, la manipulation géographique de la terre, et utilisation d’une loi britannique pour employer les capacités des aborigènes. Grâce aux connaissances des ressources naturelles des Gamaraigaux, les Britanniques commencèrent une vie agricole et créèrent des emplois. Les avantages économiques de la terre comme les bonnes semences et cultures et la création d’un commerce britannique étaient possibles grâce à la manipulation géographique des Gamaraigaux. Enfin, les Britanniques utilisèrent une loi de la propriété de la terre pour contrôler les peuples aborigènes et de les laisser au bas de l\’échelle économique. Il ne fut jamais suggéré que les Européens puissent apprendre des aborigènes. C’est ironique quand on pense que la société européenne que les Gamaraigaux furent supposés d’imiter produisit de la pauvreté, criminalité et ivresse en Angleterre et un système pénal et sauvage en Australie. Il est si triste et injuste de penser à la façon dont une civilisation aussi compétente fut placée au dernier barreau de l\’échelle par des personnes qui ne connaissaient rien de la terre qui ne leur appartint même pas.

LEAVE A COMMENT