Histoire de la création de la CIA

Histoire de la création de la CIA
La création d’une institution telle la « Central Intelligence Agency » ou communément connu sous le nom de CIA, débute dans la période de la 2e guerre mondiale (1939-1945).

Tout commence en 1942, the Office of Strategic Services (l’OSS) se crée dans le but collecter de l’information et conduire des actions ‘’cachées’’ et non ordonnées par d\’autres départements déjà en fonction. Cependant, au tout début, le renseignement américain était un acteur marginal dans la formation de la politique de sécurité nationale et était dominé par les départements militaires qui se concentraient sur les besoins de la guerre. Pourtant, les faiblesses de l\’intelligence lors de l’attaque japonaise de Pearl Habor et le début de la guerre froide ont dérogé à ces intérêts, poussant le président et le congrès à s\’accorder – à priori avec hésitation – qu\’une fonction de renseignement plus cohérente était essentielle pour éviter les échecs futurs. L’OSS a été démantelée par le président en place, Harry Truman, à la fin de l\’année 1945 pour être remplacée par un des plus importants organismes d’analyse du renseignements, la CIA. Avant la création de celle-ci, il fait adopter la National Security Act (NSA) en juillet 1947, qui elle avait pour but de réorganisé la structure des forces armées américaines. Il a également créé le bureau du secrétaire à la Défense chargé de superviser l’établissement militaire du pays, ainsi que le National Security Council (NSC) et des départements distincts pour chaque branche des forces armées. Avec cette nouvelle loi instaurée, il y a eu de nombreux changements organisationnels. « La réorganisation visait à créer une ligne de commandement claire et directe pour tous les services militaires, à éliminer les doubles emplois dans le Department of Defense [(DoD)], à fournir une administration plus efficace et plus économique dans l\’établissement de défense, donner une direction stratégique unifiée aux forces armées et faciliter le fonctionnement de l\’armée sous un commandement unifié.» Après la dissolution de l’OSS, le président a voulu une approche améliorée qui mettait énormément l\’accent sur la coordination de la sécurité nationale, les renseignements possibles étrangers et ses nouvelles façons de procéder. C’est ainsi que naît la CIA dont sa mission principale était d\’informer le processus d\’élaboration de règles de sécurité nationale et de rassembler les renseignements disponibles dans l\’ensemble du gouvernement des États-Unis.

CIA – 4 secteurs – processus de renseignements

La CIA se sépare en quatre branches distinctes : la première étant l’administration et la gestion, le deuxième s’occupe de la science et de la technologie, le troisième est axé sur les opérations clandestines et finalement, le quatrième secteur s’occupe de l’analyse du renseignement recueillis. Sans oublier, le processus du renseignement comporte également quatre branches ou étapes : une directive et/ou demande, son mode de collecte, son analyse et sa diffusion.

Son rôle lors de la guerre froide
Lors de la guerre froide (1947 – 1991), la CIA venait tout juste d’apparaître sur le seuil américain et donc se voyait limiter dans ses fonctions : elle devait prédire quand, comment et à quel endroit l\’Union soviétique allait attaquer les États-Unis. Tout d\’abord, la CIA s\’est vu confier le rôle de coordonner et de rassembler les informations disponibles pour les différentes parties du gouvernement des États-Unis pour le NSC. Ensuite, sa fonction de collecte d\’intelligence – assumée précédemment par l\’OSS – a été réaffirmée en raison du besoin croissant d\’informations sur les développements politiques, économiques, militaires et scientifiques de l\’Union soviétique. De plus, la CIA est devenue responsable de la réponse aux défis grandissants auxquels sont confrontés l’Europe, l’Asie et les autres parties du globe face à la montée accrue du communisme Le personnel américain comptent énormément sur la collecte d’informations de la CIA, car les Russes compromettaient la sécurité des États-Unis d’où commence l’élaboration d’opérations clandestines et l’espionnage…
« Qui dit guerre froide pense Rideau de fer, course aux armements ou dissuasion nucléaire. Mais le conflit qui a opposé l’URSS aux États-Unis […] a été aussi, et avant tout, un combat idéologique et psychologique [;] une guerre d’images, d’idées, de propagande, de désinformation et de pression diplomatique. Pour riposter contre le bloc de l’Est, les Américains s’engagent sur tous les fronts [possibles]. Leur arsenal médiatique et culturel, déjà en partie rodé par the Office of War Information [(OWI)] va de la presse à la radio et au cinéma, de la littérature à la musique, de la bande dessinée aux beaux-arts, [etc.]» La CIA commence à financer certaines ‘’propagandes’’ Of The American Way of Life dans le but de montrer à quel point la liberté américaine et son système capitaliste surmonte le système communiste de Khrouchtchev.

Grâce aux nombreuses publications de mémoires d’anciens agents sur la guerre-froide et la publication de documents déclassifiés par les États-Unis et la Russie ont fourni un compte-rendu assez complet des activités de la CIA, y compris ses succès et ses échecs. C’est aussi grâce à cette collecte de données et l\’analyse d’informations, que la CIA a pu jouer un rôle important dans les négociations sur le contrôle des armements avec l\’Union soviétique et dans la détermination de la stratégie américaine lors de la crise des missiles de 1962 à Cuba, lorsque le président John F. Kennedy s\’est appuyé sur des informations recueillies par la CIA par l\’intermédiaire du colonel Oleg Penkovsky, agent double soviétique. Vers les années 1970 et 1980, des agents de la CIA ont été capable de fournir des informations importantes sur le complexe militaro-industriel soviétique. De ce fait, le déploiement technologique a permis par reconnaissance aérienne – d\’abord par avion, puis par satellite – de détecter rapidement le déploiement de missiles soviétiques à Cuba et la mise au point de nouveaux missiles en Union soviétique.

Espionnage – service clandestin et monde opérationnel

Les créateurs de la NSA n\’ont probablement pas prévu comment le rôle de la CIA changerait – évoluerait si rapidement pour englober d\’autres missions cruciales telles que celles spécifiées dans la très vague législation qui l\’a instaurée. En fait, l\’espionnage a ensuite rapidement été ajouté à la liste croissante des responsabilités de la CIA. Comme le dit Robert Gates, ancien directeur de la CIA : « Le secret n\’est pas une affaire de commodité ou de bureaucratie, mais l\’outil essentiel de leur métier – sans cela, les sources sont exécutées, les opérations échouent, la carrière des agents est abrégée et parfois, eux et leurs agents meurent … [citation traduite]. » Ainsi, l’espionnage joue un rôle crucial. Par exemple, au milieu des années 1950, des agents de la CIA et le Secret Intelligence Service (SIS ou MI6) creusèrent un tunnel à partir de Berlin-Ouest – Operation Gold (É-U) ou Operation Stopwatch (G-B) – pour atteindre des câbles souterrains de communications militaires soviétiques sous Berlin-Est et les mettre sur écoute, et qu\’est développé l\’avion espion U-2 (Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance qui fut utilisé intensivement durant la guerre froide par les États-Unis, notamment pour observer les territoires soviétiques). Celui-ci permettra à la CIA et le MI6 de faire des estimations précises sur les forces stratégiques soviétiques. La priorité première de la CIA, depuis sa création en 1947, est le bloc communiste. Ainsi, les États-Unis et l\’URSS vont rapidement se lancer dans une nouvelle rivalité, soit l’installation de gouvernements alliés dans un maximum de pays, et ce, dans le but de renverser ou en aider à renverser des pouvoirs considérés comme hostiles.

Coopération avec d’autres institutions
La CIA, malgré son omniprésence, travaille avec une communauté d’organismes autonomes, tous sous l’approbation directe et première du président. Le système du renseignement est supervisé par le National Director of Intelligence Services (NDI). Sa responsabilité est d’analyser les rapports reçu et d’informer ces informations au président ainsi que le NSC. D’ailleurs, la Defense Intelligence Agency (DIA), la NSA et la CIA travaillent tous ‘‘ensemble’’, offrant une évaluation d’ensemble sur les informations transmises en examinant les capacités militaires et la défense de l’ennemi; de surveiller et d’intercepter les communications liées à la politique extérieure; et notamment instauré des ‘‘outils technologiques’’ tel que SIGINT (Signal Intelligence) pour faire du contre-espionnage et assurer une protection de la communication nationale et ses fonctions.

Son mandat
Comme le cite lui-même (CIA) : « Notre mission est d’acquérir, d’analyser, d’évaluer et de diffuser des renseignements provenant de l’étranger dans le but d’aider le Président des États-Unis et les hauts dirigeants politiques du gouvernement américain à prendre les décisions qui s’imposent dans le domaine de la sécurité du territoire. Le processus lié à notre mission est très complexe et comprend un certain nombre d’étapes.» « [La CIA] consiste à anticiper la menace et à mener à bien les objectifs de sécurité nationale des États-Unis. Pour accomplir sa mission, l’Agence recueille des renseignements essentiels, produit des analyses objectives qui prennent en compte toutes les sources, mène des actions clandestines efficaces sous l’autorité du Président, et protège les secrets qui aident à maintenir la sécurité de notre nation.» Elle prône de nombreuses valeurs qui guide professionnellement le personnel telles que le service, l’intégrité, l’excellence, le courage, le travail d’équipe et le sens des responsabilités.

A-t-elle des limites?
La CIA à plusieurs défis à surmonter encore à ce jour. « La CIA a été critiquée de nombreuses fois pour ses actions secrètes immorales ou illégales en regard du droit international, pour ses liens étroits avec des auteurs de violations des droits de l\’homme et d\’autres criminels, pour ne pas avoir protégé ses propres opérations et pour, depuis 2001, avoir [organisé ou participé] dans des enlèvements, des actes de torture, des actes illégaux et la [détention] de personnels étrangers nationaux.» Ainsi, selon eux (CIA), ils doivent combler les lacunes du renseignements avec une amélioration de la collecte d’information et une analyse plus approfondie des pays, des acteurs non-étatiques et des questions de hautes importances selon le Président et la sécurité national des États-Unis. De plus, ils souhaitent également donner plus de responsabilités dans la prise des décisions alors qu’ils se trouvent confrontés à un nombre et une diversité sans précédents d’évènements qui affectent les intérêts des États-Unis. Ils espèrent améliorer la technologie employée pour avoir plus d’ampleur sur les domaines liés aux missions tels que la collecte et l’analyse de renseignements, les actions clandestines et le contre-espionnage tout en protégeant les États-Unis contre les menaces technologiques qui cherchent à porter atteinte à la sécurité des renseignements, des opérations et du personnel. D’ailleurs, ils souhaitent améliorer la façon dont ils procèdent avec les individus pour correspondre aux droits de l’homme et respecter les lois en place au sein du droit international. Finalement, ils essaient de mieux gérer les ressources budgétaires (15 milliard de dollars).

Bibliographie

Approved For Release 2007/03/23: CIA-RDP99-00498R000200 \’20 – WILMINGTON SUNDAY NEWS JOURNAL (DEJ) -15 NOMBER 1981 -PRESIDENT, REAGAN HAS BEEN TRYING for 10 months to convince Congress to go along with his AC01r.Li UED https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP99-00498R000200020020-9.pdf
Central Intelligence Agency. Repéré https://www.cia.gov/fr/about-cia/todays-cia/what-we-do
Central intelligence Agency. Repéré https://www.cia.gov/fr/about-cia/cia-vision-mission-values
CIA – Guerres secrètes (reportage), ARTE, 2003, http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/CIA/387266.html [archive].
Contributor: Robert W. Pringle – Article Title: Central Intelligence Agency – Website Name: Encyclopædia Britannica – Publisher: Encyclopædia Britannica, inc. – Date Published: septembre 27, 2018 – URL: https://www.britannica.com/topic/Central-Intelligence-Agency – Access Date: novembre 24, 2019
Contributor: The Editors of Encyclopaedia Britannica – Article Title: National Security Act – Website Name: Encyclopædia Britannica – Publisher: Encyclopædia Britannica, inc. – Date Published: août 10, 2016 – URL: https://www.britannica.com/topic/National-Security-Act – Access Date: novembre 24, 2019
Laliberté. Repéré à https://www.laliberte.ch/dossiers/histoire-vivante/articles/la-guerre-froide-culturelle-de-la-cia-426061
Le chapitre 8 du livre The National Security Enterprise – Navigating the Labyrinth, par Roger Z. George #8312
Nom de la page : Central Intelligence Agency – Auteurs : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Central_Intelligence_Agency&action=history – Éditeur : Wikipédia – Page consultée le : 24 octobre 2019 14:34 UTC – Numéro de version : 163807899

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *