Le chômage paie-t-il plus que le travail ?

Économie du bonheur et compromis chômage-inflation

Sur la macroéconomie du bonheur a toujours montré que le chômage et l’inflation sont fortement corrélés négativement à la SWB (Dolan, Peasgood et White, 2008). Cette littérature a parfois été critiquée parce que, selon «l’hypothèse des anticipations rationnelles» 20, des ampleurs économiques telles que l’inflation ne devraient pas affecter à long terme les décisions des individus s’ils se comportent comme des agents «rationnels».

Outre cette questifon, il existe une autre question liée au compromis chômage-inflation qui reste en suspens:

combien de chômage faut-il pour compenser un point de pourcentage d’inflation plus élevée ou inversement?

Plusieurs chercheurs ont abordé cette difficulté en obtenant des chiffres différents mais en tirant des conclusions similaires: une augmentation du chômage d’un point de pourcentage est plus préjudiciable au bonheur qu’une augmentation de l’inflation d’un point de pourcentage. Di Tella et al. (2003) ont estimé un modèle comprenant des tendances temporelles spécifiques à un pays comme variables de contrôle, concluant que le chômage était deux fois plus dommageable pour le bonheur que l’inflation.

Pour comprendre et interpréter ce résultat, imaginons que le taux de chômage d’un pays soit de 5% et l’inflation de 3%. Ensuite, si, par exemple, le chômage augmente de 5 à 6% (1 point de pourcentage); l’inflation devrait être réduite de 2 points de pourcentage jusqu’à 1% afin de maintenir en permanence le bien-être de la population. Dans le même esprit, Di Tella et MacChuloch (2006) ont utilisé un modèle probit ordonné transformant les scores de bonheur bruts en scores continus pour les données des pays de l’OCDE sur la période 1975-1992.

Ils ont constaté qu’une augmentation d’un point de pourcentage du chômage était 4,7 fois plus dommageable pour le bonheur qu’un point de pourcentage supplémentaire de l’inflation. Ces auteurs ont également affirmé que l’indice de la misère 21, qui considère que l’inflation et le chômage sont également dommageables pour la société, «sous-estimerait les coûts du chômage» (Di Tella et MacChuloch, 2006; p.39).

Ces résultats jettent un doute sur l’utilisation de «l’indice de la misère» à des fins de politique publique. Frey & Stutzer (2000; p.3) soulignent que «les gens ont une forte aversion pour l’inflation et sont prêts à supporter des coûts importants pour l’éviter» et ils concluent également que le chômage affecte plus négativement le SWB que l’inflation: concrètement dans les pays européens, il est nécessaire de réduire l’inflation de 1,7 point de pourcentage pour compenser l’augmentation d’un point de pourcentage du chômage.

Ils affirment également que l’augmentation du revenu du ménage ne modifierait pas autant le niveau de bonheur des personnes sans emploi, et attirent l’attention sur la pertinence des facteurs non pécuniaires pour expliquer le mécontentement des chômeurs lors du contrôle du revenu dans les régressions.

Cependant, Wildman et Jones (2002) ont avancé que le revenu actuel ne pouvait pas être la mesure la plus appropriée pour représenter la situation financière et que, par conséquent, le mécontentement résultant du chômage pouvait être dû à une appréhension accrue ou à une incertitude quant aux revenus futurs.

En se concentrant uniquement sur le chômage, les études qui ont appliqué des modèles traitant les indicateurs de SWB comme des variables continues ont mis en évidence des différences dans les scores de bonheur entre les personnes sans emploi et celles ayant un emploi. Ces différences vont de 5 à 15% (Dolan et. Al, 2008). Par exemple, Lelkes (2007) a utilisé une enquête européenne et un modèle probit afin d’estimer l’effet du chômage sur le SWB. Elle a constaté que le chômage réduisait la probabilité d’avoir une satisfaction de vie élevée et un bonheur général de 19% et 15% respectivement.

En outre, de nombreuses études ont également montré que les hommes souffrent généralement davantage de l’absence d’emploi (Dockery, 2003; Gerlach & Stephan, 1996; Theodossiou, 1998) et que les personnes d’âge moyen sont plus touchées par le chômage que les personnes âgées ou les jeunes ( Pichler, 2006; Winkelmann & Winkelmann, 1998). Le fait que les chômeurs soient plus heureux lorsque les taux de chômage sont plus élevés est particulièrement intéressant.

Clark et Oswald (1994) ont appelé la «stigmatisation sociale» à cette situation. Graham (2005) explique ce résultat en affirmant que le résultat positif sur le bien-être découlant de la réduction de la stigmatisation sociale l’emporte sur la conséquence négative d’une moindre probabilité de trouver un emploi à l’avenir. Dans le même ordre d’idées, Clark (2003a) souligne le rôle des réseaux sociaux et du partenariat professionnel pour expliquer pourquoi le chômage a des effets différents sur le bien-être selon que vous avez ou non un partenaire sans emploi.

Il analyse les données provenant de l’enquête auprès des ménages britanniques et constate que, pour ceux qui ont un emploi, le fait d’avoir un partenaire au chômage affecte négativement leur SWB, tandis que pour ceux qui sont sans emploi, cela a un effet positif. En outre, il calcule que l’effet négatif du chômage sur SWB disparaîtrait lorsque son taux atteindrait 24%. Cette conclusion semble aller dans le même sens que l’hypothèse de «stigmatisation sociale».

Enfin, malgré l’existence de preuves cohérentes d’une corrélation fortement négative entre SWB et le chômage, il existe une littérature qui n’appuie pas cette affirmation. Par exemple, Gudrun (2013) étudie l’impact de la crise économique et financière en Islande sur le bonheur.

À l’aide d’un échantillon de 5918 personnes issues d’une enquête nationale longitudinale menée en 2007 et 2009, elle estime une régression linéaire multiple transversale comprenant des variables de contrôle, telles que des facteurs socio-démographiques et économiques, l’état de santé et les réseaux sociaux.

Elle constate que le bonheur chez les Islandais était inférieur en 2009 par rapport à 2007, mais les facteurs économiques, et concrètement le chômage, ne pouvaient prédire ce déclin. Graham & Pettinato (2001) et Smith (2003) obtiennent des résultats similaires. Néanmoins, la plupart des études qui démontrent des preuves contraires à l’effet négatif du chômage sur le bonheur ont tendance à utiliser de petits échantillons de chômeurs, ce qui peut affecter la représentativité des résultats (Dolan et. Al, 2008).

De plus, la méthode économétrique utilisée, et en particulier l’analyse transversale, peut également conduire à des conclusions erronées si les traits de personnalité non observés et les erreurs de mesure corrélées ne sont pas pris en compte. En ce qui concerne les études sur l’inflation, nous devons prendre en compte un handicap: l’impact de l’inflation sur les indicateurs SWB est limité aux études portant sur plusieurs pays et utilisant des données de panel (au fil du temps).

Au sein des pays, il n’est pas pratique de séparer l’effet de l’inflation des autres effets temporels (Dolan et. Al, 2008). Par conséquent, la plupart des tentatives (ou du moins les plus fiables) d’examiner la relation entre inflation et bonheur ont été prises en compte pour contrôler les effets fixes par pays et par année.

Comme cela a été démontré précédemment avec le chômage, l’inflation a également un effet néfaste régulier sur le SWB. Di Tella et. al (2003) calcule cet effet en obtenant qu’une augmentation d’un point de pourcentage de l’inflation réduise le bonheur de 0,01 unité. Cela implique que si le taux d’inflation augmentait de 5 points de pourcentage (événement historiquement non rare), le SWB diminuerait de 0,05 unité, ce qui signifie que 5% de la population passerait d’une catégorie de satisfaction de la vie à la baisse, par exemple. d’être «assez satisfait» à «non très satisfait». Alesina et. al (2004) obtient l’appui de cette déclaration pour l’Europe et les États-Unis à l’aide de données de l’Enquête sociale générale (ESG) pour les États-Unis et de l’Eurobaromètre pour l’Europe.

Leur résultat sur l’influence de l’idéologie politique sur les préférences en matière d’inflation et ses conséquences sur SWB est particulièrement séduisant. Ils constatent que l’inflation a un impact négatif plus grand sur le bonheur des «droitiers» que des «gauche». Dans le même esprit, Di Tella et MacChuloch (2006) offrent des éléments de preuve captivants quant à la corrélation entre tendances politiques et préférences en matière d’inflation et de chômage pour un échantillon de pays de l’OCDE entre 1975 et 1992.

Leurs résultats font que les individus de gauche sont plus nombreux. Préoccupé par le chômage et ses effets sur le bonheur par rapport à l’inflation par rapport aux membres de la droite, confirmant les conclusions de Alesina et. al (2004). Wolfers (2003) étudie l’impact de la volatilité des cycles économiques sur les mesures SWB. Il obtient des preuves solides que la volatilité macroéconomique sape le bonheur et la satisfaction de la vie.

Concrètement, il estime que sans l’instabilité du chômage, SWB augmenterait d’un montant similaire à celui obtenu en diminuant le niveau moyen de chômage de 0,25 point de pourcentage. En ce qui concerne l’influence de la volatilité de l’inflation, il fait valoir qu’elles sont légèrement difficiles à percevoir et éventuellement plus petites. Pour terminer avec cette section, il est important de rappeler que de nombreuses études incorporent un nombre limité de macro-variables, ce qui laisse entrevoir la possibilité que d’autres grandeurs pertinentes ne soient pas contrôlées de manière satisfaisante.

Par exemple, l’inflation peut être en corrélation avec l’inégalité des revenus ou le manque de confiance et le chômage peut être en corrélation avec le suicide ou d’autres troubles mentaux.

Bonheur économie et politique publique

Les économistes du bonheur s’appuient sur les mesures de la balance des services de garde pour guider la mise en œuvre des politiques publiques. Ils estiment que les indicateurs de bonheur ou de satisfaction de la vie représentent mieux le bien-être des citoyens que les indicateurs nationaux typiques basés sur la production ou la consommation de biens et services.

Diener (2000, p. 40) déclare: «Idéalement, les indicateurs nationaux du SWB incluraient divers composants du SWB, tels qu’un affect agréable, un affect désagréable, la satisfaction de la vie, l’épanouissement et des états plus spécifiques tels que le stress, l’affection, la confiance et la joie. ”. Il indique également que les indicateurs nationaux de la PSE pourraient fournir des informations utiles sur les groupes de la société mécontents ou moins heureux et cibler les politiques qui les concernent.

Di Tella et MacChuloch (2006), pour leur part, discutent de cela, afin d’évaluer les politiques, les économistes observent d’abord les comportements des agents sociaux, puis déduisent certaines «préférences» dérivées de ces comportements. Ensuite, ils lient ces préférences à des hypothèses théoriques dans le but d’estimer l’impact de la politique sur le bien-être.

Mais un problème se pose ici: même s’il existe un consensus sur les effets de la politique sur le comportement de l’agent social, il est très difficile de convenir de la manière dont ils affecteront l’aide sociale dans son ensemble. Parfois, les informations obtenues à partir de «préférences révélées» ne suffisent pas, par exemple lorsque nous voulons estimer les effets de l’inégalité ou d’autres politiques macroéconomiques sur le bien-être (Graham, 2005).

Mais avant de décider si les indicateurs de PSE peuvent être suffisants pour mettre en œuvre les politiques publiques, il convient de garder certaines préoccupations à l’esprit. Particulièrement ceux liés à la fiabilité des données SWB et au biais qui peut en découler ont été largement discutés tout au long de cette thèse. J’ai fait valoir que nous devons accorder une attention particulière au contrôle des traits de personnalité non observables dans nos régressions de bonheur, car ils semblent avoir beaucoup plus d’importance dans l’explication du bonheur que les déterminants «observables» typiques.

En outre, les enquêtes sur le bonheur donnent parfois des résultats contradictoires qui peuvent être utiles pour une enquête psychologique mais ne conviennent pas aux recommandations de politique publique (Graham, 2005). Par exemple, le cas de «stigmatisation sociale» (les chômeurs sont plus heureux dans les contextes où le taux de chômage est élevé) mentionné dans la section précédente semble être quelque peu déroutant.

En principe, on pourrait s’attendre à ce que les répondants au chômage soient moins satisfaits lorsque les taux de chômage auxquels ils sont confrontés sont plus élevés, car ils ont moins de possibilités de trouver un emploi. Cependant, le résultat positif sur le bien-être résultant de la réduction de la stigmatisation sociale l’emporte sur les conséquences négatives d’une probabilité moindre de trouver un emploi à l’avenir. Suite à ce résultat, un décideur politique devrait mettre en œuvre des politiques visant à augmenter les taux de chômage, car cela rend les chômeurs plus heureux.

Mais évidemment, du moins du point de vue du sens commun, ce serait une grave erreur. Ainsi, s’il est pratiquement impossible de calculer les effets exacts des déterminants du bonheur sur les mesures de bien-être autodéclarées, nous pouvons utiliser les coefficients générés par les régressions de bonheur MCO comme base pour attribuer des pondérations aux différentes variables explicatives et vérifier par exemple le revenu un individu standard a besoin de produire la même variation dans le bonheur déclaré provenant d’une perte de bien-être résultant du chômage (Graham, 2005).

D’autre part, Diener (2000) pose une autre question intéressante à prendre en compte lors de l’application d’une politique publique basée sur des indicateurs de bonheur. Il se demande si augmenter le SWB est réellement souhaitable, car trop de satisfaction dans la vie pourrait probablement amener les gens à être de moins en moins motivés. Néanmoins, il est largement prouvé que les personnes plus heureuses sont plus productives au travail (Veenhoven, 1988), considérées comme plus heureuses par leurs amis (Frank, 1985), ont tendance à être en meilleure santé (Graham et autres, 2004) ou gagnent des revenus plus élevés ( De Neve & Oswald, 2012).

Par conséquent, il ne semble pas que des niveaux élevés de BSE soient préjudiciables à la société, bien au contraire. En dépit de ces préoccupations, les économistes du bonheur sont convaincus de l’utilité des indicateurs SWB en tant qu’instruments permettant de prendre des décisions politiques. Ils conviennent généralement que les mesures du bonheur sont particulièrement utiles. Le premier fait référence aux effets des dépenses publiques.

Nous pensons souvent que plus les dépenses publiques sont importantes, mieux c’est, alors que ce n’est pas toujours vrai; Nous devons garder à l’esprit les considérations d’efficacité. Frey et Stutzer (2002) expliquent qu’au niveau microéconomique, il n’est généralement pas viable de suggérer des propositions paréto-optimales en raison d’interventions sociales pouvant entraîner des coûts pour certaines parties de la société.

Par conséquent, une évaluation des effets nets en termes de services publics individuels est requise et peut être mieux estimée à l’aide de mesures SWB. Les projets et interventions du gouvernement sont généralement évalués à la suite d’une analyse coûts-avantages. Les fonctions de bonheur microéconométriques comprenant un grand nombre de déterminants peuvent être complémentaires de l’approche coûts-avantages afin d’évaluer l’effet général des politiques de dépenses expansionnistes.

La politique fiscale est un autre domaine dans lequel l’économie du bonheur s’intéresse. Les impôts affectent différemment les différents groupes de revenus. La recherche sur le bonheur a laissé entendre que la position du revenu relatif par rapport au reste de la société était plus importante pour le bonheur des individus que leur propre revenu. Si nous croyons en cet argument de préoccupations relatives, alors une politique fiscale redistributive a quelque chose à faire.

Hopkins (2008) souligne qu’il existe d’importantes externalités suggérant que la redistribution du revenu peut avoir des effets positifs notables sur l’efficacité et que même ceux qui perdent financièrement avec la redistribution peuvent s’en porter mieux par la suite. En ce sens, les taxes pourraient potentiellement être améliorées par Pareto.

Mais malheureusement, pas toutes les bonnes nouvelles. Nous devons également prendre en compte d’autres aspects tels que la probabilité que les riches puissent éviter de payer des impôts élevés. Si cette situation se produit très souvent dans la réalité, les effets positifs des taxes progressives seraient alors réduits.

Le bonheur est une discipline relativement nouvelle au sein de l’économie

Les économistes n’y ont généralement pas accordé beaucoup d’attention, estimant que les indicateurs et les hypothèses théoriques sur lesquels reposait cette discipline n’étaient ni fiables ni utiles pour les recommandations politiques.

Cependant, surtout au cours des dix dernières années, de nombreuses recherches ont été effectuées qui, si elles ne sont pas prouvées, ont au moins fourni suffisamment d’arguments pour croire que cette discipline peut être utile à quiconque est intéressé à comprendre quels sont les véritables déterminants qui incitent les gens à penser qu’ils ont une bonne vie.

Tout au long de cette thèse, j’ai poursuivi la discussion sur la pertinence du bonheur et du bien-être subjectif dans la recherche économique. De plus, j’ai tenté de faire la lumière sur certains problèmes liés à la validité et à l’utilité des indicateurs SWB. Arrivé à ce point, il est possible de répondre aux questions que j’ai énoncées au début de ce document.

La plupart des publications académiques affirment que l’argent est important pour le bonheur, car les riches sont généralement plus heureux. Même s’il existe de nombreuses variables affectant le bien-être auto-déclaré, le revenu est toujours considéré comme l’un des principaux intrants permettant aux personnes de se déclarer satisfaites de leur vie.

De même, le lien entre le revenu et le SWB pourrait aller dans le sens opposé: certaines études ont montré que les personnes plus heureuses ont tendance à être plus productives au travail et gagnent plus d’argent à l’avenir. En tout état de cause, comme je l’ai déjà dit, il est presque impossible d’établir des liens de causalité clairs entre le revenu et le SWB, et les traits de personnalité semblent être les facteurs clés lorsqu’on étudie la relation entre ces deux variables.

Compte tenu de la difficulté de prendre en compte ces aspects, une grande partie de la littérature sur le bonheur s’est concentrée sur le seul examen de la corrélation entre le revenu et le SWB. Les études transversales individuelles au sein des pays ont généralement fait état de fortes corrélations entre ces deux variables: les individus plus riches dans le même pays ont tendance à faire état d’une plus grande satisfaction à l’égard de la vie. Inversement, les comparaisons transnationales et chronologiques ne sont pas aussi claires.

Easterlin et ses partisans soutiennent que, malgré la nette augmentation des revenus moyens dans les pays après la Seconde Guerre mondiale, les niveaux moyens de bonheur sont restés plus ou moins constants. Ainsi, selon ce fait empirique connu sous le nom de «paradoxe de Easterlin», la croissance des revenus et le développement économique ne seraient pas associés à des augmentations individuelles de la PSE. Cependant, il y a aussi des auteurs qui ne croient pas en cette intuition.

Dans la section III de ce document, j’ai exposé certaines études empiriques soutenant et rejetant la validité du paradoxe de Easterlin. Bien que les recherches qui jettent un doute sur l’existence de ce paradoxe soient relativement nouvelles et encore rares par rapport aux partisans de ce paradoxe, ces enquêtes ont normalement utilisé des données de meilleure qualité et plus actualisées, introduisant davantage de pays développés et en développement dans leurs échantillons et gérant plusieurs ensembles de données au même moment. en même temps, offrant plus de robustesse à leurs résultats.

De plus, le paradoxe de Easterlin a été largement revu dans la littérature scientifique, étant considéré comme l’une des pierres angulaires de la discipline de l’économie du bonheur. En fait, il a été utilisé pour justifier des politiques publiques axées sur l’augmentation des niveaux de BES, rejetant la croissance économique comme objectif fondamental de la politique économique des gouvernements.

Toutefois, si le bonheur et les revenus vont de pair et que cette relation perdure au sein des pays, comme le défendent les détracteurs de Easterlin, les décideurs devraient s’attacher à promouvoir la croissance économique, car une augmentation du revenu par habitant augmenterait le SWB de la société.

En respectant les arguments fournis pour expliquer les tendances de SWB au cours des dernières décennies, les partisans et les détracteurs de Easterlin ont à nouveau des points de vue opposés. Les premiers affirment que les préoccupations relatives au revenu relatif sont le facteur déterminant pour expliquer les niveaux de PTE, tandis que les seconds affirment que le revenu absolu a joué un rôle majeur, laissant le revenu relatif en veilleuse.

Enfin, l’adaptation joue également un rôle dans la formation du bonheur, même si, comme je l’ai déjà mentionné, sa version la plus puissante est difficile à imaginer. Outre le revenu, de nombreux facteurs influent sur les niveaux de SWB déclarés. La santé, le mariage ou l’éducation sont généralement associés de manière positive à des niveaux de bonheur supérieurs, alors que le chômage ou l’inflation affecte négativement SWB.

Néanmoins, il est pratiquement impossible d’établir des liens de causalité clairs entre les mesures SWB et d’autres variables. Lors des régressions de bonheur, les erreurs de mesure et les traits de personnalité non observables semblent conduire aux résultats et être plus pertinents pour expliquer les niveaux de bonheur que les déterminants socio-démographiques et socio-économiques typiques. Contrôler ces effets individuels est essentiel pour donner validité et fiabilité à nos résultats.

La disponibilité progressive de davantage de données de panel ainsi que de techniques statistiques et économétriques plus précises contribuent à la réalisation d’analyses plus solides et plus robustes, ce qui pourrait permettre d’établir des liens de causalité plus solides, notamment en ce qui concerne le sens de la causalité.

En ce qui concerne l’utilisation des mesures des OSS pour les politiques publiques, j’ai indiqué que, malgré certaines préoccupations, nous devons garder à l’esprit que des considérations économiques liées au bonheur pourraient être prises en compte dans la prise de décision des pouvoirs publics.

En particulier lors de l’analyse des effets des dépenses publiques ou de la politique fiscale à appliquer, les mesures auto déclarées peuvent compléter utilement les enquêtes classiques sur les préférences révélées ou les évaluations contingentes utilisées par les économistes pour évaluer les effets des politiques publiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *