Amélioration continue (“kaizen”): du Japon vers le monde

1. Introduction

L’amélioration continue est une méthode de gestion qui consiste à déterminer et à éliminer les causes initiales d’un problème donné tout en adoptant des améliorations graduelles et mineures plutôt qu’une innovation majeur. Du point de vue japonais, l’amélioration continue est la base de leur culture d’entreprise. L\’amélioration continue est une philosophie qui imprègne la culture japonaise et cherche à améliorer tous les facteurs liés au processus de transformation (conversion des intrants en extrants) de manière continue. Cela implique que tout le monde, la direction et les travailleurs, recherche et élimine les déchets générés par les machines, le travail, les matériaux et les méthodes de production.

Le mot japonais pour l\’amélioration continue, kaizen, est souvent utilisé de manière interchangeable avec le terme amélioration continue. Du caractère japonais kai, signifiant changement, et du caractère zen, signifiant bien, pris au sens littéral, cela signifie amélioration. Bien que le kaizen soit un concept japonais, de nombreuses entreprises américaines l’ont adopté avec un succès considérable en combinant le meilleur des pratiques japonaises traditionnelles avec les points forts des pratiques commerciales occidentales, autrement dit, en combinant les avantages du travail d’équipe avec la créativité de l’individu. Certains se réfèrent à sa mise en œuvre dans l\’Ouest comme une fabrication allégée puisque, lorsqu\’ils sont combinés aux principes du juste à temps (KIT), le kaizen ou l\’amélioration continue constitue le fondement du concept de fabrication allégée.

2. Aperçu historique

Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis voulaient encourager le pays à se reconstruire. Comme pour le plan Marshall en Europe, le général MacArthur a demandé à un certain nombre d’éminents experts des États-Unis de se rendre au Japon et de les conseiller sur la marche à suivre pour le processus de reconstruction. Selon l’histoire, l’un de ces experts était le Dr W. Edwards Deming. Deming était un statisticien expérimenté dans les travaux de recensement. Il est donc venu au Japon pour établir un recensement. Au Japon, il a remarqué certaines des difficultés rencontrées par certaines des industries naissantes. De nombreux fabricants japonais ont été confrontés à d’énormes difficultés dues au manque de fonds d’investissement, de matières premières et de composants, ainsi qu’au faible moral du pays et de la main-d’œuvre. Fort de son expérience récente dans la réduction des déchets dans la fabrication de guerre aux États-Unis, il a commencé à offrir ses conseils. Au milieu des années 50, il était un visiteur régulier au Japon. Il a appris aux entreprises japonaises à concentrer leur attention sur les processus plutôt que sur les résultats et concentrer les efforts de tous les membres de l\’organisation sur l\’amélioration continue de l\’imperfection à chaque étape du processus.

Dans les années 1970, de nombreuses organisations japonaises avaient souscrit aux conseils de Deming et avaient très vite profité des avantages de leurs actions. Le plus remarquable est le système de production Toyota, qui a engendré plusieurs pratiques d’amélioration de l’activité utilisées au Japon, notamment l’équipe JIT et la gestion de la qualité totale (TQM).Malgré le fait qu’une grande partie des fondements de la gestion continue et d’autres concepts japonais trouvent leur origine aux États-Unis, les entreprises occidentales ont montré peu d’intérêt jusqu’à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

À ce moment-là, le succès des entreprises japonaises a amené d’autres entreprises à revoir leurs propres approches. Par conséquent, la gestion kaizen ou continue a commencé à émerger aux États-Unis, parallèlement à la popularité et à l’utilisation croissante de techniques japonaises telles que JIT et TQM. En fait, l’amélioration continue est un principe majeur et un objectif de JIT, alors qu’il s’agit de l’un des deux éléments de la gestion de la qualité totale (l’autre est la satisfaction du client). Dans certaines organisations, les cercles de qualité ont évolué pour devenir des équipes d\’amélioration continue avec beaucoup plus d\’autorité et de pouvoir que ce qui est généralement attribué aux cercles de qualité. En fait, les consultants en gestion occidentaux ont tendance à utiliser le terme kaizen pour englober un large éventail de pratiques de gestion considérées principalement comme japonaises et chargées de renforcer les entreprises japonaises dans les domaines de l\’amélioration continue plutôt que de l\’innovation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *